Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

tina kiefferdroits enfants

  • Cambodge: François Ponchaud, Tina Kieffer

    Vous disposez sur la page intitulée "index thèmes blog" des sujets récapitulés avec les jours où les trouvez. Merci.

    ponchaud fr 1.jpgCes jours-ci il a été question du Cambodge à deux  reprises : pour le premier procès d’un ancien khmer rouge et écoleCambodge.jpgpour l’action de La Rose Marie-Claire.

    Le vendredi 20 février 2009 C dans l’Air s’est fait l’écho de ce procès, ouvert le 17 février à Phnom Penh, contre le commandant de la prison de Tuol Sleng, l’établissement S 21. Avec un tribunal spécial édifié pour la circonstance dans un halo de justice internationale. A ce propos des écrivains cambodgiens, rescapés, ont été entendus. Ainsi que François Ponchaud, filmé, écouté et projeté pour l'occasion sur les médias en raison de ses connaissances, personne référente que j’ai évoqué dimanche 1 er mars dans « Solidaire ? Oui. Plumé ? Non ! ». Ce Français vit au Cambodge depuis 1965 où il a tout suivi, tout vu, tout intégré - dont la langue, la culture et les coutumes khmères. Pour en savoir plus à son propos vous pouvez aller voir l’article du 1/1/2008 «François Ponchaud au Cambodge, le 1 er janvier 2008».

    De l’occident où nous sommes, nous pataugeons totalement avec les repères cambodgiens si différents des nôtres. La réincarnation ? On n’a pas été élevés dans ce mode de pensée ! Ne jamais perdre la face ? On est très loin de l’importance de cette donnée majeure pour la vie quotidienne en Asie.

    J’entends taxer d’hypocrisie une réalité où anciens bourreaux et descendants de torturés cohabitent côté à côte. Mais que faire d’autre ? La pensée occidentale ne peut être la pensée unique universelle.

    Une amie d’alors, médecin et cambodgienne se spécialisant à Paris, n’a rien eu de plus pressée que de rejoindre son pays, quand les événements ont éclaté. Apporter ses capacités était son but, et non pas se défiler. Elle a terminé comme ceux du S 21, sans doute là d’ailleurs, massacrée, faisant partie ainsi que sa mère, son père des 2 millions de cambodgiens mis hors service, cruellement, au nom d’une idéologie « épuratrice ».

    Dimanche 1er mars c’était un contexte cambodgien plus tonique qui était évoqué chez Michel Drucker lequel accueillait plusieurs responsables de l’opération La Rose Marie-Claire. De quoi s’agit-il ? De la 4 ème année d’une initiative tout à fait dans l’axe des actions initiées par François Ponchaud pour une meilleure prise en charge du Cambodge par les cambodgiens. Cette initiative consiste à proposer à la vente une rose à 3 euros pour la scolarisation des petites filles. Créée  par Tina Kieffer, directrice de la rédaction de Marie Claire, le 8 mars 2006 lors de la Journée Internationale de la Femme cette opération de vente de roses a lieu cette année du 2 au 8 mars. Des marraines prestigieuses la soutiennent dont Claire Chazal, Arlette Chabot, Marie Drucker, Valérie Expert, Catherine Laborde, Élise Lucet, Christine Ockrent, Béatrice Schönberg etc….Sur les 3 euros donnés pour cette rose trouvée chez les fleuristes, 1,50 euros sont reversés aux associations bénéficiaires pour la scolarisation des petites filles. Pour marquer le coup Catherine Dumas, 60 ème femme ayant accédé au Sénat, fera offrir par  La Rose Marie Claire  cette fleur symbolique aux 60 sénatrices le 7 mars. D’ailleurs l’ONU (Organisation des Nations Unies) a placé la scolarisation des petites filles au rang de ses priorités.

     

    Au Cambodge ce sont 1 200 petites filles de l’association « Toutes à l’école » qui sont ainsi soutenues en étant scolarisées en khmer, anglais et français. L’objectif est d’arriver à ce que les demoiselles qui le peuvent accèdent à des fonctions d’ingénieurs, de médecins, et autres permettant de faire mieux avancer leur  pays  d’origine en y restant travailler. « Toutes à l’école » a construit au Cambodge près de Phnom Pen  l’école-pilote Happy Chandara qui accueillera un jour 1200 petites filles, avec 100 nouvelles inscriptions chaque année.

     

    La Rose Marie-Claire soutient des missions caritatives ailleurs qu’au Cambodge. Ainsi est aidée l’ONG (Organisation Non Gouvernementale) CARE au Bénin qui scolarise 2 000 petites filles. Les françaises ne sont pas oubliées car, avec Le Rotary International, des bourses sont proposées à des jeunes pour un projet scolaire ou universitaire sur deux ans ; les formulaires à ce sujet pour 2009 ne sont pas encore disponibles.

     

    Côté Cambodge, quand une petite fille est occupée à l’école elle ne travaille pas pour sa famille. Il y a donc moins de ressource et il faut contrer le manque à gagner en fournissant pour compenser des sacs de riz aux familles – le riz étant l’aliment de base.

     

    Inutile de sursauter. Il n’est pas si loin le temps en France où garçons et filles étaient aux champs, les garçons chargés des ruminants, les filles gardant les oies pour gagner un peu de soupe et un quignon de pain à 7 ans. Des écrits de George Sand (1804-1876) :  La petite Fadette (1849), La Mare au diable (1846) exposent des réalités de la vie qui ne datent que … de 160 ans. Pas si vieux !

     

    Pour un Cambodge débordant de jeunesse – la moitié de la population a moins de 16 ans – que celles et ceux qui ont envie de participer à cette rose à visée scolaire et qui le peuvent offrent la rose concernée à leur maman, par exemple, ou à un proche. La moitié des 3 euros donnés sera bien employée. Quant aux petits garçons, soyez sans amertume car si les non scolarisés en majorité étaient vous, on peut penser qu’une action de même ordre serait faite en votre faveur par des hommes de talent. Votre absence alors  – celle de la moitié de la population - manquerait infiniment au bon développement du monde.  Comme manque au monde aujourd'hui la présence de filles instruites.

     

    Contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr (google images: à gauche couverture d'un livre consacré à François Ponchaud: à droite enfant cambodgien à l'école)