Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sagesse

  • Christian Jacq : Le voyage initiatique

    Un livre à lire pour qui visite les cathédrales afin d'en comprendre mieux les messages initiatiques semés tout au long des sculptures par les maîtres bâtisseurs. Le sous titre de ce livre paru en 1996 est Les trente-trois degrés de la sagesse.

    La quatrième de couverture indique : « Les sculptures romanes proposent souvent à l'homme un message spirituel. Ainsi, celles de la cathédrale de Metz illustrent les trente-trois degrés de la sagesse conduisant l'homme à la connaissance. De la graine au fruit, de l'arbre sec à l'arbre fleuri, le chemin est long et parfois périlleux qui mène, d'épreuves en défis, à la connaissance de soi et à l'accomplissement. »

    « Ce que tu fais te fait »est la maxime favorite des bâtisseurs (p 14).

    Et un récit explicatif nous est fait, par un certain Pierre Delœuvre Maître d'œuvre du XXème siècle, des symboles sculptés dans la pierre de la cathédrale de Metz. Christian Jacq précise en bas de page 17 que « Il est sans intérêt d'entrer ici dans les querelles de datation des sculptures. L'important est de savoir que le sculpteur initié qui les a exécutées transmettait les clefs majeures de son initiation, quelles que soient l'époque exacte du premier achèvement de l'Oeuvre et celle de sa restauration. »Il ajoute en page 19 : « Tout part de l'Égypte pharaonique où les confréries formaient de véritables États dans l'État. »

    Il existe des obstacles à l'initiation. Sept sculptures les représentent, conduisant du 1er au 7ème degré de l'initiation.

    Puis viennent les petits mystères, du 8ème au 19ème degré, de l'arbre sec à la lune. Précisons.

    8ème degré : L'Arbre sec ou la première prise de conscience

    9ème : L'Aigle ou l'intuition de la lumière

    10ème : Le Taureau ou l'intuition de la création en l'esprit

    11ème : Les Masques ou la dualité

    12ème : Le Dragon ou l'éveil conscient de la foi

    13ème : Le Dauphin ou le salut toujours possible pour qui le désire

    14ème : La Colombe ou la pureté rénovatrice

    15ème : L'Éléphant ou l'intelligence réceptive

    16ème : Le Serpent ou l'intelligence agissante

    17ème : L'Épée ou la perception de l'axe de lumière

    18ème : La Lune ou la réceptivité consciente

    19ème : Le passage de la Lune au Soleil

    Arrivent les grands mystères, du 20ème au 33ème degré. Soit ceci.

    20ème degré : Le Soleil ou la création intemporelle

    21ème : La Tempérance

    22ème : L'Homme au bandeau ou la contemplation intérieure du sacré

    23ème : Le Pélican ou Foi, Espérance, Charité

    24ème : Le Phénix ou le Feu éternel

    25ème : L'Aigle ou la royauté céleste

    26ème : Le premier Lion ou la royauté terrestre

    27ème au 30ème degré : Les quatre personnages l'amphore

    31ème : Le Lion ailé ou la royauté flamboyante

    32ème : L'Ange ou l'Homme à l'image de Dieu

    33ème : L'arbre fleuri ou la communauté des bâtisseurs

    Pour saisir un peu du contenu de ce livre, regardons au 21ème degré, La Tempérance, ps 121-124, qui paraît après le Soleil et la Lune. Cette Tempérance là « n'est pas la sobriété des gens raisonnables. ». Elle te convie « à assurer le gouvernement de ta vie », elle te convie « à boire. A boire une pure liqueur, comme disaient les alchimistes, un breuvage issu des sources de la sagesse ».

    La Tempérance verse un liquide d'un vase en un autre. Qu'est-ce à dire ? Il s'agit d'harmoniser en soi le plus et le moins. Explication : « A ce qui est en haut, (…) on dit : descends. A ce qui est en bas, on dit : monte. Si tu es en bas et que je veuille habiter en toi, il faut que je descende vers toi. C'est ce que fait le Créateur. Si tu deviens humble, le Créateur descend de sa demeure et s'installe en toi. »

    On peut imaginer que Soleil, actif, et Lune, passive, sont les deux vases de la Tempérance. Cette dualité est dépassée par le Maître d'Oeuvre qui sait mettre « les lumières en proportion, selon la loi du Nombre d'Or qui te fut enseignée lors du passage par les masques. Comment, d'ailleurs, pourrais-tu rejeter le jour au profit de la nuit, ou la nuit au profit du jour ? »

    Bonne lecture et mise en pratique de ces leçons de vie gravées dans la pierre qui conduisent à la connaissance et à l'harmonie ; « à passer de la réalisation personnelle à la réalisation communautaire » . « Oui, aime par amour de l'Amour. Ta Foi donnera naissance à une intelligence du cœur, l'Espérance lui donnera réalité, la Charité la reconnaîtra en chaque créature. Deviens hier, aujourd'hui et demain dans le même instant. » On peut ajouter : « Et demeure humble, car rien n'est jamais achevé ».

    contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr

  • Philippe Héraclès : sagesse d’un éditeur.

    Il y a sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouver. Merci.

      

    Philippe Héraclès, PDG des éditions Le Cherche Midi, est un sage. Un sage, à la vie à la mort. imagesHéraclès.jpg

    imagesHéraclès2.jpg 

    Il en montre l’exemple à chacun.

    Je veux dire qu’il apporte là où il vit sa pierre personnelle qui fait progresser le monde des humains.

    Cela sous la forme du message dynamique qu’est son action de Président Directeur Général des Editions du Cherche Midi, maison fondée en 1978.

     

    Le Cherche Midi éditeur est classé dans le groupe restreint des premiers en matière d’édition.

    Et nombre d’auteurs souhaiteraient voir leurs réalisations publiées au Cherche Midi.

     

    Si Philippe Héraclès est un fonceur – doté à part égale du réalisme indispensable pour être un bon chef d’entreprise - c’est qu’il est conscient que chaque instant est précieux.

    Et que tout peut s’arrêter n’importe quand.

     

    Un  propos que j’entends régulièrement énoncé par Arash Derambarsh, un de ses proches collaborateur, directeur du département politique et personnalités publiques de cette maison d’éditions http://www.cherche-midi.com.

     

    Philippe Héraclès a, notamment, une intelligente façon d’avancer en face à face avec une réalité biologique qui marche actuellement de pair avec la vie, autrement dit la mort.

    Plutôt que de nier cet épisode incontournable, plutôt que de s’en cacher comme le font fâcheusement nos sociétés occidentales, Philippe Héraclès en joue.

    Il apprivoise la mort, il la cajole, il la dompte, il la maîtrise.

     

    Un de mes proches disait : « Ce n’est pas parce que l’on parle de sa mort qu’elle viendra plus vite ». Il avait bien raison, ce presque centenaire.

     

    Si l’on réfléchit un peu et que l’on se demande : « Ai-je eu peur de venir au monde ?  », il est probable que la réponse donnée sera : « Non ! »

     

    A l’autre extrémité de la ligne de vie, les témoignages dits d’EMI, Expériences de Mort Imminente, sont rares. Ces « vécus  », admis par les uns, sont contestés par d’autres au nom de la « sauce chimique » qui agiterait notre cerveau dans des instants assez particuliers.

     

    Du côté de l’orient, les millions d’adeptes du boudhisme mènent leur passage terrestre au rythme de la réincarnation. Une toute autre façon d’envisager la vie et la mort. Il nous est dit qu’environ un million de français, d’ailleurs, se rangeraient aujourd’hui sous la bannière de cette philosophie.

     

    Je ne trancherai pas.

     

    On verra bien le moment venu. Un optimisme naturel me poussant à penser - qui sait ? - que je serais consciente et témoin d’une après vie. Et même participant à la suite.

    Ce qui est exact au moins en partie, les morceaux biologiques, remis à la terre ou incinérés, entrant à nouveau dans le grand cycle du fonctionnement de la nature.

     

    Quant à la part de l’esprit ?

    Tout être vivant pose des marques, Historique – le cas de Philippe Héraclès, éditeur et auteur – ou – pour une majorité - dans l’anonymat de la petite histoire.

     

    Ayant rencontré Philippe Héraclès, je peux en dire que c’est un homme d’abord sympathique, débordant d’humour et de finesse tout en allant droit au but.

     

    Avec cela le geste vif, le regard malicieux, une pensée qui cadre les éventuels débordements des uns ou des autres.

     

    Voici comment, à ce jour, Philippe Héraclès a apprivoisé l’autre côté du mur.

    Ce côté pour lequel je souhaite à chacun d’être au préalable à jour au niveau relationnel avec ses très proches, avant de franchir ce cap.

    Rien de plus pénible que les remords qui vont ronger certains, parfois des années durant, pour une dispute – souvent pour des futilités – suivies par un simple concours de circonstances d’une impossibilité d’"Au revoir", le fil de la vie ayant été tranché.

     

    Sur le thème de la mort, Philippe Héraclès a publié aux éditions Le Cherche Midi plusieurs livres, aisés à manipuler, peu coûteux, illustrés.

    Ils ont pour titre : Le Grand Livre de l’humour noir, Le Petit Livre de l’humour noir 2000, Eternellement vôtre 2003, Le Petit Livre des meilleures pensées d'humour noir 2008.

    Ainsi que deux autres en ce moment que j’ai sous les yeux : Le Petit Livre des épitaphes les plus drôles, des fins pour défunts, 2005, 4 €, et 100 bonnes raison d’être mort, 2007, 3,80 €.

     

    Chaque phrase de ces livres est drôle à sa façon. Certaines sont poétiques. Toutes présentées sours forme d’épitaphes imaginaires, au "design " différent.

     

    Je ris encore de quelques unes, récoltées au hasard :

    « Ici l’inactivité ne fait pas grossir »

    « Pour vivre heureux vivons cachés »

    « Il y a un début à tout normal qu’il y ait une fin à tout »

    « Si l’inspiration vient en dormant il va y avoir un génie au réveil »

    Ces épitaphes sont extraites du Petit Livre des épitaphes les plus drôles. Toutes gravées sur un marbre à chaque fois différent. Il n'y a  que l’embarras du choix !

     

    Et encore :

    « Vous ne voulez plus être dérangé pour un oui ou pour un non »

    « Vous rêvez de rester allongé toute la journée »

    « Vous voulez repartir à zéro grâce à la réincarnation »

    Celles-là sont venues des 100 bonnes raison d’être mort, abondamment ilustrées.

     

    La mort pour rire, voilà un sacré cadeau que nous fait Philippe Héraclès. Merci à lui !

    Cet éditeur publie également sur des sujets très différents de celui de la mort.

     

    Quant à vous, chers moins de 18 ans, on évite de s’endormir sur une brouille. D’ailleurs, le sommeil est meilleur quand on est en paix avec les autres, ceux avec lesquels notre cœur vibre en écho.

     

    Contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr (illustration : google photographie de Philippe Héraclès PDG des Editions Le Cherche Midi, couverture du livre Eternellement vôtre) 

  • Gaudard Khrystel: enfant placé !

    Je relance un SOS vers cette maman ou ceux qui la connaisse pour qu'elle me rejoigne à nouveau afin de voir quoi faire pour ses 2 enfants. Le garçon qui n'avait pas à être placé et la fille menacée d'être placée. Et la maman elle-même à soutenir, cette maman accusée - à tort ! - d'être responsable de ce qui se passe pour sa petite fille alors qu'elle a pris soin de sa progéniture.

    C'est dégueulasse !

    Je m'en veux veut d'avoir égaré l'adresse mail de cette maman ! Outre le net je lance aussi des appels télépathiques; j'espère que ça va fonctionner ! Je glisse en passant mon tél. 06.22.15.67.31;

    Pour rester sur les enfants à protéger, je mets là ce qui est connu sous le nom de Jugement de Salomon, le fils de David, connu pour une sagesse que montre parfaitement ce texte qui se trouve dans l'Ancien Testament, au chapitre 3 du Premier Livre des Rois. des versets 16 à 28.

    "Alors 2 femmes vinrent se présenter devant le roi.

    L'une dit:

    "Je t'en supplie, mon seigneur; moi et cette femme, nous habitons la même maison, et j'ai accouché alors qu'elle s'y trouvait.

    Or, 3 jours après mon accouchement, cette femme accoucha à son tour. Nous étions ensemble, sans personne d'autre dans la maison; il n'y avait que nous. Le fils de cette femme mourut une nuit parce qu'elle s'était couchée sur lui. Elle se leva au milieu de la nuit, prit mon fils qui était à côté de moi ta servante qui dormait et le coucha contre elle; et son fils, le mort, elle le coucha contre moi.

    Je me levai le matin pour allaiter mon fils, mais il était mort. Le jour venu, je le regardai attentivement, mais ce n'était pas mon fils, celui dont j'avais accouché."

    L'autre femme dit:

    "Non! Mon fils, c'est le vivant, et ton fils, c'est le mort;"

    mais la 1ère continuait çà dire:

    "Non! Ton fils, c'est le mort, et mon fils, c'est le vivant".

    Ainsi parlaient-elles devant le roi.

    Le roi dit:

    "Celle-ci dit: "Mon fils c'est le vivant, et ton fils, c'est le mort"; et celle-là dit: "Non! Ton fils, c'est le mort, et mon fils, c'est le vivant".

    Le roi dit:

    "Apportez-moi une épée!"

    Et l'on approrta l'épée devant le roi.

    Et le roi dit:

    "Coupez en 2 l'enfant vivant et donnez-en une moitié à l'une et une moitié à l'autre."

    La femme dont le fils était vivant dit au roi, car ses entrailles étaient émus au sujet de son fils:

    "Pardon, mon seigneur! Donnez-lui le bébé vivant, mais ne le tuez pas !"  

    Tandis que l'autre disait:

    "Il ne sera ni à moi ni à toi! Coupez-le !"

    Alors le roi prit la parole et dit:

    "Donnez à la 1ère le bébé vivant, ne le tuez pas; c'est elle qui est la mère."

    Tout Israël entendit parler du jugement qu'avait rendu le roi et l'on craignit le roi, car on avait vu qu'il y avait en lui une sagesse divine pour rendre la justice." 

    Ce texte peut paraître brutal et très loin de nous.

    Au contraire il est criant d'actualité et de vérité ! Pas forcément sur le plan physique. Mais au plan des relations de tous les jours avec les nombreux enfants tiraillés entre l'un et 'lautre, écartelés malgré eux alors qu'ils ne désirent que vivre en paix.

    Peut-on penser un peu, un tout petit peu à eux ? nous les adultes ?

    Car cela se produit bien au-delà des situations de divorce, de mésentente ou de séparation.

    C'est tout le temps qu'il y a prise de pouvoir et non écoute et non respect des moins de 18 ans. C'est tout le temps que ceux qui ont approuvé le jugement de Salomon, en le lisant, piétinent la sagesse de ce texte. Un adulte se pense plus compétent ou plus fort qu'un autre - un travailleur social par rapport à une maman comme dans le cas de Khrystel. Vous trouverez plein de ces exemples malheureux autour de vous.

    Alors qu'il est si simple de ne pas chercher le pouvoir jusqu'à aller se disputer un enfant !

    On en serait pas là si chacun, à son niveau, avait le souci du respect de tous les jeunes. Le souci de les écouter d'abord au lieu de se prétendre supérieur à eux. Au lieu de soupirer en disant de ces enfants que l'on ne sait plus quoi faire avec eux, que l'on ne sait plus quoi faire d'eux, il serait si simple, si reposant, si apaisant de les écouter et d'entendre la voix de la sagesse d'un Roi Salomon à travers eux?

    Quelle  vilaine manie que celle de se compliquer la vie et les vies de tous ces jeunes !

    Les moins de 18 ans et  peut-être aussi des plus, avez-vous des expériences à ce sujet ?

    Courage, faites-vous entendre par qui est capable de vous écouter. Au besoin essayez de faire le médiateur pour un copain ou une copine.

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr