Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sophie davant

  • Sophie Davant, Marie-Laure Picat, David Khayat

    Il y a sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouver. Merci.

     

    Vendredi soir 3 avril 2009 sur France 2 Sophie Davant, qui anime avec entrain une émission quotidienne le matin, présentait fotDavantKhayat7.4.09 004.jpglors du Café Littéraire de Daniel Picouli un livre dont le point de départ est le décès prématuré de sa maman. « Au-delà… grandir après la perte » de Sophie Davant, avec le docteur Christophe Fauré  est publié chez Michel Lafon, coût 17, 95 euros.

    Ce matin, mardi 7, elle a reçu le Professeur David Khayat, cancérologue, pour son nouveau roman, le 3 ème,  « La vie pour s’aimer » chez Plon, histoire d’amour entre un médecin et sa patiente. Ce cancérologue, humain, a joué un rôle important dans sa vie d’orpheline d’une  maman emportée par un cancer.

     

    J’ai mieux compris, suite aux confidences de vendredi, la sensibilité aiguisée de Sophie Davant, animatrice impliquée à fond pour le Téléthon depuis 1998, lors de son interview de Marie-Laure Picat. Rien n’était fortuit, finalement !

     

    Restée interpellée par l’origine du cancer de sa jeune maman, Sophie Davant a confié à Daniel Picouli s’être demandée si elle dépasserait l’âge atteint par sa maman, 44 ans. Soit plus de 20 ans d’une vie d’angoisse.

     

    Avec une échappée pour déclarer que sans le décès de sa maman alors qu’elle, Sophie, n’avait que 20 ans elle n’aurait pas pris son envol. Si j’ai bien saisi. Libre à cette journaliste populaire de penser cela !  

    Pour autant, tous ceux dont le père ou la mère décèdent prématurément peuvent penser très différemment. Chaque vie, chaque parcours de vie est unique !

     

    Ce qui m’a souciée pour Sophie Davant l’autre soir est son interrogation à propos de la venue du cancer de sa maman. Sa quête pour chercher à savoir si cette maman avait, par les dispositions de son psychisme, déclenché peut-être le cancer qui l’a ensuite emportée.

     

    Je lui souhaite de trouver la réponse. Une réponse qui puisse l’alléger.

     

    Qu’elle soit du moins en joie d’avoir fait quelque chose de superbe. Le meilleur dans cette situation désespérée : permettre à sa maman de quitter cette vie terrestre chez elle, dans la beauté d’une superbe campagne. La beauté, en des instants ultimes, est une tendresse, une caresse infinie. 

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (photo archives personnelles: Sophie Davant le 7.4.2009 en direct)