Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

poilus

  • Scolaires et poilus de 1918

    Vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les thèmes qui me paraissent les plus importants avec les jours où les trouvez . Merci.  18 septembre: 63 visites,  124 pages;

    Les scolaires vont redécouvrir les poilus

    La rentrée scolaire étant faite, voici ce qui est prévu à l’occasion du 90 ème anniversaire de l’armistice du 11 novembre 1918.

    Je reprends un article paru en page 2 du Journal des Combattants n°2881 du 5 juillet 2008 - journaldescombattants@yahoo.fr .

     

    Actuellement, la Première Guerre mondiale est enseignée en cours moyen, en Troisième et en Première.

    En raison du 90 ème anniversaire de l’armistice de 1918, le ministère de l’Education nationale, en collaboration avec celui de la Défense, va proposer aux enseignants de « faire travailler les élèves sur la vie d’un ou plusieurs combattants de leur commune à partir du monument aux morts ou en utilisant la base de données en ligne Mémoires des hommes. »

    L’information a été rendue publique dans le bulletin officiel de l’Education nationale du 13 juin, auquel les professeurs doivent impérativement se référer pour bâtir leur enseignement.

     

    Les texte suggère notamment de s’appuyer sur les archives communales, départementales, voire familiales. En parallèle, les recteurs sont invités à « associer les élèves aux cérémonies qui seront organisées en hommage aux combattants. »

     

    Mais à la différence du parrainage d’enfants juifs déportés, cette nouvelle directive semble moins intrusive et les syndicats ne la considèrent pas forcément d’un mauvais oeil puisqu’il s’agit avant tout d’une ressource pédagogique, un support destiné à aider les professeurs. On est loin de la lecture de le lettre de Guy Môquet, qui fut imposée à l’automne dernier par le président de la République, Nicolas Sarkozy.

     

    Pour autant, certains dénoncent « l’utilisation du souvenir par le gouvernement », à l’image de l’écrivain Maurice Rajsfus, raflé au Vel d’Hiv pendant son enfance, qui fustige « le caractère traumatisant de cette commémoration permanente ». L’auteur regrette que le Premier ministre, François Fillon, n’ait évoqué que « le côté glorieux de l’événement », faisant ainsi l’impasse sur le désastre du Chemin des Dames ou sur la figure de Pétain. «S’il faut informer les écoliers sur la Première Guerre mondiale, pourquoi ne pas leur faire savoir que le monument aux morts du petit village de Gentioux, dans la Creuse, porte l’inscription « Maudite soit la guerre », propose M. Rajsfus. »  P.-F. T.

     

    Une information toute simple les jeunes. Entendez les différents points de vue, c’est important pour conduire une vie.

    (cliché soldats français dans une tranchée)

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr