Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

précce

  • L’école et les précoces (=Normaux Atypiques ou NAT) avec l’AE-HPI

    Vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouver. Merci. 

    NAT19.3.09 002.jpgLe jeudi 19 mars à la mairie du 16 ème Micheline ABERGEL Présidente de l’AE-HPI – Association pour l’Epanouissement des Enfants à Haut NAT19.3.09 009.jpgPotentiel Intellectuel, enfants que je préfère nommer Normaux Atypiques - organisait une réunion sous le titre « L’école de l’enfant à haut potentiel intellectuel. Une école pour demain ».

    Monsieur Claude Goasguen, ancien ministre, député-maire, était excusé suite à un déplacement à l’étranger.

    Au programme les thèmes  et intervenants ci-après:

    Le désir d’école de l’enfant à haut potentiel intellectuel : une école de l’avenir par Annie Reithmann, directrice du lycée pour élèves précoces IPECOM

    Le droit des enfants à l’école par Michèle Guillaume Hofnung, Dr en droit, professeur des facultés de droit, vice-présidente du comité des droits de l’homme et des questions éthiques CNF/UNESCO, auteur de « La Médiation » aux éditions Que Sais-je ?

    Quelle place pour les sciences humaines par Caroline Goldman, Dr en psychologie.

    Les nouvelles technologies et l’enseignement par Michel Stora, psychologue spécialiste des addictions aux jeux vidéos et des technologies nouvelles, auteur de « Guérir par le virtuel » aux Presses de la Renaissance et « L’enfant au risque de Virtuel » chez Dunod.

    NAT19.3.09 004.jpgDu transmetteur de savoir au gestionnaire du savoir par Catherine Berdonneau, Dr en didactique des mathématiques, formatrice en IUFM et le groupe de réflexion des parents de l’AE-HPI.

    Après  une présentation générale par madame Abergel, Annie Reithmann nous parle du sens à donner à l’école. Elle- même accueille à l’IPECOM pêle-mêle, des NAT et des Normaux Typiques. Dans un système qui reste élitiste, avec toutefois 80% de réussite, il reste 20% de laissés pour compte qu’il s’agisse d’enfants en grosses difficultés ou d’enfants hors norme. A IPECOM un entretien préalable fait le point avec les codes à respecter au minimum par les élèves – un langage correct par exemple – les élèves bénéficiant du respect et de l’écoute des enseignants.

    Tous les autres intervenants apporteront leur part, chacun dans leur spécialité. Le monde des multi médias où évoluent les jeunes est à NAT19.3.09 005.jpgprendre en compte car incontournable ainsi que le fait que maintenant c’est la gestion des savoirs, avec souvent leur critique, qui priment pour les moins de 18 ans sur l’acquisition des savoirs qui traîne pour tous à portée de clic.

    Madame HOFNUNG m’a particulièrement interpellée en raison de son humanité vis-à-vis des enfants, NAT ou non NAT. Ainsi elle cible le danger de créer des catégories de titulaires des droits de l’homme – enfants, malades. L’enfant est un individu à un stade de son histoire, qui s’éduque dans la continuité. Et je peux ajouter que cette continuité ne cessera pas au cours de la vie. Elle cible encore le poids de la bienveillance qui s’exerce sur l’enfant le mettant  en situation d’infériorité. J’ajouterais que cela peut soit étouffer soit entraîner à l’assistanat que l’on observe de plus en plus  du côté des adultes, à mon avis. Madame HOFNUNG déplore  - et j’en suis bien d’accord – que la primauté actuelle du savoir académique étouffe le potentiel humain, bloque le savoir être. L’intelligence sociale et relationnelle participe à un développement harmonieux. Et l’on sait bien qu’un bébé qui est nourri et reçoit le nécessaire physiquement ne se développe pas sans affection ni relation. A juste titre elle dénonce l’esprit de compétition qui prévaut au détriment de l’apprentissage du travailler ensemble.

    Elle dénonce enfin la marche à l’envers de l’école d’aujourd’hui, une pyramide sociale inversée. Alors que l’adulte devrait donner de la sécurité, le système scolaire – via l’école – devient le lieu de recyclage de l’angoisse des adultes. En conséquence dès le Cours Préparatoire l’enfant est sommé de rassurer les parents par sa réussite scolaire présente et à venir, de rassurer aussi les enseignants sur la qualité de leur travail toujours en évitant l’échec scolaire. Pour sortir de cette situation, pour éviter les conflits parents enseignants Michèle Guillaume-Hofnung propose une médiation extérieure qui n’existe pas actuellement.

    Pour compléter j’indique que Michèle Guillaume-Hofnung est experte auprès de l’UNESCO, engagée en faveur de la médiation depuis 1987 et de l’éthique – que je n’ai pas évoqué mais dont elle nous a parlé remontant au Code de Nuremberg d’après la seconde guerre mondiale – depuis 1989. La médiation permet  de rétablir ou d’établir du lien, de prévenir et de régler du conflit.

    Michèle Guillaume-Hofnung est responsable de l’Institut de Médiation Guillaume-Hofnung, IMGH, qui propose des formations à la médiation, des consultations, des expertises, des interventions (petit déjeuner, colloque…)  où l’éthique a sa place. L’IMGH est 5 Place d’Alleray , Paris 15 ème, tél. 06 77 70 51 98 et 06 74 59 20 59, blog  http://imgh.blogspot.com   mail : clovishofnung@orange.fr

    Quant à l’AE-HPI on joint l’association par téléphone au 01 30 82 49 23 et sur  www.ae-hpi.org

    Des points intéressants et surtout réconfortants les jeunes !

    Contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr (Photos archives personnelles : en haut à gauche mairie du XVI ème, Michèle Guillaume-Hofnung à droite; en dessous vue sur la salle, à droite Micheline Abergel et Annie Reithmann).