Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sma

  • Paris: Accueil enfants à l'école

    Vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les thèmes qui me paraissent les plus importants avec les jours où les trouver. Merci. Le 28: 118 visites, 541 pages consultées

    Une information concernant toute la ville de Paris relatée sur L’infolettre de Jack-Yves Bohbot bohbot jack_yves grand.jpgn°18 du 26 octobre 2008

    « Le dossier du SMA est caractéristique de la gestion politique de la Ville de Paris.
    SMA ? Cet acronyme recouvre une disposition législative adoptée le 20 août dernier qui prévoit, en cas de « grève importante » des enseignants, la mise en place par les communes d'un service d'accueil des enfants scolarisés dans les écoles maternelles ou élémentaires publiques pendant le temps scolaire obligatoire.
    Ce dispositif est réclamé depuis des années par les parents qui , les jours de grève dans les écoles , étaient placés devant d’inextricables difficultés de garde de leurs enfants.

    Dans un premier temps, le Maire de Paris s’était opposé au projet de réforme. Mais une fois le texte voté, il s’était incliné. "La loi est promulguée. Nous sommes républicains, nous l'appliquerons." avait-il annoncé au Conseil de Paris au début du mois d’octobre.

    Volte face, il y a quelques jours, sous la pression des très puissants syndicats d’enseignants : Bertrand Delanoë renonce à mettre en oeuvre le SMA au motif qu’il n’est pas en mesure, pour des "raisons de sécurité" notamment, d'appliquer cette loi, et demandent aux parents d’élèves de ne pas amener leurs enfants à l’école.
    Saisi lundi par le préfet de Paris, le tribunal administratif de Paris a affirmé mercredi soir l'illégalité de la décision du maire de ne plus assurer le service minimum d'accueil prévu en cas de grève.
    «Les difficultés que rencontre la Ville dans cette mise en place sont pour une large part liées à un défaut d'anticipation de sa part», selon l'ordonnance du tribunal. En outre, «contrairement à ce qu'elle prétend, elle dispose de cinq jours de préavis et non pas de 48 heures pour s'organiser».
    Mais le Maire de Paris s’obstine dans son refus et vient de faire appel.
    Cordialement,
    Jack-Yves Bohbot
    Conseiller du XIème
    jackyvesbohbot@gmail.com- 06 73 56 17 73
    http://www.jackyvesbohbot.fr/ »

     

    Voici pour les jeunes pour information.

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (cliché: Jack-Yves Bohbot)