Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

rené chenesseau

  • René Chenesseau, Journal d’un prêtre exorciste

    rené chenesseau,exorcismeIl y a quelque temps une connaissance, rencontrée régulièrement, m’a communiqué un livre sur l’exorcisme que j’ai jugé complet : Journal d’un prêtre exorciste du Père René Chenesseau, préfacé par le Père Abbé de Saint Benoît sur Loire en la Pentecôte 1989. Cet ouvrage est disponible pour 30 euros aux éditions bénédictines 5 rue Georges Ratier Ratier, Saint Benoît-du-Sault 36170, tél 02 54 24 80 55, expédié sous 8 jours.

     

    Cette personne du Val d’Oise a bien suivi le parcours de René Chenesseau, connaissant tout comme ce prêtre une mère de famille de plusieurs enfants, Madame X, femme stable mais malmenée à cause de son amour de Dieu. Malmenée en raison de cet amour et non pas par faute.

     

    Car la première partie de ce livre – pages 7 à 105 - a pour titre : l’exorcisme dans les faits, avec l’évocation de 2 groupes : ceux qui sont malmenés surtout par leur faute, ceux qui sont malmenés à cause de leur amour du Seigneur - cas de Madame X. Cette partie s’achève en évoquant 4 formes de délivrance par l’exorcisme : le démon ne revient pas ; le démon est chassé et revient ; le malin est chassé partiellement ; quand l’exorcisme ne libère aucunement.

     

    Des films à succès sur le sujet ont évoqué, en général, des cas de personnes ayant fait alliance avec les forces du mal, s’étant accordées avec le mauvais. Ces cas là existent. Et ces personnes, quand elles sont malmenées, le sont de par leur faute.

     

    Mais il y a tous les autres, celles et ceux « malmenés » à cause de leur amour de Dieu. Des laïcs comme Madame X ou des candidats éventuels à une vie religieuse et qui en seront écartés à cause de cela ou encore des déjà consacrés. Des moniales, des moines, des prêtres. Ces appartenants involontaires à la catégorie malmenée par amour du Seigneur ne sont pas toujours reconnus comme « sains » ou « saints » par les institutions où ils sont entrés, ou bien où ils souhaiteraient entrer.

    Curieusement, en certains de ces lieux, les responsables semblent nier l’existence du mal, du malin et de ses œuvres. Le génie du mal n’est-il pas de faire croire qu’il n’existe pas ?

    Curieusement, car pour des prêtres africains venus étoffer un temps, à l’occasion d’études, des paroisses à Paris ou en Ile de France, il est évident qu’il n’y a pas à douter de la réalité diabolique.

     

    Le livre du  Père René Chenesseau apporte un éclairage assez précis sur le tri à faire entre ce qui peut relever de l’action du psychiatre et ce qui est du ressort du prêtre exorciste. Selon l’origine des manifestations, la conduite à tenir sera différente.

     

    La deuxième partie - pages 106 à 206 – consacre 3 pages à propos de l’ensemble des signes. Le malin, notamment, déteste l’humilité et la prière qui est sous l’influence de l’Esprit Saint ; il déteste encore les vertus théologales – la foi, l’espérance et la charité.

    L’évolution des signes est un critère intéressant.

     

    Un chapitre traite de plusieurs séries de signes : Ce qui s’oppose aux vertus théologales. Ce qui s’oppose aux dons de l’Esprit-Saint : en premier lieu la paix et la joie ; ce qui est à l’inverse des vertus morales spécialement les déviations grotesques. Les troubles d’ordre psychologique et d’ordre physique importants et inexplicables.

    Est noté comme très important l’enseignement du Nouveau Code de Droit Canonique lié à Vatican II (1983/1984). Importants aussi : les signes au cours de l’exorcisme, le signe le plus sûr étant la différence entre l’état initial avant et l’état final après l’exorcisme.

     

    Une troisième partie – pages 207 à 262 - traite de l’exorcisme dans le peuple de Dieu et dans le monde.

    Quand il y avait nécessité, le Père Chenesseau pratiquait l’exorcisme à distance.

     

    Il faut lire ce livre pour, à la lumière des cas cités, mieux comprendre les dangers et la nécessité de l’exorcisme. Pour mieux saisir l’enseignement de la tradition et l’enseignement de Jean-Paul II.

    Oui les anges existent ; les démons aussi. Le Christ a vaincu le démon.

     

    Le Père René Chenesseau, né en 1924, est décédé le 13 novembre 2010. Il appartenait au diocèse de  Pontoise. Après lecture de ce Journal d’un prêtre exorciste, sobre, nourri d’enquêtes, on regarde ensuite certains événements quotidiens d’une autre façon.

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr