Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

précocité

  • Patrick Misse, précocité avec "Les parias d’Aubenas"

    Les Parias d’Aubenas de Patrick Misse est un 1er roman ayant pour héros des enfants dits « surdoués «  ou « précoces ». Il est préfacé par Sophie Côte, fondatrice de l’Association Française pour les Enfants Précoces (AFEP).

     

    Interpellée depuis une décennie par ces enfants encore dits HPI, j’espère que ce roman permettra de mieux connaître ces enfants grâce à leurs témoignages. De montrer comment ils peuvent s’épanouir et comment les aimer.

    Le lieu, l’Immaculée Conception d’Aubenas, est réel.

     

    Voici ce que nous révèle la 4ème de couverture :

    « La fiction débute avec l’arrivée d’un nouveau directeur arrive à l’Immac d’Aubenas. Il va bouleverser le quotidien des élèves et en particulier celui des « Frères de sang » qui vont entrer en résistance avec humour et panache contre l’autorité de ce véritable dictateur. Au moment où la partie semble gagnée pour eux, apparaît un mystérieux homme en noir…L’auteur nous entraîne dans une fiction passionnante inspirée des histoires vraies, souvent extraordinaires, de professeurs, de parents et surtout d’enfants dénommés imparfaitement surdoués, précoces ou à hauts potentiels et devenus de véritables Parias. Pourquoi viennent-ils de la France entière se réfugier en Terre Ardéchoise ? Et surtout, que se passe-t-il entre les murs clos de ce collège ? »

     

    Ce livre repose sur les témoignages de 15 collégiens, garons et filles.

    Il a été validé par des enseignants dont l’ancien directeur de l’Immaculée Conception, ainsi que par des parents d’enfants, précoces ou non, métropolitains ou d’outre mer.

     

    Patrick Misse est né en 1956. Il se passionne dès l’enfance pour la lecture et la narration d’anecdotes humoristiques. Interne des hôpitaux, Médecin ophtalmologiste, lauréat de la Faculté de Montpellier, Prix de thèse Fontaine et Midi Libre, il s’est installé à Sète, sa ville de cœur. Les circonstances de la vie l’ont amené à s’intéresser à des enfants incompris, souvent en souffrance, injustement rejetés. Intervenant dans des congrès, il a recueilli des témoignages poignants à l’origine des « Parias d’Aubenas » dont les héros sont ces enfants « précoces ».

     

    PIEM, dessinateur débordant d’humour et de douceur, toujours présents au côté de ces enfants a réalisé la couverture.

     

    Pierre Lasne, éditeur de la dynamique maison d’Edition de la Mouette, www.editionlamouette.com,  a accepté avec enthousiasme le manuscrit.

     

    Je suis heureuse de cette 1ère fiction réalisée avec des enfants directement concernés.

    Plus largement que la « précocité », ce livre devrait permettre d’édifier une maison où chaque enfant, quel qu’il soit, pourrait grandir dans la joie de sa « normalité personnelle ».

     

    J’ai pu suivre l’aventure de ce bébé qui arrive en librairie. L’essentiel, à mon esprit et à mon cœur était que ce livre sorte, traçant la voie… et la voix. Merci Patrick Misse d’avoir osé !

     

    Contact ; francoiseboisseau@wanadoo.fr

  • Précocité : Patricia, "révélateur" d'enfants doués, nous a quitté mercredi

    Elle est partie, ce mercredi 8 septembre, vers 22h00, depuis l’hôpital Cochin où tous les soignants ont fait de leur mieux pour l’être à la bonté généreuse qu’était Patricia.

    Signataire de la charte de l’Association Française des Enfants Précoces, AFEP, elle savait accueillir, à son cabinet de psychologue spécialiste de ce domaine, les enfants et leurs parents. Ou, parfois, des adultes en interrogation sur ce don éventuel. Le gène de la précocité, quand il est présent sur le chromosome 7, y restant toute la vie.

    Comme nombre de ses confrères ou consœurs psychologues en précocité, Patricia savait difficilement dire non. D’où des semaines surchargées pour la nécessité d’un passage d’un niveau à un autre, ou les besoins d’un saut de classe à décrocher, ou la compréhension du corps enseignant à conquérir, ou une multitude d’autres motifs.

    Patricia, "révélateur" d'enfants doués, à eux-mêmes et aux autres, avait un cœur compétent. Autant que son intelligence. La bonté rayonnait portée par un sourire, ce sourire qu’elle a gardé jusqu’au bout pour chaque infirmière venue dispenser quelque soin à son corps souffrant. Trop souffrant pour être réparé, bien qu’encore jeune – née à Saigon en 1952.

    Cette bonté généreuse, afin que chaque consultation se déroule le plus possible dans de bonnes conditions, proposait au jeune candidat au test de QI une boisson fraîche en été, chaude en hiver, assortie de quelques gâteaux.

    Vive et douce tout à la fois, les entretiens se déroulaient sans heurt. On ne voyait pas le temps passer !

    Au cours des 3 visites faites à Cochin au 8 ème étage du pavillon Achard, j’ai regretté pour elle – Patricia en avait tellement envie ! – qu’elle ne puisse pas profiter à l’extérieur, 30 minutes, une heure, de la caresse d’un soleil de septembre encore ardent.

    La dernière fois que je l’ai vue en vie, l’après-midi du lundi 6, elle a fait surface 3 fois. Alors consciente, je lui ai parlé d’elle, de son travail, d’amies communes, de ma famille qu’elle connaissait directement.

    Elle a entendu. Elle a souri. De ce sourire qui était son image. Et j’ai chanté, longtemps, quand elle était apparemment repartie mais percevant peut-être, pensant lui faire plaisir ainsi.

    Le vendredi précédent, voyant au chevet de son lit la psychologue clinicienne du service, elle a applaudi, marquant de ce signe particulier la venue de cette consœur. A qui j’ai révélé leur communauté de profession. Pour Patricia qui vivait essentiellement pour son travail, ce passage était très important.

    Bonne suite à toi, Patricia !

    Merci d’avoir insisté pour que certain test se déroule le 8 mars 2005.

    Merci pour tous ceux et celles que je t’ai adressé et que tu as su aider, toujours.

    Merci pour tout ce que tu as donné !

    Tous ceux et celles que tu as révélé à eux-mêmes ne t'oublieront pas ! En leur dévoilant leur précocité; tu leur as donné une nouvelle naissance. Consciente, apaisante et joyeuse, oh combien !

    Merci ! 

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr

  • Arielle Adda : 3 vidéos pour dire les enfants « doués ».

    Refusant les termes « surdoués » et « précoces », Arielle Adda est, selon moi, la meilleure à ce jour pour exprimer l’intérieur d’un être doué… autrement.

    Je ne doute pas qu’un Jean-Charles Terrassier approuve ces vidéos.

    Monsieur Terrassier sut, il y a plusieurs décennies, faire un scoop en apportant l’éclairage nécessaire pour aider les enfants en situation encombrante de don par son livre « Les enfants surdoués ou la précocité embarrassante ».

    Depuis la parutiont de ce livre, un succès constamment réédité, Jean-Charles Terrassier n’a pas cessé d’aider ces enfants là, d’autres étant venus à ses côtés apporter leur concours. Dont Arielle Adda, psychologue exerçant à Paris, que je recommande en raison d’une éthique sans faille. Une éthique au sens de « ithos » et « ethos ».

    Les 3 vidéos d’Arielle Adda sont accessibles en direct par le lien http://www.douance-zebres.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=22:videos-de-arielle-adda&catid=6:douance-&Itemid=1.

    Elles sont compréhensibles par tous, petits et grands, doués de façon classique ou moins usuelle. Outre l’éclairage apporté sur les – quand même ! - 2,3 % de la population qui fonctionne autrement, elles peuvent aussi grandement contribuer à tisser des liens de compréhension entre les uns et les autres. Au sein d’une collectivité, d’un groupe, d’une famille où tous les enfants ne sont pas systématiquement concernés par cette modification génétique, à l’occasion « embarrassante ».

    Pour en revenir aux vidéos, un enfant né, équipé différemment, pour fonctionner en quelque sorte à une vitesse supersonique, est loin d’être doué en tout.

    Ainsi du côté de l’écriture qui peut être lente, pénible, parfois difficile – « Ah ! si cette plume filait toute seule sur la page aussi vite que la pensée ! »

    Cette remarque d’écolier de primaire suffira.

    Je vous laisse regarder, entendre, comprendre je le souhaite, les vidéos intitulées respectivement « Les caractéristiques de l’enfant « surdoué » » durée 7 ‘ 50, « Les parents face à l’enfant surdoué » 2’ 09,  « Enfants surdoués : la difficile intégration ! » 2 ‘ 17.

    Tout y est. Exprimé avec justesse. Comme il faut. Comme sont ces enfants là, des enfants normaux, comme vous et moi.

    Bonne écoute et excellente journée à tous et toutes !

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr