Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

présent

  • Vivre dans le présent

     

    Les petits, les tout-petits, les bébés sont des modèles de ce « Vivre dans le présent » qui semble un peu oublié par certains plus grands, souvent des adultes responsables. Pas tous ! Heureusement !

     

    La conjugaison des verbes français invite à parcourir autant le passé et le futur que le présent.

    Il serait judicieux que, dans ce découpage en 3 parties d’un temps décrit des années durant par la physique classique comme exclusivement linéaire, les parents, les enseignants, tous ceux qui sont censés dispenser du savoir à un titre ou à un autre gardent à l’esprit que seul le présent est contrôlable.

     

    Sonia Choquette – dont j’ai évoqué ici le  10.10.2010 par "Intuition, Sonia Choquette"  son livre  A l’écoute de votre sixième sens – consacre dans un autre ouvrage un chapitre lumineux sous le titre « Vivez dans le présent » à cet « ici et maintenant ».

    Tout humain, explique-t-elle, exerce le talent de décourvrir, de créer seulement dans le moment présent, dans l’instant présent.

     

    On le constate en observant le petit enfant dont l’énergie est investie totalemnt dans ce présent qu’il occupe à manipuler, à regarder, à secouer, à jeter un objet à terre pour observer ce qui se passse, etc…

    Le présent est le champ de découverte constant des jeunes.

    Comme il est aussi le seul vrai champ de manœuvres de leurs parents.

     

    Pas si facile ! L’auteur rappelle à ses lecteurs que : 

    « Vivre dans le moment présent demande de la détermintion et de la discipline » (p. 73)

     

    Suite à un passé douloureux, une attention investie dans le présent peut amener à guérir de ce passé là. La maman, roumaine, de l’auteur avait vécu en camp de concentration en Allemagne ; elle en fut libérée à 15 ans, se mariant avec un soldat américain. Peu importe la nationalité, l’essentiel est que par ce mariage et le démarrage d’une nouvelle vie centrée sur le présent– avec des enfants et de nombreuses activités – elle guérit de ce passé qui avait été douloureux.

     

    Le passé est passé, fini, inchangeable, immuable.

     

    Quant au futur – qu’il n’est pas interdit d’évoquer meilleur ! – il ne sera amélioré qu’en vivant activement le présent, « l’ici et le maintenant ». (p. 76)

    On le voit avec l’activité de tout ce qui appartient au vivant : la répartition des tâches des abeilles, les écureuils dont le présent fait provision de noisettes pour assurer un futur dépourvu de nourriture à cueillir, le surgissement ces jours-ci des pâquerettes avant coureuses de printemps.

     

    Le présent, même quand il est pénible et frustrant, est un bien inviolable, un cadeau de la vie que personne ne peut voler à son voisin, ne peut dérober à son prochain.

    Le présent apporte toujours davantage de connaissances par l’expérience qu’il permet d’engranger, qu’elle soit agréable ou douloureuse.

     

    Inutile, les jeunes, de rester bloqué dans des épisodes désagréables ou des drames d’enfance non résolus. Les parents, l’entourage malgré ses maladresses, eaaie généralement de faire de son mieux. Et nul n’est parfait, quel que soi l’âge et le parcours.

    Sonia Choquette dans ce domaine précise :

    « Si vous avez des attentes réalistes de votre famille et des autres, cela vous aidera à vous libérer du passé et du futur, et vous commencerez à vivre dans le présent ». (p. 79)

     

    Se libérer du passé, on comprend. Se libérer du futur, pour certains, consisterait à se libérer l’esprit « d’une peur d’un futur tourment qui pourrait être trop grand à supporter ». Cette peur, parfois obsédante, d’un tourment qui n’est pas obligé de survenir, peut gâcher le présent seconde après seconde, gâcher la vie.

     

    Pour éviter les songeries négatives sur le futur, Sonia cite l’exemple d’un papa, au bord du divorce et de l’explosion familiale, qui accepte de vivre dans le présent pendant un mois. Au cours de cette période, dès qu’il fuit dans le futur, lui ou un membre de sa famille siffle dans l'instrument dont chacun est équipé autour du cou. Après 3 semaines à ce rythme ce papa, fatigué des coups de sifflet aigus entendus, décide de « centrer son attention sur le présent…plutôt que de seulement « essayer » de le faire ».

    Sitôt ce choix fait, la situation familiale a commencé à rentrer dans l’ordre. Quant à la situation professionnelle, elle a basculé dans le positif. Aujourd’hui, ce chef de famille dit :

    « Je n’ai pas le temps de penser au futur. Mais si j’arrive à trouver une minute pour y penser, il s’avère très prometteur ». (p. 80)

     

    Etre dans le présent permet aux sens de ressentir à fond le monde. Les couleurs sont plus colorées, les sons plus francs, les odeurs plus nettes, les lumières plus éclatantes, les énergies plus intenses.

    Plus on demeure longtemps dans le présent et plus les sens enegistrent intensément le monde : « Sentez le pouvoir et la liberté qui reposent dans l’instant » (p. 80) note Sonia Choquette.

     

    Pour résumer, l'auteur conseille ceci : en oubliant l’hier et le demain qui peuvent prendre soin d’eux-mêmes, décider que chaque journée qui débute est une nouvelle occasion offerte pour créer librement ce que l’on veut, en profitant paisiblement personnes rencontrées, le tout sans stress.

    Un bon programme me semble-t-il.

     

    « Vivez dans le présent » est le chapitre n° 6 d’un livre publié en 2007 sous le titre «  Soul lessons and soul purpose » ; la traduction française intitulée Les leçons et le but de l'âme est de 2008. Sonia Choquette a étudié à Paris à La Sorbonnes. Son site est www.soniachoquette.com.

     

    Personnellement, chaque jour nouveau, je m’efforce de vivre au présent. J’avoue ne pas y arriver suffisamment. Qu'importe ! Je persévère ! 

    Et vous ? Investissez-vous à fond  le présent ?

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr

     

  • L'instant présent

    Vivre à plein sa vie c'est vivre intensément chaque instant présent.

    Pas besoin de courir.

    C'est dans la milli-seconde où le coeur bat, dans la seconde où l'on respire que palpite la richesse illimitée de la vie.

    A nous de savoir puiser dans l'instant porteur d'infinis possibles l'épanouissement du présent et les promesses fantastiques de l'à venir.  

    Invitons nos sens à percevoir au-delà du sensible. Ecoutons et voyons la musique du vent, le rire du soleil, le pas muet  du silence...

    Le meilleur modèle de vie ?

    Les enfants, tout absorbés par le présent. Enfants que nous avons été. Enfance que rien ne nous oblige à délaisser.

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr