Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sans papier

  • Jean-Claude Vitran, LDH et Travailleur Sans papier

     

    Vitran.jpgJean-Claude Vitran est très connu pour sa défense des droits de l’homme. Il est animateur du groupe de travail Libertés à la LDH, Ligue des Droits de l’Homme Il accomplit ce travail en réglant des cas concrets, au quotidien, et aussi à des niveaux plus généraux en participant à des groupes de travail en France comme à l’étranger pour faire avancer les choses dans le bon sens.

    Voici ce que dénonce la LDH, Ligue des Droits de l’Homme, le 9 mars 2009, appelant à la régularisation de travailleurs « officiels ». Je cite :

    « Val d’Horizon : Ils bossent ici, ils vivent ici, ils restent ici !

    Communiqué de la fédération du Val-d’Oise de la LDH
    Une quarantaine de travailleurs sans papiers de la société Val d’Horizon, qui organise pour le compte du Syndicat Intercommunal EMERAUDE la collecte et le traitement des déchets de la Vallée de Montmorency par l’intermédiaire de l’entreprise de travail temporaire MAN BTP, sont entrés en grève, soutenus par la CGT, pour protester contre leurs conditions de travail et de rémunération.

    Chaque matin dès quatre heures, à côté de la gare de Soisy sous Montmorency, ils attendent qu’un responsable de Val d’Horizon les embauche, ou non, pour une tournée de ramassage avec un camion et ce jusqu’à 12, 13 , ou 14 Heures.

    Leur paye de 600 à 1200 euros par mois leur est délivrée sous forme d’un chèque sans ordre ou par une carte bleue utilisable sur un compte ouvert par MAN BTP.

    Cette situation démontre s’il en était besoin, que l’exploitation des travailleurs immigrés sans papiers est un système économique largement développé dans le « Pays des Droits de l’Homme ».

    Elle confirme le peu de cas qui est fait de ces populations en situation précaire et fragile.

    Ces atteintes aux droits et à la dignité des plus faibles se généralisent car les réalités économiques et les choix politiques amènent certaines communes à se désengager.

    Chaque salarié, quel que soit son statut et son origine doit voir ses droits reconnus et garantis.

    La Ligue des Droits de l’Homme, Fédération du Val d’Oise, s’insurge contre cette situation et en appelle aux pouvoirs publics pour qu’ils régularisent les travailleurs sans papiers et punissent les exploiteurs.

    Contact : Jean-Claude Vitran, Ligue des Droits de l’Homme, Fédération du Val d’Oise. 06 89 18 34 78 ».

    Qu’observe-t-on à la suite de cela ? Ce qui suit, paru dans Le Parisien le 11 avril 2009. Je cite toujours.

    « La ligue des droits de l’homme vient de se voir notifier la suppression de sa permanence hebdomadaire à Saint-Leu-la-Forêt.

    Une décision prise par le maire (UMP) Sébastien Meurant. « Cette fermeture est une honte pour notre démocratie et confirme la volonté de certains élus de restreindre un peu plus nos libertés et notre rôle social envers les plus défavorisés », déplore Jean-Claude Vitran, le responsable départemental de la Ligue.

    Ouverte depuis plus de deux ans dans le centre social de la maison du Charme-au-Loup, avenue de la Gare, la permanence avait lieu tous les vendredis après-midi. Elle recevait, selon Jean-Claude Vitran, de 150 à 200 personnes par an. « Des gens de toute origine que nous assistions dans leurs démarches administratives et pour la régularisation d’un grand nombre de travailleurs sans papiers. »

    « Jean-Claude Vitran est quelqu’un d’agressif et d’un sectarisme extraordinaire, réplique l’élu. Quand je l’ai reçu dans mon bureau à la mairie, il s’est permis de me répéter que, lorsque les lois ne lui convenaient pas, il ne les appliquerait pas. C’est un appel intolérable à violer les règles. » Et de renchérir. « C’est quelqu’un de très engagé politiquement qui prend des positions dangereuses. » En attendant de trouver un local proche d’une gare, la permanence de la Ligue va se rapatrier provisoirement à Eaubonne ».

    Observer bien les jeunes. Quand cela les arrange, des élus ou des responsables peuvent appeler à la désobéissance civique pour faire changer des lois. Quand cela les dérange, ces mêmes élus ou responsables qualifient d’agressifs ceux qui ne vont pas dans leur sens.

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (photo Google images : Jean-Claude Vitran)