Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sida

  • Jean Luc Romero ELCS

    jean luc romero,sidaC’est en Val d’Oise que j’ai fait la connaissance de Jean-Luc Romero, le président d’ELCS - Elus Locaux Contre le Sida, association qui venait de se créer. Le mardi 29 novembre 2011 Jean-Luc Romero préside à l’Hôtel de Ville de Paris les XVI èmes Etats généraux des Elus Locaux Contre le Sida, délivrant avec d’autres intervenants un message d’espoir

     

    Le Sida n’a pas de couleur politique. Mais la parole politique, quelle que soit la tendance des élus, est indispensable pour lutter contre le fléau qu’est encore le Sida.

     

    Car le Sida reste un problème de santé publique bien que devenu, 30 ans après son arrivée, une maladie chronique.

    Et, ce 29 novembre 2011, dans une salle comble, des élus de toutes tendances sont venus, des provinciaux comme des franciliens, pour faire front ensemble contre le Sida.

     

    De ces heures importantes j’ai retenu quelques repères pour les jeunes lecteurs de ce blog car, venir à bout du Sida, est aussi l’affaire des moins de 18 ans.

     

    Du côté des connaissances, une enquête montre que 21 % des interrogés pensent que la Sida s’attrape par une piqûre de moustique.

     

    Du côté des moyens de lutte, si la parole politique est un outil nécessaire, l’argent est également indispensable, qu’il soit d’Etat, qu’il vienne de collectivités locales, ou encore de dons personnels.

    De l’argent, oui. Pour faire quoi ?

    Du dépistage, des traitements, de la recherche.

     

    Du dépistage car il y aurait 40.000 personnes en France en ignorance de leur séropositivité, 40.000 personnes susceptibles de transmettre le Sida sans le savoir. De plus leur état de santé s’aggrave faute de traitement, une personne touchée sur quatre découvrant sa séropositivité à un stade avancé de dépression immunitaire.

    Il y a donc lieu de repenser les modalités du dépistage.

     

    Des traitements. La trithérapie permet aujourd’hui une lutte efficace pour ceux qui sont atteints. Un tel traitement est lourd, avec des effets secondaires. Un essai aurait été fait sur quelques dizaines de personnes, lequel montrerait une piste avec 4 jours de traitement lourd et 3 jours de thérapie plus légère ; il faudrait confirmer… ou infirmer.

     

    Le traitement est aussi un outil de prévention car, lorsque le virus est suffisamment contrôlé endigué en quantité, la transmission du virus est à peu près nulle.

     

    La recherche, en l’espèce l’Agence Nationale de Recherche contre le Sida – ANRS, fait au mieux avec un budget de 50 millions d’euros, affectant 20 % de ce budget aux questions propres à l’Afrique subsaharienne et à l’Asie du Sud Est.

     

    Une des questions posées à propos de la France est celle-ci : pourquoi depuis 10 ans y a-t-il environ 7.000 séropositifs découverts par an, sans réduction de ce chiffre ? Deux tiers sont des hommes et un tiers des femmes. Environ 60 % sont contaminés par des rapports hétérosexuels.

    40 % des séropositifs vivent en dessous du seuil de pauvreté ;

    De nombreux séropositifs – pas tous - sont l’objet de discrimination, voire d’exclusion à divers niveaux. A ce sujet Anne Hidalgo évoque le parcours de Pascale, présente et qui témoigne de sa non carrière administrative ayant dit à son travail en 1984 sa séropositivité, persuadée qu’elle était de bientôt décéder.

    Ce témoignage et d’autres avec d’autres élus – Didier avec Dominique Gillot sur le thème du désir d’enfant chez les couples sérodifférents, Denis avec André Santini sur le thème de la vie avec les traitements anti-VIH, Laurent avec Marie-George Buffet sur le thème de la prise en charge du VIH dans les prisons – sont rapportés dans le livret illustré de photographies Paroles et vies au positif qui nous dit 13 rencontres. Lesquelles perdurent dans le temps au-delà de ce texte.

     

    Le Sida étant devenu maladie chronique, certaines coinfections devenues possibles n’ont pas encore été prises en compte.

     

    Les nouveaux nés de 2011, ceux à venir, ont peu à voir avec les touchés par le Sida d’il y a 30 ans quand émergeait cette pathologie. Cependant, et comme les générations précédentes, il va leur falloir, dès le plus jeune âge, assimiler des connaissances et des réflexes de protection contre ce fléau, en famille comme à l’école.

     

    Corinne Lepage a rappelé qu’en 2011 seul existe ce dont on parle. D’où l’importance de la parole politique contre le Sida.

    François Hollande indique que pour lui « la lutte contre le Sida doit continuer », que « la mobilisation doit être intensifiée ».

     

    Brigitte Lahaie rapporte que son émission lui a permis de voir combien la discrimination restait présente.

     

    Stone présente pour le show-business, Sheila  n’étant pas disponible, indique le chiffre de 10 milliards pour résoudre les choses en matière de Sida. Un « petit » montant par rapport à ce qui a été avancé aux banques lors de la crise.

     

    Sans tous les citer, ont pris également la parole Jean-Paul Huchon, Alain Fouché, Dominique Gillot.

    Pour information il est possible, bien que non élu, de faire partie de l’association Elus Locaux Contre le Sida, joignable au 84 rue Quincampoix, Paris 75003.

     

    Jean-Luc Romero l’a rappelé : il y a en France 9 millions de personnes qui sont concernées par une ALD, Affection de Longue Durée. Ceci est important a avoir à l’esprit alors que Jean-Marie Le Guen, adjoint au maire de Paris chargé de la santé publique, conclut en soulignant que le Sida a permis, notamment, un meilleur échange entre soignants et malades. Une attitude positive qui concerne tout le monde.

     

    contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (Jean -Luc ROMERO le 29 à la tribune) 

  • Sida/VIH : action contre en Guyane

     

    ELCS25.11.09 013.jpgLe 25 novembre 2009, lors des 14 èmes Etats généraux d'Elus Locaux Contre le Sida, ELCS, à la demande de Jean-Luc Romero Président d'ELCS, l’action conduite dans le département de Guyane contre le Sida a été présentée par Marie-Claude Verdan.

    Madame Verdan est conseillère régionale de Guyane, présidente de l'Observatoire Régional de la Santé de Guyane.

    Certaines actions sont faites en liaison avec les pays voisins : Brésil et Surinam.

    Voici le lien pour accéder à l’action décrite sur Youtube :

    http://www.youtube.com/watch?v=RxxcqBC2EKI

    Je remercie Marie-Claude Verdan d'avoir autorisé la diffusion de son intervention.

    contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (photo archives personnelles: Marie-Claude Verdan)

     

     

  • Jean-Luc Romero et le Sida le 25.11.2009

     

    ELCS25.11.09 025.jpgJean-Luc Romero conclut ici ELCS, Elus Locaux Contre le Sida, le jeudi 25 novembre.  ELCS25.11.09 047.jpg

    " Lors de l’Assemblée générale au Conseil régional d'Ile-de-France, qui a précédée les 14èmes Etats généraux d’ELCS, j’ai été réélu à la tête de cette association que j’ai créée en 1995 - cela fera 15 ans en 2010 ! " c'est ce qu'écrit Jean-Luc Romero à l'occasion des Etats Généraux tenus le 25 novembre au Conseil régional.

    C'est à l'occasion de la présentation par Jean-Luc Romero d'Elus Locaux Contre le Sida dans une ville de banlieue que j'ai fait sa connaissance. Découvrant cette fabuleuse union des élus de tous bords contre le Sida.

    On peut passer la première minute de cette vidéo, trop basse côté son pour enchaîner sur la suite. Voici le lien :

    http://www.youtube.com/watch?v=zNmBs71yg2M

    Au nombre des absents: Sheila en tournée, Anne Hidalgo non disponible. Mais Roxane Decorte était bien là. Ainsi que Dominique Versini défenseur des enfants. Plusieurs des élus, engagés fermement contre le Sida, ont fait part de leurs expériences. Dont une élue de Guyane.

    Il ressort que la prévention contre le VIH/Sida aujourd'hui passe par le dépistage, le préservatif et aussi le traitement.

    contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (photo archives personnelles : Jean-Paul Huchon à gauche et Jean-Luc Romero à droite; à droite de gauche à droite: Jean-Luc Romero, Dominique Versini, Roxane Decorte)