Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pierre mollier

  • Le Paris des Francs-Maçons

     

    paris maçonne.jpgUn titre clair pour un livre destiné autant au grand public qu’aux Frères et Sœurs maçons. Quel que soit leurarash31.10.09.JPG âge, visiteurs et amoureux de Paris apprécieront, j’en suis sûre, de regarder la capitale de la France à la lumière des repères maçonniques de ce livre récent.

    Qu’il s’agisse de statues, de lieux, de symboles égrenés ici et là gravés dans la pierre ou façonnés dans le bronze des monuments.

    Les auteurs ? Emmanuel Pierrat, avocat à Paris et écrivain. Laurent Kupferman, cofondateur de l’Orchestre symphonique d’Europe, comédien, chanteur.

    A signaler une préface de Pierre Mollier, Directeur du service Bibliothèque-archives-musée du Grand Orient de France, qui souligne, en première phrase, que ‘L’initiation est d’abord un cheminement.» (p. 7)

    Ce document bénéficie à mi parcours de 16 pages d’illustrations photographiques , bel ouvrage de Steve Gaudin, avec participation du Grand Orient de France en page III.

    Gadot09.07.26 103.jpgEt le concours de L. Lainé pour une illustration limpide des symboles maçonniques aux pages 14 à 18.

    Ce livre est paru en octobre 2009 aux éditions Le Cherche Midi, http://www.cherche-midi.com où l’ami Arash Derambarsh, directeur du département politique et personnalités publiques, me l’a signalé. Arash est, pour l’heure, en vol direct à destination de Doha, Qatar, où il représente la France au Salon international du livre qui se tient 30 décembre 2009 au 10 janvier 2010, http://www.bscnews.fr/.

    Retour au livre pour dire qu’après la préface, le livre se déploie sur un chapitre de découverte d’un Paris, ville lumière, ville maçonnique, suivi des symboles maçonniques les plus fréquents – équerre, compas, niveau, triangle, acacia, etc… - on arrive aux grand monuments publics.

    Le lecteur est plongé au cœur du sujet. Au début d’une promenade qui peut se réaliser livre en mains, chapitre après chapitre, pas forcément dans l’ordre car à chaque fois on dispose – un des intérêts de cet ouvrage à quatre mains d’Emmanuel Pierrat et Laurent Kupferman – d’un récapitulatif historique animé autour du monument ou du lieu examiné.

    Les bâtisseurs de ce livre proposent une manière de cours en culture générale, utilisable seul ou en famille, propre à dessiller les yeux, apte à ouvrir le cœur et l’esprit.

    Concrètement des monuments connus de tous, ou des lieux plus secrets, ou encore des détails cachés défilent sous les yeux du lecteur promeneur: Assemblée Nationale, Place de la Concorde, Tour Eiffel, Arc de Triomphe, Lycée Louis-le-Grand, Observatoire, Cimetière du Père Lachaise, Square Paul-Langevin. Il peut en être de non accessible au public, tel Le temple « à l’amitié » du 20 rue Jacob, dans le 6 ème arrondissement, édifié dans un jardin privé et inscrit depuis 1947 à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques.

    Les lieux institutionnels de la maçonnerie ont leur place, entre monuments-lieux secrets et détails cachés.

    Ces détails cachés ont pour nom Bernardin de Saint-Pierre, Voltaire, Gambetta, Washington et Lafayette pour ne citer que ceux là, dont les statues évoquent autant de jalons de l’Histoire. Le Pont Alexandre-III vient s’y ajouter et, sur un tout autre registre, Maria Deraismes, vénérable de la loge le Droit humain avant son décès le 6 février 1894. On imagine les difficultés à balayer pour en arriver là, avec l’aide de Frères convaincus que les femmes, aussi, peuvent avoir leur place. Maria Deraismes, inhumée au cimetière Montmartre, est présente, en statue, square des Epinettes à Paris dans le 17 ème arrondissement.

    Ornements et façades ne sont pas oubliés. Des maisons, des portes, des porches révèlent des surprises.

    La conclusion arrive trop vite, complétée par un index alphabétique abondant des lieux t personnages des pages 161 à 172.

    Appel est fait par les auteurs, Emmanuel Pierrat et Laurent Kupferman, à ceux ou celles qui auraient repérer ou identifieraient par la suite des sites ou marques maçonniques « inédites » (voir pages 10 et 11).

    Il est rappelé en page 9 que « La franc-maçonnerie existe depuis le début du XVIII ème siècle. Elle s’étend rapidement, car elle permet à chaque frère d’échapper à sa condition dans une époque où tout est déterminé par la naissance ».

    C’est en Angleterre que la franc-maçonnerie a démarré.

    Evidemment, en tant que « fan » depuis toujours de Montesquieu, j’ai recherché et trouvé de grand de la pensée et des lettres françaises dans l’index alphabétique. Montesquieu est mentionné à la page 94 qui décrit le monument aux droits de l’homme du Champ de Mars car son nom y est présent à côté de Voltaire et d’autres. Une situation naturelle, car « la contribution des francs-maçons au siècle des Lumières a été considérable ». Et, tous les petits français doivent en avoir connaissance, Montesquieu Charles Louis de Secondat, baron de La Brède (1689-1755), outre son appartenance à l'Académie française, autre sa célébrité comme auteur des Lettres Persanes et de L'Esprit des Lois, a été initié franc-maçon, en 1730, à Londres.

    Bonne visite de « Paris la franc-maçonne ».

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (en haut à gauche couverture du livre, à droite Arash Derambarsh photographie collection personnelle. plus bas à l'abri du Monument des droits de l'homme perspective vers la Tour Eiffel)