Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

robert ménard

  • Robert Ménard : « l’affaire Zeymour »

    Je ne suis fan ni de lun ni de lautre, question de sensibilités différentes. Toutefois il faut écouter le C est à dire du 26 mars où Robert Ménard est interviewé par Thierry Guerrier à propos dErice Zeymour.

    Jai eu loccasion dentendre Eric Zeymour dans un amphi plein où étaient surtout présents des jeunes de grandes écoles, futurs dirigeants demain. Ses paroles intergénérationnelles ne mavaient du tout convaincu; c’était plutôt une tendance à la guerre des générations.

    Je nai pas plus que cela suivi « laffaire Zeymour ». Mais ce qui est dit dans cet entretien paraît frappé au coin du bon sens.

    Robert Ménard le rappelle et jen suis daccord:si on commence à interdire tel ou tel propos, à terme cest toute la liberté dexpression qui sera ligotée puis enterrée.

    Comme dans certains pays. Un ami africain me le rappelait samedi : les français ne se rendent pas compte. Dans mon pays dorigine, si on critique le président, cest la fin assurée.

    En France on nempêche personne de parler.

    Robert Ménard craint les groupes de pression.

    Crainte dune société trop lisse ? Cest déjà le cas pour rester dans le politiquement correct.

    Zeymour a dit des horreurs sur Ménard. Ce qui nempêche pas Ménard de le défendre.

    La liberté de la presse ne se règle pas devant les tribunaux. Elle se règle autour dune table.

    Lattaque physique nest pas sympathique. De là à mettre qui la fait dehors Ou encore à se multiplier en excuses

    Editeur maintenant, Robert Ménard a publié un débat entre Bruno Gaccio des Guignols et Dieudonné « Peut-on tout dire ? », éditions Mordicus. Et l’éditeur poursuit : « Au nom de quoi vous ne donnez pas la parole à Dieudonné ? Je conteste tout ce que dit Dieudonné sur un certain nombre de sujets, cest pas pour ça que je vais le faire taire ».

    Mais pour des Guy Bedos, des Bernard Tapie : on ne donne pas la parole à Dieudonné, risque d’être grillés.

    Jusquau libraire qui déclare « On ne va pas distribuer ce livre,ni aucun livre de votre maison d’édition ».

    Robert Ménard ajoute : « Pas besoin de Sarkozy ou du pouvoir pour faire ça. Cest chacun à sa place qui se transforme en une sorte de petit censeur. »

    té Dieudonné, je nai pas non plus daccroche particulière.

    Mais, moins de 18 ans, la liberté dexpression, jy tiens ! Pensez-y ! c'est un trésor précieux !

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr