Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

société

  • Jean-Marie Petitclerc : mixité sociale

    Je cite ce propos concernant Jean-Marie Petitclerc, salésien, polytechnicien avant de de venir prêtre et éducateur.

    "Rome, Vendredi 16 avril 2010 (ZENIT.org) - Le père Jean-Marie Petitclerc, éducateur spécialisé et médiateur social, a souhaité que les « jeunes des cités » puissent rencontrer « d'autres jeunes ». Dans une interview accordée à la revue diocésaine Eglise de Rouen, le 15 avril, il a rappelé l'importance de « l'éducation à la mobilité » et de « la mixité sociale ».

    Prêtre salésien de Don Bosco et auteur de Pour en finir avec les ghettos urbains(Editions Salvator - mai 2009), il donnera une conférence à Rouen, le 22 avril prochain, sur ce même thème. Le père Petitclerc a créé à Argenteuil - et récemment à Lyon - Le Valdocco qui rejoint les jeunes dans leur milieu de vie, et forme des médiateurs sociaux.

    Dans cette interview à Eglise de Rouen, il dénonce le scandale, « dans notre pays, de scolariser tous les enfants des tours dans des collèges situés en bas des tours ! ». Alors que la France finance « depuis 20 ans » des « actions dans les quartiers pour les gens des quartiers », il invite au contraire à « développer des activités menées hors quartier à condition qu'elles soient ouvertes aux gens des quartiers ».

    « Au Valdocco à chaque fois que l'on mène une activité dans les quartiers, nous sommes entourés d'autres jeunes, lycéens étudiants qui viennent nous donner un coup de main ». « Développer l'éducation à la mobilité et favoriser la mixité sociale, c'est essentiel ! », affirme-t-il.

    Le père Petitclerc évoque aussi les deux notions souvent confondues de « pouvoir » et d'« autorité ». « Le pouvoir, je le reçois d'une institution, l'autorité je la reçois de celle et ceux auprès de qui je l'exerce ». « L'autorité est avant tout une relation », estime-t-il.

    Or aujourd'hui, « dans notre société, une position de pouvoir ne confère plus de manière systématique une position d'autorité ». « Pour que la relation d'autorité fonctionne, encore faut-il que le porteur soit crédible ! Or la source de cette crédibilité c'est bien la cohérence entre le dire et le faire ».

    Et de rappeler que dans l'Evangile, « la catégorie de gens qui mettait Jésus le plus en colère, ce ne sont pas ceux qui transgressaient la morale, mais les hypocrites ». « Or pour moi aujourd'hui - et c'était déjà l'intuition de Don Bosco - il me semble que pour transmettre, il faut s'appuyer sur la qualité de la relation adulte-jeune, beaucoup plus que sur la qualité du système institutionnel ».

    Source www.zenit.org"

    Des jeunes ont fait cela d'eux-mêmes : la mixité sociale. La relation évoquée adulte-jeune doit se tisser dans le respect total de l'autre, autrement dit être un échange de personne à personne; sinon grand est le risque de "pratiquer" du relationnel supérieur/inférieur, sans avancée. J'ai beaucoup de respect pour Don Bosco, par ailleurs saint, à la vie peu conventionnelle et débordante de coeur...sans limite.

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr