Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

r mouton

  • Majid Ouezzani: politique et minorités en France

     Vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les thèmes qui me paraissent les plus importants avec les jours où les trouver. Merci. Le 12 novembre 2008 : 128 visites avec 383 pages consultées

    Majid OUEZZANI fait partie du groupe des Jeunes Avec Rachida Dati (JARD) dont il est un des leaders avec Romain Mouton. majid.jpgMajid Ouezzani soutient le Garde de Sceaux qui est aussi Maire du 7 ème, ayant ainsi reçu l'aval populaire au sens le plus noble du mot. Cet article  "Une classe politique française très frileuse sur les minorités" rédigé dans la foulée de l'élection de Barack Obama comme Président des U.S.A. est très démonstratif de la situation française vis-à-vis de ses minorités, quel que soit le bord politique.  Le voici intégralemnt.

    "Obama interpelle une classe politique française toujours très frileuse sur les minorités

    La classe politique française qui, dans son ensemble, s'est réjouie de l'élection de Barack Obama a du mal à ouvrir ses portes aux minorités, toujours sous-représentées au niveau local et quasi absentes à l'échelon national.
    Les élus "beurs" et "blacks" - représentant généralement l'Outre-mer - ne sont qu'une poignée au Parlement.

    A l'Assemblée, il n'y a ainsi qu'une députée noire élue de métropole. Le Sénat compte trois élues d'origine maghrébine.

    Depuis peu sénatrice des Bouches-du-Rhône, Samia Ghali fait partie de ces exceptions, mais il ne lui a pas été aisé de s'imposer au parti socialiste.

    Son élection de maire du 8e arrondissement de Marseille, elle la doit, explique-t-elle à l'AFP, à "la volonté" de Jean-Noël Guérini, candidat malheureux pour diriger la cité phocéenne.

    "Les Français sont prêts", estime-t-elle, mais les partis, et notamment le sien, n'ont pas "le courage" d'imposer la différence. Au sein du PS, elle dit avoir "tout entendu". "Je n'étais pas assez blonde, pas assez BCBG, les Blancs ne voteraient pas pour moi...", s'amuse celle qui l'a emporté au 1er tour dans sa mairie.

    Son collègue socialiste Malek Boutih estime qu'il y a un réel "conservatisme" des partis, mais, pour lui, l'absence des minorités vient aussi "d'une inhibition des militants" qui en sont issus et qui devraient monter à l'offensive plutôt que "pleurnicher".

    Encore faut-il que les dirigeants ne mettent pas des bâtons dans les roues de ces candidats de la diversité en laissant des dissidents se présenter. Ainsi, M. Boutih fut étrillé aux législatives de 2007 en Charente.

    C'est le modèle "universaliste" de la France qui est en cause, juge Pascal Joseph, adjoint du XXe arrondissement de Paris, d'origine indienne, car "il repose sur la reproduction des mêmes parcours, avec des voies d'excellence uniformes depuis 50 ans", comme l'Ena.

    "Ce sont les barons locaux qui décident qui représente la diversité", s'insurge-t-il, regrettant que la France ait moins d'élus de couleur que sous la colonisation.

    Il cite le Guyanais Gaston Monnerville, qui présida le Sénat de 1958 à 1968 et à ce titre était susceptible d'accéder à l'Elysée en cas d'intérim.

    La présence au gouvernement de Rama Yade, Rachida Dati et Fadela Amara - même non élues - est la preuve que "les choses ont commencé à bouger" et que cela "va s'amplifier" grâce à "une plus grande tolérance de la société", pronostique Pierre Bréchon, professeur à Sciences-Po Grenoble.

    Nicolas Sarkozy ne manque d'ailleurs pas une occasion de mettre en avant ces trois femmes comme "autant de visages de la vraie France".

    Mais il n'a pas été suivi par son parti l'UMP, avait déploré en mars son chargé de mission "diversité" Abderrahmane Dahmane.

    Le secrétaire général de l'UMP, Patrick Devedjian, réfute cet argument. "Notre devoir est de leur mettre le pied à l'étrier", avance-t-il mais la "politique nécessite un apprentissage" qui ne lui semble "pas plus long pour les Maghrébins" qu'il l'a été pour un Arménien d'origine comme lui.

    Le mal est plus profond, à en croire Christiane Taubira. "Ni l'UMP, ni le PS ne sont capables aujourd'hui d'accomplir ce qu'a accompli le parti démocrate", juge la première candidate noire à la présidentielle.

    Les Français y sont-ils vraiment prêts? Dans un sondage du dernier Journal du Dimanche, si 80% voteraient pour un candidat noir à l'Elysée, ils ne seraient plus que 58% à faire de même pour un candidat d'origine maghrébine."

     

    Les moins de 18 ans, avec l'éclairage de cet article de Majid qui peut venir si nécessaire  renforcer votre réflexion personnelle, regardez bien autour de vous les élus et les populations qui composent leur électorat. Une très bonne journée de reprise de classe !

    Contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr (photo: archives personnelles fin 2007 Majid Ouezzani à droite de Rachida Dati au centre du cliché, avec Romain Mouton à gauche en chemise claire)