Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pierre nantas

  • Souffrance au travail

    PierreN10.6.10 004.jpgLe Café sociétal proposé le 10 juin 2010 par Anne-Marie Engler avait comme invité Pierre Nantas pour parler de La souffrance au travail, un sujet qui concerne tout le monde.

    J'avais relaté cette soirée ici le 11 juin sous le titre "Souffrance travail Pierre Nantas".

    Voici le lien de la vidéo réalisée par la nouvelle équipe d’Anne-Marie, une équipe de jeunes avec Julie Gres de Street Generation :

    http://www.dailymotion.com/video/xdpjx2_cafe-psy-la-souffrance-au-travail-a_webcam

    Ces jeunes ont produit une vidéo très vivante, très bien réalisée, à l'image de la participation très sincère de l'auditoire de ce café d'excellence d'Anne-Marie Engler.

    Je mets là le résumé accompagnant la vidéo

    « L’absentéisme, les suicides, la démotivation… La souffrance au travail est aussi ancienne qu’actuelle. Derrière les conséquences, les causes sont analysées par Pierre Nantas, psychothérapeute et coach d’entreprise, intervenant dans ce café d’Annecom. La recherche de la productivité à tout prix, la perte de valeur des grandes entreprises, le management sans expérience de terrain, les conflits de rôles, autant de situations engendrent chaque jour un peu plus la souffrance des salariés au cœur des entreprises. Les conséquences sont parfois gravissimes : burn-out, séjours en hôpital psychiatrique, suicides. Pierre Nantas, quasi-confident de nombreux salariés, vient apporter le témoignage de ses observations au sein des entreprises. Et une affirmation ressort par-dessus-tout : la souffrance est là, bien réelle, et pas seulement individuelle. »

    Bonne écoute, moins de 18 ans. Ce sujet vous concerne.

    contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (photo archives personnelles : Anne-Marie Engler et Pierre Nantas avant le démarrage de la soirée)

  • Souffrance travail Pierre Nantas

    PierreN10.6.10 004.jpgLa souffrance au travail, constatée par Pierre Nantas au niveau de saPierreN10.6.10 009.jpg clientèle, était annoncée au niveau de ce blog le 26 mai 2010.

    Hier soir 10 juin, au Gai Moulin à Paris, une salle pleine et participative a été très attentive à l’exposé vivant présenté en espèce d’introduction par Pierre Nantas.

    Puis des questions, interpellations et remarques sont venues enrichir une soirée dont la responsable, Anne-Marie Engler peut être satisfaite ainsi que sa nouvelle équipe technique de deux jeunes demoiselles.

    En attendant la vidéo sur Dailymotion et les photos voici les bases recueillies de la bouche de Pierre Nantas sur les origines de la souffrance au travail.

    La question est d’abord délimitée par Pierre Nantas par un fait : la pénibilité au travail a toujours existé, la souffrance au travail est de maintenant.

    Puis, comme clinicien, il nous indique les symptomes qu’il a observé au niveau des personnes venues le consulter en tant que psychothérapeute-coach. Pierre Nantas ne prétend pas avoir tout recensé : il fait état des résultats de sa pratique personnelle. Une pratique qui délivre des pistes que certains reconnaîtront.

    La souffrance au travail dans une entreprise peut être soupçonnée à partir des événements ci-après : un absentéisme qui s’intalle ou devient excessif ; un « turn over » ou renouvellement trop rapide du personnel - quelques mois à deux ans ; l’installation d’une atmosphère de stress, d’hyperactivité ; des cas d’alcoolisme là où il n’y en avait pas ; des TS – Tentatives de Suicides – ou des suicides réussis ; la prise d’ôtage – la souffrance étant présente tant du coté des responsables pris en ôtage que du côté des employés preneurs d’ôtage ; des accidents professionnels ; l’épuisement physique et psychique ;  le « burn out » traduit par les japonais par « la mort par fatigue au travail ».

    Pierre Nantas aborde l’auscultation d’une entreprise comme suit : au niveau physique la pénibilité des tâches ; au niveau psychique le climat de travail lié aux modalités des relations avec les N+1 – ceux au-dessus dans la hiérarchie d’une peronne – et les N-1 – ceux au-dessous ; le manque d’intérêt, la démotivation au niveau des travaux répétitifs avec des situations telles que « je sais faire et je fais » ce qui est convenable, ou « je sais faire et je ne fais pas » ce qui est frustrant ou encore «  je ne sais pas faire et je dois faire » ce qui est stressant ; avec l’exemple de la création des pôles emploi – qui ont fusionné les ASSEDIC et l’ANPE – et l’obligation de « faire du chiffre » pour les employés des pôles emploi, il est mis en place une impossibilité des 2 côtés qui se font face à un guichet pôle emploi : les demandeurs de travail qui seront radiés … s’ils ne sont pas placés ou n’acceptent pas ce qui leur est proposé, les employés obligés de radier que cela leur plaise ou pas ; la perte de repères, la perte des valeurs de l’entreprise.

    L’intervenant détaille ensuite le « burn out ».

    Voici une première présentation de cette soirée. Un participant pointera les obligations de profit décidées loin des lieux de travail. Un autre, de la SNCF, soulignera comment un management « par le cœur » c’est-à-dire en respectant et utilisant la culture de l’entreprise peut changer les résultats. Est souligné le fait que des personnes ayant fait choix d’un métier de technicien ne vont pas accéder forcément à des compétences de vendeurs. Que le langage utilisé en management peut avoir besoin d’être traduit ou transcrit selon le niveau d’exercice du travail. Sont décrit encore des objectifs impossibles. Des conflits de rôle.

    On nous informe que les DRH, Directeurs des Ressouces Humaines, des entreprises françaises entrant dans le CAC 40 ont réfléchi et vu quels objectifs atteindre. Sans savoir comment y arriver.

    Comme tout corps vivant une entreprise peut générer des « toxines ». Un phénomène à contrôler, à maîtriser.

    Comment en est-on arrivé là ? Pourquoi ce défaut d’anticipation ?

    Il semblerait que les cas de souffrance au travail, au début, aient été perçus comme des cas isolés.

    Et du côté de certains plans qui ont déchaîné de la houle et plus encore, le nécessaire avait bien été fait en temps voulu. Sauf que des moyens n‘ont été prévu que pour une première vague, pas pour les suivantes. D'où des conflits et des drames humains qui auraient pu et dû être évités.

    Il était intéressant d’être là hier soir.

    La vidéo sera disponible sous quelques jours.

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (photos archives personnelles : Pierre Nantas et Anne-Marie Engler, puis Pierre Nantas hier soir)

  • Souffrance au travail : Pierre Nantas

     

    Nantas.jpgLa souffrance au travail ne devrait pas être.

    J'invite à venir écouter Pierre Nantas et à participer à l'échange qui suivra ce Café sociétal de qualité proposé par Anne-Marie Engler et filmé par Julie Gres.

    Anne-Marie est joignable via annecom89@yahoo.fr. Au 10 juin !

    Voici l’annonce mise par Anne-Marie Engler sur Facebook.

    « CAFE PSY : LA SOUFFRANCE AU TRAVAIL : harcèlement , hyperactivité ...

    Type :

    Réunions - Réunion d'information

     

    Date :

    jeudi 10 juin 2010

    Heure :

    20:00 - 21:00

    Lieu :

    LE GAI MOULIN 10 rue St Merri 75004 Paris

    Description

    Venez nombreux , écouter Pierre Nantas , psychothérapeute.Diplomé de l'Ecole Parisienne de Gestatt, D.U d'Alcoologie.
    Praticien E.M.D.R
    Addictions , Etats limites, Etat de Stress Post Traumatique .
    Troubles de la personnalité et de comportement alimentaire .
    Nous parler de :" la souffrance au travail :harcèlements , hyperactivité"..Ce CAFE sera filmé par Julie GRES.
    contact annecom89@yahoo.fr »

    Un sujet de maintenant.

    Une souffrance que je ne souhaite à personne.

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (illustration: Pierre Nantas)