Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pierre naves

  • Noël chez soi: un bonheur !

    Vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les thèmes qui me paraissent les plus

    importants avec les jours où les trouver. Merci.  Le 23 décembre 2008 : 206 visites avec 451 pages consultées

    Du vague à l’âme ce soir. Beaucoup. En raison d’un appel reçu tout à l’heure d’une famille que je connais bien du  centre de la France. C’était pour elle comme un miracle de Noël fredo17.12.08 007.jpgil y a 8 jours. Pour la première fois, en deux ans d’un placement décidé par la Justice sur des bases aléatoires, leurs deux enfants, frère et soeur de 5 et 4 ans, allaient redormir chez eux pour cette fête si merveilleuse. Retrouver leur maison, leurs parents, leurs chambres, leur joli chien blanc tout soyeux Choupette, un sapin de Noël scintillant, une crèche avec l’enfant Jésus, etc…

    Le service gardien responsable de ces enfants devait les amener demain, 24 décembre, dans l’après-midi chez eux jusqu’au 26 au matin. Tout semblait réglé, au point.

     

    Et aujourd’hui, les parents apprennent que leurs enfants seront laissés en dépôt – combien d’heures ? avec quel encadrement ? – là où se déroulent les 2 heures de visites médiatisées chaque semaine. Dans le flou qui s’ensuit ils ne savent plus si on leur amène leurs enfants et à quelle heure. Ou bien si, l’organisation ayant été modifiée, ils doivent se rendre au lieu du dépôt pour récupérer leurs jeunes. Bref , du côté des services officiellement compétents c’est une totale désorganisation. Comme d’habitude malheureusement !

    Car, dans le même axe de comportement, malgré l’obligation d’édifier « un projet pour l’enfant » faite par la loi du 5 mars 2007, aucune esquisse de ce côté-là n’a été ébauchée pour Hugo et Garance.

    Il faut savoir que ces jeunes vont bien, sont appréciés par leurs maîtresses à l’école de la commune où ils sont « placés » dans une famille d’accueil, et commencent – ils grandissent chaque jour ! – à exprimer leur ras-le-bol de ne pas rentrer chez eux avec papa et maman à la fin des visites médiatisées. Les parents sont toujours présents chaque semaine au rendez-vous des visites surveillées par des éducateurs, appelées gracieusement médiatisées. On se croirait dans le grand banditisme ! Or ces parents jamais condamnés, jamais délinquants, sont en bon état de marche, ont un domicile comme il faut, travaillent et ont le cœur gros de ces dysfonctionnements qui durent. En 2006 ils sont devenus, du jour au lendemain, comme tous les parents d’enfants qui se sont trouvés « placés », des parents disqualifiés.

    Dysfonctionnement est le mot juste. Car, ayant la chance d’avoir des parents en vie, ces enfants n’auraient jamais dû être placés. Comme 50% au moins des 135 000 placés en France hors de chez eux, en foyer ou famille d’accueil. C’est Pierre NAVES qui l’affirme en tant qu’Inspecteur Général aux Affaires Sociales, affaires qui englobent aussi le ministère de la santé.

     

    J’ai espoir qu’Hugo et Garance soient demain chez eux. Enfin ! Pour y retrouver leurs parents et dormir dans leur lit dans la joie du jour de ce Noël 2008 qu’ils vivront en famille. Ce dont ils ont été privés en 2007 et 2006. Ils auront droit ainsi que leurs parents à passer encore une 2 ème nuit de bonheur.

    En attendant plein d’autres nuits et une foule d’autres jours quand la justice, enfin, conseillée dans le bon sens pour ces petits par la responsable de l’ASE (Aide Sociale à l’Enfance), aura procédé à une sorte de « levée d’écrou » pour ces jeunes qui n’ont jamais rien fait de mal de leur vie. Ni leurs parents.

    Pour ces deux là qui, demain, seront chez eux pour la Noël – je croise encore les doigts pour quelques longues heures ! – combien d’autres non délinquants de moins de 18 ans seront retenus loin des leurs ?

    En cette veille de Noël, jour de paix, de concorde, d’émerveillement, d’amour, d’étoiles dans les yeux je souhaite à tous les enfants « placés » au moins quelques instants de bonheur intérieur avec l’espoir d’une meilleure vie le jour où ils seront libres. Je souhaite à Hugo et Garance un Noël débordant de l’affection de papa et maman, des cadeaux faits par les grands-parents, des bisous et des jeux avec leurs jeunes cousins et cousines. En attendant leur sortie de placement en 2009. Je prie le ciel pour cela !

    Bon Noël à tous, parents et enfants : Gardez espoir ! Ne baissez pas les bras ! Jamais !

    francoiseboisseau@wanadoo.fr (photo archives personnelles: crèche en attente de Noël dans une église catholique)

  • Enfants Placés, Bobigny 11 octobre 2008

    Vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les thèmes qui me paraissent les plus importants avec les jours où les trouver. Merci.  

    Samedi 11 octobre à la Bourse du Travail de Bobigny se tenait un colloque Brain Trust à propos des enfants placés par la Justice et gardés par les Services de l'ASE (Aide Sociale à l'Enfance), cela dans le cadre des 10 ans du Fil d'Ariane fondée par Catherine Gadot bobigny11octobre08 006.jpgbobigny11octobre08 008.jpg, seule association se préoccupant des enfants placés.

    Le matin des ateliers de travail se sont tenus avec parents d'enfants placés et professionnels de l'enfance. L'après-midi, après rendu de ces ateliers, il y a eu de nombreux échanges entre ces mêmes parents et des représentanst des institutions. 

    Quelque réflexions rapides au lendemain de ce colloque. 

     

    A propos des moins de 18 ans et du rôle de la Justice, le Président du Tribunal pour Enfants de Bobigny et juge des enfants, Jean-Pierre ROSENCZVEIG bobigny11octobre08 007.jpga eu cette parole : «Le mieux pour un juge est de ne pas avoir à prendre de décision et de servir seulement de scribe pour enregistrer ce qui vient d’être décidé ».

    Pas si bête ce rôle du juge pour enfants, simple chambre d’enregistrement.

    A côté de cela Jean-Pierre Rosenczveig, à la tête de DEI (Défense des Enfants International) France et très impliqué en ce qui concerne la jeunesse en général a répondu avec tout le calme d’un vieux ( pas péjoratif ) routier, une compétence absolue jointe à une courtoisie certaine à toutes les questions des présents, parents ou apparentés, qui étaient là suite à un placement d’enfants plus ou moins ressenti comme un kidnapping légal qui n’en finit pas de durer.

    A ses côtés Maître Pierre VERDIER, un des rares avocats impliqués dans la défense des intérêts de ces enfants placés et de leurs parents, dans le sens d’un retour à domicile.

    Présent également l’Inspecteur Général aux Affaires Sociales en charge des enfants placés, bobigny11octobre08 001.jpgPierre NAVES, au réalisme toujours à l’écoute, à la patience positive et qui ne demande qu’à faire bouger les choses dans l’intérêt supérieur de ces mêmes bobigny11octobre08 009.jpgenfants.

    En face à face avec ces professionnels cités et d’autres, une centaine de personnes  – dont des enfants aussi car on est samedi – des parents le plus souvent habités d’une immense douleur, et dans leur ombre des enfants à la douleur encore plus forte car surmultipliée par une incompréhension de ce qui se trame autour d’eux, de ce que l’on fait d’eux.

    bobigny11octobre08 002.jpgEncore beaucoup d’espace entre ces deux groupes.

    Un espace où s’ébauche cependant des initiatives innovantes. Ainsi dans un établissement du Nord un dialogue possible entre enfants placés et enfants non placés – une des propositions que je mentionnais dans le document que j’avais adressée à Madame Rachida DATI, Garde des Sceaux et Ministre de la Justice. Autre nouveauté, toujours dans le Nord, le placement à domicile – comme l’hospitalisation à domicile. Le médecin que je suis a trouvé cela excellent car c’est vraiment la signature d’une collaboration intense qui vise à maintenir le moins de 18 ans dans sa famille sans ces deuils imposés à l’enfant que l’on place brutalement, sans aucune enquête sociale préalable au mépris de la loi.

    Loi à propos de laquelle je verrais bien un service sinon 24h sur 24 mais au moins 7 jours sur 7 de 9 h00  à 21h00 apte à répondre avec des compétences approchant autant que possibles celles du Président du Tribunal de Bobigny aux parents d’enfants menacés de placement ou placés depuis trop longtemps avec des dérives contre lesquelles ils ne savent pas comment se défendre et défendre leurs enfants légalement. Un tel service pourrait peut-être exister au sein du Fil d’Ariane créé par Catherine GADOT il y a 10 ans, suite à une expérience personnelle crucifiante mais dont elle et l’enfant concerné se sont sortis.bobigny11octobre08 018.jpg

    Plus inhabituelle, l’intervention d’un curé de l’Oise qui, par la force d’événements survenus sur sa paroisse, s’est mis au service d’ouailles aux prises avec des menaces de placements d’enfants. Il a lancé l’idée d’un accompagnement éventuel du ou des parents concernés par un prêtre catholique ; et pourquoi pas par un rabin ou un iman.

    A été noté l’urgence pour les parents de rentrer dans des structures qui se mettent en place à propos des jeunes, sous peine de ne voir dedans que des professionnels de l’enfance et des magistrats, les consommateurs à qui sont destinés ces structures en étant absents.  

    J’ai repris le métro avec une professionnelle de Paris qui, comme d’autres dans le Nord, s’efforce de n’avoir que des placements modulés, visant tous à faire ressortir au plus vite l’enfant quand il est accueilli quelque temps hors de sa famille ; d’où un turn over important pour elle avec la reconnaissance d’enfants qui n’ont pas eu l’impression d’être bouclés entre 4 murs, comme s’ils éraient emprisonnés alors qu’ils n’ont commis aucun délit.

    Au final c’est moins mal. Mais il y a encore un très long chemin à parcourir. Et bobigny11octobre08 003.jpgJean-Pierre Rosenczveig a appelé tous les volontaires à s’atteler aux dispositions relatives à un environnement de « bien être de l’enfant » (moins pompeux et plus inter communicatif que « la protection de l’enfance ») via des associations, invitant au passage à rejoindre DEI France qui fait d’ailleurs un travail de fond remarquable.

    Je rappelle ici les coordonnées du Fil d’Ariane de Catherine Gadot : Tél 01 48 69 87 29  http://le-fil-dariane-france-asso.fr , 31 avenue du 14 juillet, 93600 Aulnay sous Bois, e.mail : lefildariane93@wanadoo.fr. , celles de DEI France de Jean-Pierre Rosenczveig 41 rue de la République, 93200 Saint-Denis ; 0148 30 81 98  www.dei-france.org ; contact@dei-france.org.

    Au nom des enfants encore placés – ou accueillis - et en souffrance, contribuons à changer ce qui ne va pas. 

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (Photo archives personnelles: de gauche à droite et de haut en bas: Catherine Gadot, Catherine Gadot à la tribune avec Pierre Verdier, vue de la salle, mes voisins dont un jeune, le buffet de midi, Pierre Naves dialogue à la pause, Catherine Gadot debout qui intervient + Maître Pierre Verdier + Jean-Christophe Save Association Village d’enfants + Thierry Tarraube Commandant formateur Gendarmerie et Jean-Pierre Rosenczveig Président du Tribunal de Bobigny, Jean-Pierre Rosenczveig magistrat et homme de coeur au travail à midi).