Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

tibet

  • Matthieu Ricard, Tsering Woeser tibétaine écrivain,

    tibet,tsering woeserSuite à la présentation du livre de Matthieu Ricard La citadelle des neiges, la ville de Dijon rappelle que le mercredi 25 mai 2011 à 20h00 au Palais des Congrès Matthieu Ricard donnera une conférence sur La nécessité de l’altruisme, – voir www.dijonfestival.com - festival des musiques sacrées du monde et « rencontres de Dijon ». Vers 21h30 Matthieu Ricard dédicacera ses livres.

    D’autres manifestations ont lieu au cours de cette journée du 25 mai au profit de l’association Karuna-Shechen, laquelle met en place des projets humanitaires dans les régions himalayennes.

     

    Tsering Woeser est un témoin et auteur « sang mêlé » : tibet en grande partie, et aussi chine avec une éducation poussée de ce côté-là. Tsering Woeser écrit d’ailleurs en chinois, la langue d’une de ses lignées ancestrales.

    Elle tient un blog suivi par beaucoup, est présente sur twitter.

    Elle est un repère très important à propos de la relation Tibet Chine.

     

    Cette jeune femme, d’apparence tout à la fois délicate et ferme, est l’auteur, notamment, 
    de l’ouvrage Mémoire interdite - Témoignages sur la Révolution culturelle au Tibet, paru en 
    2010 chez Gallimard, collection Bleu de Chine, 26 euros. Ce livre, traduit du chinois par 
    Bernard Bourrit et Li Zhang, est présenté ainsi par l’éditeur : 

    « Au Tibet, plus qu’en Chine, la Révolution culturelle n’a rien laissé debout. Mais le vrai désastre est ailleurs : comment les Tibétains ont-ils pu prendre part à la destruction de leur propre culture ? Tsering Woeser montre toute la difficulté à penser la culpabilité tibétaine engendrée par la révolution chinoise. Les vingt-trois témoignages réunis dans ce livre sont exceptionnels parce qu’ils évoquent sans réserve cette époque volontiers qualifiée de « délirante». »

    On trouve sur la toile que « Tsering Woeser est une poétesse sino-tibétaine, née à Lhassa en 1966, qui s’est établie à Pékin en 2003. Son engagement en faveur de la démocratie et pour le respect des droits de l’homme au Tibet lui vaut d’être placée sous la surveillance du gouvernement chinois. Bien que régulièrement censurée par les autorités, elle utilise Internet pour défendre ses prises de positions. En 2010, Tsering Woeser a reçu un « Courage in Journalism Award » de l’International Women’s Media Foundation.

     

    Interviewée suite à l’annonce le jeudi 10 mars du dalaï–lama de se retirer du pouvoir politique, Tsering Woeser répond, quant à sa future réincarnation : « Le dalaï-lama a tenu depuis cinq cents ans le rôle d'un dirigeant politique et religieux dans la société tibétaine. Son départ à la retraite ne concerne que l'aspect politique. Donc cela n'influencera pas le processus de réincarnation, qui est de l'ordre du religieux, un domaine dans lequel il ne prend pas sa retraite, peut-on dire. »

     

    J’invite les intéressés par le boudhisme, les contempleurs actifs de l’himalaya, les méditants altruistes, les à l’écoute de la culture tibétaine à lire Tsering Woeser et Matthieu Ricard.

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr(photographie Google images : Tsering Woeser)

     

       
  • JO Paris Flamme

    Pour un monde meilleur

    La flamme des Jeux Olympiques (JO)  traverse Paris ce jour.  Sur un léger fond de neige venue durant la nuit saupoudrer les toits avoisinants et des plantes alentour.
    Proche dans le 20 ème du Père Lachaise dont je vois les arbes côté Est,  ça se présente à l'instant,- 9h00  - comme suit:

    1377734341.jpg
    1369625104.jpg685694373.jpg


    Cette neige d'avril me projette sur d'autres  neiges, loin là-bas, au Tibet.
    Ce Tibet à qui a pu manquer l'être qu'il lui fallait au bon moment.
    Une personnalité aussi forte que celle d'Alexandra David-Néel,née le 24 octobre 1868 à Saint-Mandé (Val-de-Marne), décédée le 8 septembre 1969 à Digne (Alpes-de-Haute-Provence), qui fut en 1924, la première femme d'origine européenne à séjourner à Lhassa au Tibet.

    Qui je suppose - si elle est quelque part présente  sous une forme ou l'autre - observe avec un certain regard le parcours de la flamme olympique à Paris.

    OK ce retour sur le passé ne sert à rien.
    Cependant je remarque l'indifférence générale et mondiale qui a prévalu depuis des dizaines d'années quant à ce pays. Indifférence rompue par l'autorisation donnée aux  JO pour débarquer en Chine en 2008.  Ceux-ci débutant  "demain",  certains se sont émus de ce qui arrivait aux Tibétains  d'autant plus que des locaux - moines ou autres - ont fait circuler leurs points de vue hors frontières.   
    Pourquoi cette soudaine émotion ?
    Est-ce vraiment au seul profit des Tibétains ? ou pour certains une opportunité de se mettre en avant ?

    Car, à côté de ça, on a bravement laissé assassiner du côté du Rwanda.
    Comme on laisse totalement dans l'indifférence la plus totale certains athlètes - lesquels s'entraînent avec coeur et un intense courage pour assurer la présence de leur pays à ces JO de Chine, JO devenus objet d'une sorte d'OPA (=Offre Publique d'Achat). Ces sportifs là doivent, sous peine d'assassinat, se protéger mutuellement seconde après seconde sous peine de mise à mort, et sont obligés de changer de lieu de sommeil chaque nuit. Ces sportifs là qui mettent en oeuvre très concrètement l'objectif des JO, quelle considération a-t-on pour eux ?
    On les ignore. Et tant pis s'ils crèvent ces athlètes là !

    Un instant de réflexion montre que sans de tels sportifs, sans sportif  il n'y a plus de JO. Et alors toute cette agitation  n'a plus de motif  ! Tout ce bouillonnement à propos d'une CAUSE  que tout le monde se doit d'embrasser comme politiquement correcte. Comme il fut de bon ton, jadis, pour certain 16 ème parisien d'indiquer à son chauffeur la direction de Neauphle le Château... pour aller baiser les babouches de certain ayatollah, aujourd'hui "defunctus" (=défunt).

    Des sursauts ? Y'a pas lieu ! Je rappelle simplement ici un effet collectif  d'une info qui conduit souvent à une mouvement style "mouton de Panurge".
    J'en rajoute un couche. Fin 2007 il y a eu la Birmanie. Or, il se trouve que peu de temps après l'article qui en parlait - mis sur ce blog le  4/10/2007 sous le titre La voix de Jane BIRKIN - un ami Birman est passé par Paris et m'a sonnée pour vérification de son état de santé. Comme d'hab ! Je fais le lien entre un copain biologiste fort compétent et mes débarqués des 4 coins de la planète qui oeuvrent au mieux là où ils vivent pour le bien et le mieux être de leurs concitoyens. Droit sorti sans histoire de ce pays où il vit car il est 100% Birman, C.  m'a informé que ce n'était pas aussi pire que cela, capitale mise à part.  Ce Birman n'appartient pas  à un milieu privilégié. Il est retourné en son lieu de vie habituel, rassuré quant à sa santé.

    Ce matin sur La Matinale de la 5, David Douillet a donné son sentiment perso, à savoir que ce n'était pas une bonne solutions que de s'en prendre à la flamme olympique. Si j'ai bien entendu  David, la communauté sportive finirait  par être choquée d'être utilisée à cor et à cris.  Pour David, Réseau Sans Frontière a bien fait passer - via monsieur Ménard-  le message voulu, message qui a bien été reçu.  Il n'y a plus qu'à laisser couler le cours des choses et à laisser agir les responsables politiques.
    Le message ayant été reçu sur le fond, que penser de la forme ?

    C'est assez simple. Un tee-shirt orné des anneaux olympiques alourdis de chaînes +  un  badge avec la mention "pour un monde meilleur".
    David Douillet commente ainsi ces 2 supports: le tee-shirt a permis aux sportifs de se réapproprier les anneaux olympiques; ces 5 anneaux entrecroisés émettent un message fort: celui des 5 continents peuplés qui s'entrelacent dans la paix du sport. Quant au message "Pour un monde meilleur" posé sur le badge, il sort en direct de la Charte olympique. 
    Ceci étant, pour participer aux Jeux, chaque athlète se doit de respecter la Charte des JO.  Sinon c'est l'exclusion.

    Quand on " balance"  à notre champion, souriant et impavide, le fait que certains athlètes ont osé des "coups" médiatiques restés dans les mémoires - ainsi celui de Cathy Frieman en faveur des aborigènes d'Australie - David Douillet,  beau regard clair et bien campé sur ses jambes, rétorque:"Ce que j'ai dit c'est que les sportifs, par leur activité font  sans mot dire "ce monde meilleur". C'est ainsi un fabuleux exemple de fraternité que ce que font les athlètes: Regardez ce qu'ils vivent, ce qu'il font pour être mieux ensemble. Chacun prend ses responsabilités."

    Un journaliste indépendant - relatant les évènements sportifs depuis 20 ans - a décidé de boycotter les JO de 2008 en n'allant pas les commenter; il  ne fait là qu'exercer sa liberté de ne pas participer. D'autres sont libres d'agir pareillemment.

    A la question inévitable posée sur l'attitude de notre Président, Nicolas SARKOZY, quant aux JO, David répond intelligemment.

    Sans doute retenu par des soucis de dernière minute, mr Ménard ne parle pas à l'antenne qui lui est pourtant offerte au même titre que David Douillet.

    Après tout, chers lecteurs, chères lectrices,  pourquoi pas notre Président de la République française, Nicolas SARKOZY,  présent à la cérémonie d'ouverture des jeux et porteur du  badge "pour un monde meilleur" ?  Pourquoi pas ?

    Les jeunes, exercez votre discernement. Les JO athéniens étaient une trève, une période sans guerre.
    N'est-on pas quelque part en train de détourner les JO de leur but premier ?
    Ou bien pensez-vous que ce but premier est devenu "ringard", et que c'est au contraire une bonne occasion que ces JO  2008 pour faire pression en faveur des valeurs tibétaines culturelles et humaines en péril ? Comme sont en péril de par le monde nombre de communautés humaines "petitement  quantitatives," sans moyen financier, sans intérêt pour les grandes puissances quant à leurs ressources géologiques ou botaniques, sans accès aux NTI  (=Nouvelles Technologies Informatiques) pour pouvoir s'exprimer - le Webcam est bien pratique pour cela  et  peu chaud la langue employée quand le visuel est déjà là  ! ,  sans intérêt touristique et au final  plus ou moins oubliées ? 
    A l'occasion, car je pense que vous êtes tous adeptes et pratiquants réguliers d'un sport ou de plusieurs, parlez-en entre vous.
    De toute manière, les JO restent une affaire à suivre.

    Dernière Minute : Affaire à suivre et plus encore quand je découvre que, depuis le départ de la flamme et un premier parcours normal, celle-ci a eu son trajet changé - par la force de comportements sans tenue - et qu'après l'essai d'une sportive handicapée pour faire avancer cette flamme aux yeux de tous les parisiens présents, cette lumière de paix entre les peuples a dû être mise en sécurité dans un véhicule, lui-même  paraît-il à l'arrêt en raison de manifestants se jetant sous les roues. C'est du moins ce que rapportaient tout à l'heure la télé. Quant au maire de Paris, Bertrand Delanoë, il a quant à lui fait poser une banderolle au niveau de son hôtel de ville dont le texte n'a pas manqué de retenir tout mon attention !

    Il est certain que nous allons croûler sous les explications les plus diverses. Je note encore que les Chinois de Paris et d'Ile de France avaient tenu à apporter de la convivialité à l'évènement en étant présents aux pieds de La Tour Eiffel, en costumes de fête, puisque là était le point de départ de la flamme. Je note aussi que le représentant du Tibet, en costume cravate, appelait au calme. 

    Avec toutes les forces mobilisées - autant que pour un 14 juillet - j'ai quitté les infos sur une note de foutu b..... @ + les jeunes !

    ******

    Bienvenue Françoise | 07.04.2008
    Voir le weblog : Prenons la parole | Déconnexion

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr