Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

réussir

  • 4 Guy Gilbert: Réussis ta vie !

    En préalable, vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les thèmes qui me paraissent les plus importants avec les jours où les trouvez, non classés pour l'instant en alphabétique

    Conseils pour tous les âges : du jeune au dinosaure est le sous-titre de ce petit livre paru en mai 2008 chez Philippe Rey, www.philippe-rey.fr

    Voici la suite.

    Les tourtereaux et la famille p.39                                                                                                                                                 Réussir sa vie commence et s’arrête à l’amour, se confond avec lui. (…) L’amour humain est ce qui nous fait vivre. Il nous hante Il nous fait renverser les montagnes et franchir les abîmes Mais tout amour est fragile, parois brutal, butant contre de nombreux obstacles. Il est un combat sans cesse renouvelé. (…)                                                                                                                                                Les premiers pas de l’amour  « L’homme et la femme qui s’unissent par le sacrement du mariage sont le signe de l’alliance de Dieu avec l’humanité. (…) Je dis toujours aux tourtereaux : « Votre amour  sera entaché de tout. Toi le mec, tu trouveras des femmes infiniment plus belles que celle que tu choisis maintenant. Et toi, la femme, tu trouveras des mecs beaucoup plus désirables en cours de route. Mais vous vous êtes préparés et vous vous êtes choisis, alors maintenant restez fidèles. »                                                             Et c’est le « oui » qui va les engager.                                                                                                                                                     Si un couple pense que seul l’amour humain les unit, ils ont tout faux. Seul l’amour de Dieu peut le faire. J’ai connu des couples qui auraient pu divorcer er se séparer comme le font des milliers d’autres, mais ils avaient un tel sens du Dieu-Amour qu’ils ont su pardonner les dérives de l’autre et continuent à vivre un amour merveilleux.                                                                                                           Dites-vous que personne au monde ne pourra vous donner la satisfaction totale de vos sens, de votre cœur. Celui ou celle que vous aimez peut mourir, peut être malade, peut vous trahir. Il faut que vous gardiez votre moi, très fort. C’est-à-dire votre cœur, votre corps, votre âme, tout ce que vous avez d’unique. Que vous vous appuyiez sur vous-même et que vous alliez au-delà de vous, c’est ça la spiritualité.                                                                                                                                                                                        Trouvez au-delà de vous-même une raison de vivre parce que sinon face à la trahison, à la souffrance et à la mort vous  allez bloquer. » Ces 2 derniers paragraphes sont très importants, avec ou sans religion. C’est important pour la vie et les aléas qu’elle peut réserver. Il faut être capable de vivre seul avec soi-même, de disposer d’un moi fort. Sinon on est dépendant d’une personne. Et être dépendant est une faiblesse.                                                                                                                              Le conjoint d’abord  (…) « C’est le couple qui est prioritaire. L’enfant n’arrive qu’après. Il est le fruit du couple. L e couple est charnière, roc, pierre d’angle. Un couple qui parle, discute et se  pardonne, se solidifie pour être uni au service de ses enfants. Mais un couple qui ne pense qu’au gosse est un couple qui se manque. »                                                                                                        Affirmer Le conjoint d’abord ne doit en aucun cas empêcher les parents de respecter les enfants. Ecouter les enfants et les respecter ce n’est pas penser qu’au gosse; pas du tout !                                                                                                         C’est respecter l’humain avant tout, ce qui est très différent ! Alors attention ! Souvenez-vous ! Allez voir sur ce blog un certain Janus KORCZAK, ce confrère pédiatre exterminé dans une chambre à gaz de Treblinka avec les enfants orphelins qu’il protégeait. Janus, lui, respectait l’autre quel que soit son bas âge.                                                                                       

    Le travail p.45  Guy dit ce qu’il veut sur l’argent. Moi, je trouve qu’il y a un minimum nécessaire, celui pour assurer au moins le pain et l’eau.                                                                                                                                                                               Chef à la place du chef  « Ne semez point vos désirs sur le jardin d’autrui, cultivez bien le vôtre. »                                           Indispensable ?  « Le silence a le don à la fois de relativiser et de dynamiser, de façon parfois stupéfiante, notre action. (…) J’ai constaté souvent que ma capacité de travail tait accrue après les heures de silence que je m’impose (…)                                          « Votre force morale, vous la puiserez dans le silence et la prière Votre force de travail, vous la puiserez infiniment plus dans le silence et la prière que dans les épinards, le ginseng, les yaourts ou je ne sais quelle supervitamine.                                                                          La prière et le silence seront votre « super » quotidien. Le silence dégage les huiles essentielles de votre vie. La prière donne la force de les vivre. »                                                                                                                                                                                         Le silence est une denrée indispensable à la vie !  Quelle que soit cette vie !

    L’argent p.51                                                                                                                                                                                 « On ne réussit pas sa vie sans les autres. De leur liberté et de leur bonheur dépendent les nôtres. On ne peut être soi et ignorer les autres. «  On est dans une société égoïste et partageante à la fois. Le Français est un bon donateur. (…) Mais (…) on appelle les flics dès que des jeunes rôdent autour de sa voiture… »                                                                                                                           

    Bonnes vacances p. 57 Ras

    Vieillesse p.63                                                                                                                                                                               « Rester jeune, c’est avoir le cœur branché aux quatre vents. Rester jeune, c’est avoir les yeux et les oreilles pour tout ce que la vie trimbale de magie et d’émerveillement. Rester jeune, enfin, c’est avoir un regard d’espérance où les autres pourront lire la joie de vivre que donnent la sérénité, l’amour et la miséricorde. L’homme qui a ce cœur, ces oreilles et ce regard, a trouvé le secret de l’éternelle jeunesse dans la parole du Christ : « Soyez comme des enfants… » »                                                                                                 « Si je connais des anciens qui pètent le feu (…) beaucoup abandonnent leurs projets (…) »                                                           Pages   68 et 69 il y a quelques paragraphes savoureux sur le nombril qui se concluent par : « Si ce n’était pas trop de tout recommencer, je placerais à chaque humain le nombril en plein milieu du front Comme cela, ils seraient bien obligés de regarder les autres ! «                                                                                                                                                                                           Au final, toujours positiver ! et se dire que « Le meilleur moment de votre vie, c’est aujourd’hui. »                                                    OK !                                                                                                                                                                                              « OK, la vue baisse (…) pour percevoir plus finement la vie des autres. »                                                                                      « OK, l’ouïe commence à faiblir » (…) pour « être plus vigilant aux cris des hommes de son temps. »                                               Toujours 24H00 par jour ! «D’hier, je m’en fous; de demain, je m’en contrefous ; seul aujourd’hui me passionne. Ne pas perdre une minute de rencontre, d’amour à donner et à recevoir, c’est mon choix quotidien d’aimer à tout casser. «                                             Une merveilleuse rencontre  p.77 Et Guy de reprendre les 7 dons de l’Esprit : sagesse, intelligence, conseil, force, science, piété, crante de Dieu. Et que la mort « soit une fête » nous écrit-il.                                                                                                               Ai-je réussi ma vie ?  p. 83 « (…) La réussite d’une vie tient à la convergence de sa foi et de ses actes. Le destin d’une personne, c’est la rencontre d’une personnalité et d’un événement. (…) » Pour l’auteur, la lecture de l’Evangile anticipe le cours des choses ; il dit toujours que la Providence le « devance d’un quart d'heure"                                                                                                             « Ai-je réussi mon cœur ? Mon célibat, imposé par l’Eglise, m’a obligé à composer avec mon affectivité. (…) Le célibat est aussi une très belle histoire d’amour.                                                                                                                                                                 « Ai-je réussi en amitié ? J’ai toujours pensé que ce sentiment était plus fort que l’amour, et je l’ai fidèlement cultivé, surtout avec les êtres abîmés. »  Sur l’amitié forte et importante, c’est d’accord !                                                                                                    Et puis cette confession:«Pour réussir dans la vie, c’est simple, il suffit d’avoir un axe. Le mien, c’est le sacerdoce incarné dans les autres dont personne ne veut. » et Guy développe. Pour conclure avec un Récapitulatif des conseils p. 89                                                    Voilà, c’est fini les jeunes. Faites ce que vous voulez de tous ces mots de Guy Gilbert, prenez ce qui vous tente car Guy est homme autant que prêtre. Et c’est sa part d’humanité qui m’a intéressée dans cet ouvrage, aperçu l’autre jour chez une amie du Val d’Oise qui me l’a prêté le temps d’une semaine.                                                                                                Voilà, la semaine prend fin. Mais Guy Gilbert est présent dans ce blog. Et l’auteur se trouve ou se joint à Paris.

    Les autours  de 18 ans - tout le monde entend cela depuis le bébé nouveau né - voilà que l’on nous clame le million de préservatifs proposés pour la fête de la musique. Y’a pas de rapport obligatoire direct de la musique au sexe mais une opportunité à rappeler l’importance de penser aux préservatifs à l’occasion de lâchages possibles dans cette ambiance festive avant coureuse des libertés possibles de l’été et des vacances.                                                                                   Pour la musique, ouvrez vos oreilles ! et votre cœur !
  • 3 Guy Gilbert: Réussis ta vie !

    En préalable, vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les thèmes qui me paraissent les plus importants avec les jours où les trouvez, non classés pour l'instant en alphabétique         

    Les recettes de la joie.

    La recette, l’unique, ce qui est repris par le Carpe Diem est ce que Guy Gilbert appelle la «théologie des vingt-quatre heures».

    Je reprends ce que dit Guy de « La vraie joie » en page 26 :

    « La vraie joie n’est pas épidermique, elle est plus qu’un bien être, elle n’est pas non plus possessive. Elle donne davantage qu’elle ne prend. Descartes disait qu’elle était « une bienfaisante émotion de l’âme ». »

    L’auteur distingue la joie du plaisir, « Ces deux réalités (…)proches, quasi jumelles. Le plaisir est bruyant, un peu brouillon, il s’agite comme des vaguelettes sur la mer…La joie est claire et forte, stable comme le plan d’eau d’un étang. Le plaisir est passager (…) la joie authentique (…) est une bénédiction, elle est quelque chose d’éternel parce qu’elle vient d’en haut. »

    Sous la rubrique suivante : « Où diable cachez-vous votre joie ?» Guy Gilbert – n’oublions pas qu’il est prêtre et catho et obéissant à l’église catholique et romaine – toute l’église catholique n’est pas romaine ! – écrit :

    « L’Eglise occidentale manque souvent de joie

    Que faire ?                                                                                                                                                                           FACILE !!!                                                                                                                                                                                     Vivre chaque instant pleinement !                                                                                                                                                         La vie est présent, ce présent dont tous nous disposons. Ce présent à vivre intensément avant qu’il ne devienne hier ou temps passé ou temps gâché ou temps raté parce que négligé !                                                                                                                                  Guy cite François de Sales (le devenu saint) qui met en valeur le temps présent: « Pensons seulement à bien faire aujourd’hui, et quand le jour de demain sera arrivé il s’appellera aujourd’hui, et lors nous y penserons.»                                                                                    La saveur du don.« Tout geste d’amour est un grand geste. Que vous soyez chrétien, bouddhiste, musulman ou athée, cela n’ aucune importance La gratuité du don rappelle que les plus beaux gestes que nous pouvons poser sur terre sont des actes d’amour».            S’aider des anges. Notre prêtre a foi en son ange, a foi dans les anges « vos protecteurs invisibles », des « passeurs et ambassadeurs » . Il poursuit : « Il n’est pas rare que des parents découvrent leur gosse en train de parler à un être invisible… »C’est mon ange », leur répond-il. Croyez en sa sincérité. Ensuite, lorsque sa pureté s’estompe, l’ange gardien devient invisible. Mais il reste toujours présent.»                                                                                                                                                                                  Et cette recommandation, dite et redite et surtout expérimentée par nombre de personnes et que rien n’empêche de mettre en pratique : «Lorsque vous rencontrerez une personne que vous estimerez dangereuse, priez toujours votre ange gardien d’aller à la rencontre de son ange du bien. Vous constaterez souvent que le contact que vous pressentiez difficile sera finalement cool…» p.32                                                                                                                                                                                   Les non croyants de mes amis vont rire et se gausser. OK ! Je leur explique. Il est tout aussi possible de constater que le fait de penser « ange du bien » revient à penser positivement quant à la personne à rencontrer, ce qui peut suffire à faciliter des dispositions positives réciproques lors de cette rencontre. Pourquoi ? Facile ! le non dit colle à ce que le corps exprime, cette partie physique animale autant que spirituelle qui compose chaque humain. Hé bien grâce à notre animalité, l’ouverture placée dans l’esprit jaillit du corps, du regard, des gestes    Et la bienveillance envisagée diffuse vers cet autre qui en est apaisé par avance, avant que la bouche ne s’ouvre pour parler.                                                                                 Luttez contre la désespérance.                                                                                                                                              « ….Ecoutez le monde avec votre cœur. (…) Et partager. Partagez sans retour. Soyez solidaires. La solidarité, c’est porter l’autre jusqu’au bout : une personne, un groupe humain, une nation.  (…) pour beaucoup, la solidarité est éphémère. Ils s’enthousiasment pour une cause et puis ils laissent tomber. (…) L’homme solidaire se doit de rester fidèle à son engagement. Dites-vous qu’une vraie solidarité pour une cause embrasse toutes les autres. Mille solidarités éphémères ne vaudront jamais une seule où la fidélité dans le combat s’affirme et ne se dilue pas.»                                                                                                                                                           Avec Evangile à vivre, Guy cite Vincent de Paul (saint) comme « colosse de la charité » ce chrétien qui a su vivre et proclamer l’Evangile.  Il en ajoute avec le cardinal Suhard qui disait: « Si vous ne faites rien de dangereux, vous ne ferez rien », phrase résumant « tout le pouvoir d’insurrection de l’Evangile qui fait sauter toutes les barrières, mais jamais sans combat. »                                        Aimer à tout casser  « N’oubliez pas : seul l’amour vaincra les forces de haine, de vengeance, de refus de pardonner et d’accepter l’autre comme il est. Ne mettez personne dans les poubelles familiales, relationnelles. (…)                                                                      Si vous allez d’abord vers celui ou celle que vous ne pouvez pas blairer, vous faites avancer le monde à pas de géant. Je me fiche qu’on soit allé sur la lune, si vous n’êtes pas capable d’accepter les voisins chiants de votre immeuble.  (…)                                                  Vous voyez comme il est « simple » de réussir sa vie. Il suffit d’aimer son pays, ses parents, ses grands-parents, ses enfants, ses amis, et tous ceux qu’on ne supporte pas…Il suffit de respecter la na        ture: ses pâquerettes, ses coquelicots et ses écureuils, sans compter les loups et les ours qui ont bien envie de vivre eux aussi chez nous ! »                                                                                                     (A  SUIVRE)                                                                                                                                                                          contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr

  • 2 Guy Gilbert: Réussis ta vie !

    En préalable, vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les thèmes qui me paraissent les plus importants avec les jours où les trouvez, non classés pour l'instant en alphabétique        Conseils pour tous les âges : du jeune au dinosaure est le sous-titre de ce petit livre paru en mai 2008 chez Philippe Rey, www.philippe-rey.fr                                                                                                                                                                       Voici la suite.                                                                                                                                                                                    Le chapitre sur Les Dons p.19 et suite suit logiquement, dans le propos de Guy Gilbert, celui sur les 5 sens. Sur les 7 dons de l’esprit Guy mentionne:                                                                                                                                                               --la sagesse, qu’il définit ainsi « le don du gouvernement et du discernement ». Gouvernement i. e. « la capacité de tous ceux qui ont une responsabilité, petite ou grande, à aider les autres - et soi-même - à vivre debout ». Discerner, « savoir reconnaître les signes et prendre ses responsabilités si l’on a fait un erreur ou si l’on a commis une faute. Le discernement permet de choisir un métier, ses valeurs».          -l’intelligence, « don de la compréhension des situations humaines, qui est très différente de l’intelligence cérébrale. (…) Certains d’entre vous comprennent immédiatement les autres, ils ont l’intelligence du cœur et l’intelligence de l’écoute et du dialogue.»                             -le conseil permet « d’aider celui qui traverse une situation humaine difficile ou complexe.(…) Quand on est perdu, il est très difficile de voir clair en soi. L’autre, avec son regard neuf, peut aider. »                                                                                                                  -la force c’est «le don du devoir». On m’a appris à faire d’abord ce que je «devais» faire. Cela implique toujours de faire en premier ce que l’on n’aime pas.(…) Aujourd’hui, j’attaque ma pile de courrier en commençant par les lettres les plus difficiles et les plus chiantes. Et je termine par les plus flatteuses et lez plus agréables. Cela donne une force pas possible.                                                                     Bien exécuter sa tâche, avec amour, donne la possibilité apaisante de faire ce que l’on dit et de dire ce que l’on fait.»                             -la science permet «d’étudier la parole de Dieu.                                                                                                                           Certains enfants sont inspirés(…) Habités par Dieu, ils nous permettent par leur présence de percevoir l’éclat divin des mystères ». Etre près d’eux «permet de ressentir comme une émanation de l’amour et du mystère de Dieu. Inutile de chercher à comprendre : leur rayonnement est là. Ca suffit. Il dépasse la compréhension ordinaire des choses.»                                                                                   -la piété. Guy Gilbert écrit ceci: «Comment approcher Dieu sans être attaché à son service ? Sans présence au culte, il n’y a pas de piété. Certains chrétiens disent qu’ils aiment bien prier Dieu seuls dans l’église.                                                                                      Je sais qu’ils sont nombreux à dire cela.                                                                                                                                            Mais le culte est important ! (…) Le culte consiste à se rassembler pour prier et se rattacher au service de Dieu ; La prière personnelle n’est pas la prière collective.»

    Puis, l’ami des loubards et  de tous les autres déclare :                                                                                                                  « Pour réussir votre vie, l’Esprit-Saint vous envoie les douze fruits de ses dons : « L’amour, la joie, la paix, la longanimité, la charité, la bénignité, la fidélité, la modestie, la tempérance, la miséricorde, la continence et la chasteté » (Galates V)                                               -l’amour : sans amour, c’est le rien !                                                                                                                                                      -la joie, ce « rayon laser » qui illumine tout alentour !                                                                                                                               -la paix, cadeau du ciel pour soi et pour les autres.                                                                                                                              -la miséricorde qui manque tragiquement ! « On a tant besoin d’êtres de lumière qui osent dire : « Je te pardonne » ou « Je te demande pardon ».                                                                                                                                                                                              -la chasteté : « cherchez le plaisir de l’autre avant le vôtre. Ce sera la meilleure façon de proclamer «Je t’aime» sans le lui dire.»,etc...

    Les recettes de la joie.

    La recette, l’unique, ce qui est repris par le Carpe Diem est ce que Guy Gilbert appelle la «théologie des vingt-quatre heures».

     

    (A  SUIVRE)