Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

taxe carbone

  • Taxe carbone : à qui le profit ?

    Il y a sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouver. Merci.

      

    Voici la taxe carbone –  150 à 300 euros par an pour débuter, avec des hausses à prévoir ensuite.

     L’émission du jeudi 27 août de C dans l’air avec « La taxe carbone c’est quoi ? »est exemplaire à ce sujet.

    Pêle-mêle on y apprend que c’est monsieur Mital, pour la sidérurgie, qui a fait des bénéfices grâce à cet axe.

    Que l’idéal serait de ne consommer que les aliments produits sur place. Ce qui serait revenir à du protectionnisme. Lequel plomberait à son tour nos exportations.

    Il est certain que quelque part on prend la foule des électeurs pour des non pensants, des incapables de réfléchir. Choquant !

    On nous évoque en quelque sorte un monde idéal, une super nation au plan mondial, où chacun penserait, respirerait, roulerait….dans l’intérêt de tous et de ses descendants.

    C’est admirable ! Rien n’empêche de le rêver. De tenter de le faire.

     

    En attendant, je vois toujours proliférer sur les marchés – on compte les vendeurs d’exceptions en fruits et légumes avec sac papiers – les sachets plastique quasi immortels qui enlaidissent tout, étouffent des animaux.

    Sans taxe carbone il eut été assez simple de prendre des mesures à ce sujet.

     

    Avec Yves Calvi qui mène le débat sont présents :

     

    Alain Bazot apporte une participation intelligente, au nom des consommateurs, comme président de l’UFC Que choisir.

     

    Jean-Marc Daniel apporte la raison de l’économiste qu’il est, chargé de cours à l’école des mines.

     

    Sylvie Faucheux parle au  nom de la fondation européenne pour des territoires durables qu’elle préside.

     

    Arnaud Gossement est avocat spécialisé en droit de l’environnement.

     

    Le flou des notions de durabilité et d’environnement est ennuyeux.

    Bref, je ne suis pas du tout convaincue.

     

    Le réchauffement climatique est un constat, je ne vais pas le nier. Ce que je repousse c’est cette notion qui vise à pernser que l’homme seul en est responsable. En cela je me situe dans l’axe de Laurent Cabrol.

     

    Bonne découverte !

     

    Contact :francoiseboisseau@wanadoo.fr