Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vincent lacoste

  • Les Beaux Gosses

    Il y a sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouver. Merci.

     

    Un film de détente et de réalité. L’actualité d’aujourd’hui à 14 ans. Beaux gosses.jpg

     

    La même qu’hier et que demain, sans doute.

    Mais avec les codes, les mots, la musique et l’environnement de la société de maintenant.

     

    Personne ne s’étonne que les petits passent un temps certain pour apprendrer à marcher, pour apprendre à parler.

    Etonnement, les grands font toujours toute une histoire quand, l’heure étant venue, les plus jeunes se lancent dans les notes, puis les gammes de la reproduction.

     

    Incontournables, les gènes.

    Le vivant est programmé pour vivre, survire, se reproduire.

    Avec l’affectif et l’émotif qui bruissent en parallèle.

    Avec le poids culturel du lieu, variable selon les points géographiques, poids accompagné de quelques autres nuances.

     

    Dans Les Beaux Gosses, escorté d’une mère tendance envahissante « grave », voici Herrvé, dans la vie Vincent Lacoste, collégien de 3 ème C, en première ligne tout au long du film. Ce garçon est touchant, balbutiant, enjolivant, fantasmant, sympathique. S’emmêlant « les pinceaux » avec son Aurore, soit Alice Trémolières. La participation de Camel, alias Anthony Sonigo, autre élève de la classe, ne simplifie rien !

    Normal.

     

    De l’autre côté de la barre des 18 ans, les grands adultes - avec un certain nombre de couples d’un temps, perclus de non persévérance - ressemblent à Hervé. Tout comme lui touchants, balbutiants, enjolivants, fantasmants, attendrissants.

    Plus matures qu’Hervé et les autrres ? Pas sûr !

     

    Avec davantage d’heures de vie, certes. D’un point de vue purement mathématique.

    Mais ont-ils su tirer des leçons pour faire  mieux – ou moins mal – ensuite ?  

    Pas sûr !

     

    Le film Les Beaux Gosses est à voir.

    Entre un Lol à l’atmosphère friquée et un Entre les murs dans le secteur pas favorisé du 20 ème arrondissement de Paris, Les Beaux Gosses, filmé dans le 35 soit à Rennes Ile et Vilaine, navigue entre les deux. Faisant vivre une moyenne de collégiens d’aujourd’hui.

     

    De vrais garçons et filles. Choisis à partir d’une base de 500, en sortie d’écoles.

     

    Les éclats, les lueurs reflétées par cette moyenne permettent aux plus de 18 ans de vérifier s’ils se sont laissés larguer – ou pas - …par le temps qui passe, par les années qui se déroulent.

    Les plus de 18 ans ont, avec ce film, une 3 ème opportunité de vérifier s’ils sont encore bien présents dans cette vie de 2009.

     

    Quant aux moins de 18 ans, grosso modo, le réalisateur, Riad Sattouf,  a été assez raisonnable avec vous.

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (illustration: affiche du film Les Beaux Gosses)