Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

raid

  • Arash Derambarsh publie Christophe Caupenne, chef de la négociation du RAID !

    caupenne.jpgEncore un livre. Très différent de celui d’hier à propos d’Hildegarde de Bingen. Ce jour il s’agit de « Négociateur au RAID » sous la plume de Christophe Caupenne, publié au Cherche Midi éditeur http://www.cherche-midi.com en janvier 2010 grâce à l’ami Arash Derambarsh, directeur dearash10.JPG collection très efficace.

    Tous les garçons – et pourquoi pas les filles ? bien qu’à ce jour elles ne semblent pas avoir encore infiltré les sections d’élite du RAID ou du GIGN – en désir d’action réfléchie et coordonnée au sein d’un groupe qui ne fait qu’un face à une situation d’exception désespérée y trouveront matière à connaissances déjà. Puis, qui peut savoir ?, une idée d’engagement futur. Pour une vie au service des autres, en résonance directe aux propos de Christophe Caupenne ou en écho plus lointain. Peu importe. 

    Au fil de 360 pages, pour 18 euros, l’auteur nous délivre tout ce qui fait la force morale et technique du RAID et de ses négociateurs. Dont lui. Le RAID est un formidable outil, mis au point par la volonté de chefs éclairés. Un outil qui marche d’un seul mouvement, sans confusion aucune de commandement, chacun des intervenants mettant au service de chaque acteur du groupe une technicité particulière – du tireur d’élite au médecin urgentiste. C’est cette coordination des pensées et des talents, dans l’esprit des mousquetaires « Un pour tous. Tous pour un. », au service d’un autrui en souffrance et devenu dangereux, qui fait le succès des actions du RAID. Des réussites durables en raison d’une remise en cause constante et d’une humilité nécessaire. 

    Dès les pages 12 à 22 un fait divers de janvier 2008 dans l’Oise nous est conté : une petite fille prise en ôtage par son père. Tout se termine sans drame par un fil conducteur tiré par l’auteur, chef des négociateurs du RAID, et son « patron » dans le meilleur sens du terme, Amaury de Hautecloque, chef du RAID et du DCI. Amaury de Hautecloque, commissaire divisionnaire, a d’ailleurs préfacé ce livre. 
    Pour information l’acronyme RAID équivaut à Recherche, Assistance, Intervention et Dissuasion; le DCI est le Détachement Central Interministériel; quant au GIGN, autre unité d’intervention, bien servi chez le même éditeur par Jean-Luc Calyel en avril 2008 sous le titre « GIGN. Les secrets d’une unité d’élite » et dont j’ai parlé plusieurs fois sur ce blog, c’est le Groupe d’Intervention de la Gendarmerie Nationale. 

    La « négociation », d’abord empirique, est devenue au fil des années une discipline précise. 
    Pour être concret, le livre comporte cinq parties successives : une Introduction générale sur la négociation de crise, pages 27 à 42; suivie d’Organisation et principes de la négociaion, pages 43 à 116; viennent alors Les principes de la négociation, pages 117 à 200, principes expliqués par La communication et les émotions des pages 201 à 231; Les auteurs et les victimes sont présents de la page 233 à la page 317. L’ouvrage dispose aussi d’une bibliographie notable ainsi que d’Annexes éclairantes. 

    Moins de 18 ans, garçons et filles, je vous invite à aller feuilleter ce livre pour mieux connaître ce qu’est le "job" de négociateur de crises intimement liées à notre condition humaine. 

    Et puis, si vous n’entrez pas au RAID ni au GIGN, il y a dans une vie au quotidien, en général moins dramatique, des occasions multiples de négociations. Bonne lecture à vous ! 

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (illustration : couverture du livre Négociateur au RAID; photographie d'Arash Derambarsh de sa collection personnelle)