Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

septembre 2008

  • Lourdes et Benoît XVI

    Vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les thèmes qui me paraissent les plus importants avec les jours où les trouvez . Merci.    14 septembre: 56 visites, 

    Pleins feux sur Lourdes ce dimanche 14 septembre 2008. Avec la présence de Benoît XVI.

    On accède à Lourdes -lourdes-76.jpg lieu d’apparitions pour les catholiques de Marie, mère de Jésus, à Bernadette - soit par la route, soit par les airs – l’aéroport d’Ossun est à 10 kms de Tarbes et 10 kms de Lourdes, modèle européen pour l’accueil des personnes à mobilité réduite -, soit par train.

     

    Deux voies partant grosso modo du haut de la ville – gare SNCF, Poste, église paroissiale où fut baptisée Bernadette, monument aux morts -  descendent en pente raide pour la rue de la Grotte, en pente plus douce pour l’avenue de la Grotte, pour converger vers le gave qui coule au niveau bas de Lourdes. Par ces deux chemins on accède ensuite jusqu’à la grotte où se déroulèrent les 18 apparitions en bordure du gave. En face à face avec la grotte des apparitions, de l’autre côté du gave, se situe le Carmel de Lourdes. 

     

    Lourdes est à  +  420 mètres d’altitude. L’eau qui la traverse descend de Gavarnie et quitte la ville pour filer vers la plaine du Béarn prenant alors le nom de Gave de Pau. C’est le cas aujourd’hui comme c’était le cas à l’époque des apparitions.

    Au moment de la 1 ère, le 11 février 1858, Lourdes est habitée d’environ 4 000 personnes, lieu de marchés et de foires animés; plus de 1 000 personnes travaillent dans les carrières de marbre et d’ardoise alentour.

    La famille de Bernadette Soubirous a été aisée. Des accidents de la vie en ont fait une famille démunie. Et c’est une Bernadette référencée pauvre qui va entendre de la mère de Jésus des paroles infiniment respectueuses dont elle a perdu l’habitude. Marie va s’adresser à elle ainsi : «Voulez-vous me faire la grâce… ». Ce sont des paroles qui collent à 1858.

     

    Depuis l’arrivée du Pape en France, les journalistes assurent bien.

    Il se peut que des termes spécifique ou un peu techniques lors des cérémonies ont pu passer par-dessus la tête d’un certain nombre d’auditeurs, mais ce n’est pas grave. Ce qui interroge et importe et emporte est la présence d’une foule et l’enthousiasme qui l’anime.

     

    Si à Paris et à Lourdes ce passage du Pape est source de davantage de vraie Paix au plan personnel, au plan familial,  au plan amical, au plan loisirs, au plan travail, alors c’est une réussite.

     

    Je termine avec un texte écrit à Lourdes, lors d’une sainte Marie, un 15 août, sous un ardent soleil.

     

    Lourdes est un palais d’or peuplé par les prières

    De multiples pays, de cent mille cités

    Aux habitants – pauvres et riches – transportés

    En bordure du gave, confiant leur vie entière.

     

    Les cloches du Carmel psalmodient ton renom

    En notes pures et claires : c’est jour de grande fête !

    C’est la Sainte Marie, la procession s’apprête

    A bénir les malades unis par ton doux nom.

     

    Très proche des piscines où jaillit le miracle

    La source pour chacun donne l’eau fraternelle

    Offrant à tout humain pour la vie éternelle

    Réconfort et espoir par-delà le spectacle

     

    D’une foule grandiose dont les cœurs en moisson

    Prosternés à vos pieds, comme fut Bernadette,

    D’une voix unifiée et pacifiée répètent

    Des Rosaires d’Ave, votre belle chanson.    

     

    Les moins de 18 ans, empruntez en bibliothèque une vie de Bernadette si vous ne connaissez pas cette jeune sur qui est "tombé" l'aventure - pas facile à assumer - des apparitions mariales. Après quoi, elle a continué sa vie, faisant de son mieux, vivant comme elle avait toujours vécu.

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr