Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

rebondir

  • Mégane,Julie,9ans,de Paris

    Depuis que je connais Mégane, je l'ai toujours vue tout sourire. Elle vient d'avoir 9 ans. Les joues rondes, les yeux pétillants de malice, c'est une amie de Julie née, elle, en avril.

    Toutes 2 sont des bouts-en-train permanents. Un peu trop pour les maîtresses. Bof! On ne peut pas être parfait pour tout !

    Ces 2 communicantes ont quelques soucis.

    L'une a un frère de 14 ans abusivement placé en foyer A.S.E.(=Aide Sociale à l'Enfance)depuis le 21 juin 2006. Pour ce goûteur de musique, quelle ironie !

    L'autre, en mars 2007, en fin de période d'hiver, a vu son oncle subitement entré en ménage surgir un matin...pour la faire déguerpir avec soeur et parents. Avec la loi.

    Du jour au lendemain Mégane a dû dire "adieu" au lieu de son enfance, à cet appartement du grand-père maternel où elle vivait sereine depuis sa naissance.

    Du jour au lendemain. Mais c'est la brutalité de la méthode de l'oncle qui a choqué le plus Mégane. 1ère étape avec départ du 20 ème arrondissement.

    2ème étape , rue Riquet, 19 ème. Accueillie là momentanément chez une cousine , la famille enchaîne avec un incendie effrayant dans leur immeuble, avec les honneurs de la télévision.

    3ème étape. En bouquet final, c'est le décès brutal du grand-père maternel.

    4ème étape. Après mille et une démarches dans l'indifférence pesante des interlocuteurs sollicités, déboutés du logement social car ces parents là ont un emploi, Mégane et sa famille réinstallent un vrai chez eux rue Riquet.

    Mégane a toujours son sourire coquin, mutin, déluré. Elle avale son 1h30 de trajet aller et retour par jour pour rejoindre la classe de CM 1 de son école;idem pour sa soeur au collège dans le 20 ème. Mégane est dans la même classe que Julie depuis la maternelle et va terminer son cursus primaire dans cette école salésienne à l'écoute des jeunes selon l'esprit de Don Bosco.

    Julie, au sourire plus posé mais très agissante, "tchatche" avec ardeur dans l'école, au dehors et même parfois la nuit en dormant. Cette vaillante sait aussi se taire et attend les 18 ans libérateurs pour tracer sa route et revoir certains proches au lieu d'être interdite de famille injustement.

    Ces 2 jeunes personnes ont en commun une qualité majeure: rebondir ! Pour cela, elles profitent "un max" de chaque bon moment ce qui leur permet, en toute circonstance pénible, de rebondir pour faire face.

    La classe verte, dans les Alpes, leur a offert des découvertes multiples, des échanges différents dans un milieu inhabituel et une boum (très important ! ), etc....

    Ces demoiselles remarqueraient l'unique brindille d'herbe verte qui pousse - têtue et acharnée - dans l'angle obscur et bétonné d'une cour de prison. C'est dire !

    Toutes deux en connivence depuis la maternelle: trotinnette lancée à fond au risque de décoller (presque !), pain  partagé, anniversaires débridés...

    Toutes deux fonçant dans la vie. Sans crainte. Sans peur.

    Des jeunes, joyeuses et audacieuses, qui croquent chaque minute à belles dents.

    Une telle "pêche" ça fait du bien à tout l'entourage.

    Bon vent les filles ! Gardez le cap ! Je suis sans souci pour vous.

    Qui connaît Don Bosco ? lequel a toujours su voir le positif de chaque jeune ?

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr