Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

politique

  • Audiovisuel : temps de parole rééquilibrés

    Il y a sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouver. Merci.

     

       Une mesure qui devrait satisfaire tout l’éventail politique et qui démarre le 1 er septembre. En voici le rapppel tel que reçu   
       des Jeunes Sarkozystes de Champagne-Ardenne.   
           
       « Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) a adopté le 21 juillet dernier un nouveau mode de calcul du temps de parole du Chef de   
       l’Etat. Ces nouvelles règles constituent une avancée remarquable pour la démocratie.    
           
       En effet, à compter du 1er septembre pochain, les interventions du Président de la République seront prises en compte dans le cadre de   
       la comptabilisation du temps de parole et ce afin d’assurer un certain équilibre entre les personnalités politiques, qu’elles soient de  
       l’opposition ou de la majorité.    
           
       Il va de soi que seront seules prises en compte les interventions du Chef de l’Etat qui relèvent du débat politique national. Il convient   
       de préciser que même les interventions des collaborateurs de Nicolas SARKOZY seront comptabilisées.   
           
       Le nouveau principe adopté par le CSA se substitue au principe de référence actuellement en vigueur à savoir la “règle des trois tiers“.   
        AUJOURD’HUI: Règle des trois tiers.   
        1/3 pour la MAJORITE PARLEMENTAIRE   
        1/3 pour le GOUVERNEMENT   
        1/3 pour l’OPPOSITION   
           
       A COMPTER DU 1er SEPTEMBRE: Nouveau principe de pluralisme.   
           
       OPPOSITION PARLEMENTAIRE = MAJORITE PARLEMENTAIRE + GOUVERNEMENT +   
       PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE ET COLLABORATEURS.   
           
       Cette décision du CSA, qui fait suite à l’arrêt rendu par le Conseil d’Etat le 8 avril dernier, participe au renforcement de l’équilibre    
       des temps de parole.    
           
       La République et la démocratie françaises ne cessent d’aller de l’avant! Le PS et l’UMP semblent conquis par cette décision de la   
       haute autorité audiovisuelle. Autrement dit, majorité et opposition saluent une décision “sage et conforme à la République exemplaire    
       voulue par le Président de la République” comme l’a si bien dit le porte-parole de l’UMP, Frédéric LEFEBVRE.   
           
       Après plusieurs mesure phares telles que l’entrée de la Cour des Comptes dans le budget de l’Elysée,  la révision constitutionnelle de   
       2008 qui renforce les pouvoirs du Parlement face à ceux de l’exécutif ou encore cette décision du CSA visant à renforcer l’équilibre des    
       temps de parole à la télé et à la radio, qui osera encore dire que Nicolas SARKOZY met à mal la démocratie ?   
           
       Cyril Laurent    
       Président des Jeunes Sarkozystes de Champagne-Ardenne   


    http://www.jeunessarkozystes.fr »

     

    Bon suivi !

     

    Contact francoiseboiseseau@wanadoo.fr 

  • Cambodge politique : François Ponchaud

    Il y a sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouver. Merci.

      

    Voici, reçue aussi le 25 mai 2009, de l’ami François Ponchaud, la situation politique au Cambodge telle qu’observé par lui. Il l’un des meilleur observateurs de ce pays, sinon le meilleur depuis le temps qu’il y vit.

     

    « EGLISE CAMBODGE-ENTRAIDE

    c/o Couvent du Rosaire, 38480 Le Pont de Beauvoisin

    CCP : Grenoble 3100-35 C

    E-mail : couvent.rosairepdb@tiscali.fr

    4c@online.com.kh

                                                                                           Phnom Penh le 15 mai 2009

     

    Chers amis,

     

    La belle saison est arrivée pour vous, même si le climat social, vu de loin, nous semble un peu

    morose! Crise en tous genres oblige! Bon courage à tous. Nous vous envoyons donc un peu de chaleur venant des tropiques, où la saison des pluies a commencé anormalement tôt cette année. Nino ou Nina? Chacun y va de son explication.

     

    Le climat politique cambodgien est toujours un peu le même, sans avancées réelles : le pouvoir est de plus en plus concentré entre les mains d'un petit nombre de responsables du

    P P C (Parti du Peuple Cambodgien, dissidents des Khmers rouges), qui pillent toutes les richesses du pays à leur profit dans la plus grande opacité. Contrats juteux pour l'exploitation des richesses minières, abattage des dernières forêts primaires, spoliations de terrains, spécialement des minorités ethniques du nord-est, expulsions de squatts ou de terrains constructibles données en concession à des sociétés écran... Les gens du peuple commencent à dire que les Khmers rouges ont détruit le peuple khmer, mais que le gouvernement actuel en détruit les ressources naturelles et vend le pays à l'Etranger. Depuis les élections du 27 juillet 2008, la corruption s'étale sans vergogne, le système judiciaire est devenu un instrument au service des hommes du pouvoir contre les petits. En février, Global Wittness, ONG britannique d'observation de l'environnement, a produit un rapport très documenté de 70 pages intitulé : "Un pays à vendre. Bienvenue au Cambodge!". Il y a deux ans, la même ONG avait édité un autre rapport tout aussi révélateur : "L'arbre familial", dénonçant les liens entre les quelques familles du pouvoir. Rapports restés sans réponse, même pris avec dédain par nos ambassades occidentales… Le 11 mai, la commission des droits de l'Homme réunie à Genève a exprimé des remarques assez dures contre le régime actuel, mais il y a peu de chances pour qu'elles soient suivies d'effets. C'est une réelle souffrance d'assister impuissants à tant d'injustices. Le 17 mai, les conseillers élus aux dernières élections communales sont élus des conseils municipaux, d'arrondissements, départementaux. C’est un tout petit pas vers plus de démocratie, même si les résultats étaient connus d’avance, l’écrasante majorité des votants étant membres du PPC!

     

    Les effets de la crise économique mondiale commencent à se faire sentir avec la diminution d'activité dans la confection textile (selon les chiffres officiels, 51.000 ouvrières sur 330.000 auraient perdu leur emploi). Avec l'augmentation des denrées alimentaires et la stagnation des salaires, celles qui restent au travail ne mangent que rarement à leur faim... Les touristes se font plus rares, et la construction stagne. L'émigration vers l'Etranger représente une issue qui fait rêver. Malgré tout, la vie des campagnes a bénéficié des retombées du boom économique des dernières années. La gestion économique du pays et des familles elles-mêmes déroutent souvent nos esprits cartésiens : les salaires de l'administration ne parviennent pas à nourrir une famille, chacun se débrouille donc par des expédients (trafics en tous genres, corruption, vols, élevage de poules, canards, cochons, etc.). Beaucoup vivent en s'endettant. C'est d'ailleurs traditionnel dans la campagne. Avec la crise économique mondiale, de nombreuses ONG (il y a 400 ONG internationales et 1.500 nationales) voient leurs fonds se réduire de 10 à 15%. Certaines envisagent même de quitter le pays. Avec le développement économique du Cambodge de ces dernières années, le Cambodge n'est plus une priorité pour bon nombre d'entre elles. Le Canada a déjà rayé le Cambodge de sa liste de pays à aider. Le départ des ONG permettra peut être de clarifier la situation et d'obliger le gouvernement à prendre ses responsabilités. On peut toujours rêver.

     

    Le procès des ex-dirigeants Khmers rouges a commencé le 17 mars par une session de procédures, puis réellement le 30 mars, par le procès de Dutch, chef du sinistre centre de torture S-21 de Phnom Penh. Ce jugement ne passionne pas les foules, car les procédures judiciaires internationales compliquées échappent à la plupart qui voudraient un jugement rapide, sans forcément de défense! D'autre part, plus de 60% de la population n'a pas connu personnellement cette période lui qui paraît antédiluvienne et incroyable. Le gouvernement semble poser tous les obstacles possibles pour bloquer le processus judiciaire, le Premier ministre souhaite même publiquement que le tribunal soit à court d'argent pour que les juges étrangers retournent chez eux. Il est trop dangereux, de son point de vue, que la Justice s'établisse dans le pays! Malgré toutes ses imperfections, ce tribunal, pourra sans doute apporter des éléments intéressants à l'Histoire, et notamment tenter d'expliquer les mécanismes qui ont abouti à de telles atrocités.

     

    L'Eglise continue son travail de fourmi, avec environ 150 baptêmes d'adultes à Pâques. Ces

    catéchumènes se sont préparés pendant plusieurs années. Les motifs ne sont pas toujours aussi clairs qu'on le souhaiterait, mais nos motivations personnelles à chacun ne le sont pas toujours

    non plus! Dans plusieurs églises, on a procédé à des baptêmes par immersion, avec baptistères

    appropriés, reprenant ainsi les traditions ancestrales significatives. Le 17 avril, Le P.Gérald Vogin a inauguré sa nouvelle église à Koh Rokha, construite dans un style ancien khmer, entouré de plusieurs petites maisonnettes servant de lieu de retraite, assez adapté à l'esprit religieux du pays. D'autres églises se couvrent de fresques bibliques à la mode des pagodes et de nos anciennes églises occidentales.

    Nous attendons avec impatience la nomination d'un successeur à Mgr Emile Destombes. Le 20 mai, les PP. Robert Venet et Rogatien Rondineau sont définitivement rentrés en France pour rejoindre la maison de repos des MEP à Lauris. A 93 ans, Robert Venet a bien mérité de la Mission! C'est une figure légendaire que tous les réfugiés cambodgiens connaissent!

     

    En fin avril, Sr Gilberte Masson, co-directrice du CCCC (Centre Culturel Catholique Cambodgien) a dû partir se soigner en France : elle traînait un abcès à l'oreille depuis des années, puis une infection pulmonaire curieuse ainsi qu'un dérèglement de la tyroïde. Lors de ses 70 ans, le P.François Ponchaud, directeur du CCCC, a pris sa retraite et le Centre est désormais confié à Duong Savong, cambodgien qui y travaillait depuis plus de 10 ans. Personnalité remarquable, compétent, cultivé, à l'aise dans la nouvelle foi qu'il a épousée, il y a près de 15 ans, ainsi que dans sa culture bouddhiste, il pourra donner une nouvelle impulsion au dialogue entre les cultures. Les travaux de composition des livres pour la transmission de la foi aux catéchumènes et pour la formation de leurs accompagnateurs sont pratiquement terminés. En début mai, Pierre Laurent, prêtre-ouvrier à la retraite, vient apporter son concours pour la création d'une pastorale en milieu ouvrier naissant, et soutenir Clair Logis qui assure une présence en ce milieu depuis plusieurs années.

     

    Yves Ramousse, Emile Destombes, François Ponchaud, Pierre Tunlop Sophâl, Gérald Vogin, Vincent Sénéchal, Gilberte Masson, Anne-Marie Gallice, Sr Marie Benoît, signataires de cette feuille de nouvelles vous disent leur meilleur souvenir et toutes leurs amitiés."

     

    Moins de 18 ans, si vous avez envie de contacter François Ponchaud, c’est possible par E-mail : francois.ponchaud@mepasie.org. Il y a belle lurette qu’il emploie les technologies dites nouvelles Il répond toujours et est à l’écoute avec beaucoup d’humanité.

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr

  • Majid Ouezzani: politique et minorités en France

     Vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les thèmes qui me paraissent les plus importants avec les jours où les trouver. Merci. Le 12 novembre 2008 : 128 visites avec 383 pages consultées

    Majid OUEZZANI fait partie du groupe des Jeunes Avec Rachida Dati (JARD) dont il est un des leaders avec Romain Mouton. majid.jpgMajid Ouezzani soutient le Garde de Sceaux qui est aussi Maire du 7 ème, ayant ainsi reçu l'aval populaire au sens le plus noble du mot. Cet article  "Une classe politique française très frileuse sur les minorités" rédigé dans la foulée de l'élection de Barack Obama comme Président des U.S.A. est très démonstratif de la situation française vis-à-vis de ses minorités, quel que soit le bord politique.  Le voici intégralemnt.

    "Obama interpelle une classe politique française toujours très frileuse sur les minorités

    La classe politique française qui, dans son ensemble, s'est réjouie de l'élection de Barack Obama a du mal à ouvrir ses portes aux minorités, toujours sous-représentées au niveau local et quasi absentes à l'échelon national.
    Les élus "beurs" et "blacks" - représentant généralement l'Outre-mer - ne sont qu'une poignée au Parlement.

    A l'Assemblée, il n'y a ainsi qu'une députée noire élue de métropole. Le Sénat compte trois élues d'origine maghrébine.

    Depuis peu sénatrice des Bouches-du-Rhône, Samia Ghali fait partie de ces exceptions, mais il ne lui a pas été aisé de s'imposer au parti socialiste.

    Son élection de maire du 8e arrondissement de Marseille, elle la doit, explique-t-elle à l'AFP, à "la volonté" de Jean-Noël Guérini, candidat malheureux pour diriger la cité phocéenne.

    "Les Français sont prêts", estime-t-elle, mais les partis, et notamment le sien, n'ont pas "le courage" d'imposer la différence. Au sein du PS, elle dit avoir "tout entendu". "Je n'étais pas assez blonde, pas assez BCBG, les Blancs ne voteraient pas pour moi...", s'amuse celle qui l'a emporté au 1er tour dans sa mairie.

    Son collègue socialiste Malek Boutih estime qu'il y a un réel "conservatisme" des partis, mais, pour lui, l'absence des minorités vient aussi "d'une inhibition des militants" qui en sont issus et qui devraient monter à l'offensive plutôt que "pleurnicher".

    Encore faut-il que les dirigeants ne mettent pas des bâtons dans les roues de ces candidats de la diversité en laissant des dissidents se présenter. Ainsi, M. Boutih fut étrillé aux législatives de 2007 en Charente.

    C'est le modèle "universaliste" de la France qui est en cause, juge Pascal Joseph, adjoint du XXe arrondissement de Paris, d'origine indienne, car "il repose sur la reproduction des mêmes parcours, avec des voies d'excellence uniformes depuis 50 ans", comme l'Ena.

    "Ce sont les barons locaux qui décident qui représente la diversité", s'insurge-t-il, regrettant que la France ait moins d'élus de couleur que sous la colonisation.

    Il cite le Guyanais Gaston Monnerville, qui présida le Sénat de 1958 à 1968 et à ce titre était susceptible d'accéder à l'Elysée en cas d'intérim.

    La présence au gouvernement de Rama Yade, Rachida Dati et Fadela Amara - même non élues - est la preuve que "les choses ont commencé à bouger" et que cela "va s'amplifier" grâce à "une plus grande tolérance de la société", pronostique Pierre Bréchon, professeur à Sciences-Po Grenoble.

    Nicolas Sarkozy ne manque d'ailleurs pas une occasion de mettre en avant ces trois femmes comme "autant de visages de la vraie France".

    Mais il n'a pas été suivi par son parti l'UMP, avait déploré en mars son chargé de mission "diversité" Abderrahmane Dahmane.

    Le secrétaire général de l'UMP, Patrick Devedjian, réfute cet argument. "Notre devoir est de leur mettre le pied à l'étrier", avance-t-il mais la "politique nécessite un apprentissage" qui ne lui semble "pas plus long pour les Maghrébins" qu'il l'a été pour un Arménien d'origine comme lui.

    Le mal est plus profond, à en croire Christiane Taubira. "Ni l'UMP, ni le PS ne sont capables aujourd'hui d'accomplir ce qu'a accompli le parti démocrate", juge la première candidate noire à la présidentielle.

    Les Français y sont-ils vraiment prêts? Dans un sondage du dernier Journal du Dimanche, si 80% voteraient pour un candidat noir à l'Elysée, ils ne seraient plus que 58% à faire de même pour un candidat d'origine maghrébine."

     

    Les moins de 18 ans, avec l'éclairage de cet article de Majid qui peut venir si nécessaire  renforcer votre réflexion personnelle, regardez bien autour de vous les élus et les populations qui composent leur électorat. Une très bonne journée de reprise de classe !

    Contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr (photo: archives personnelles fin 2007 Majid Ouezzani à droite de Rachida Dati au centre du cliché, avec Romain Mouton à gauche en chemise claire)