Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

philippe biger

  • Rachida DATI, Ministre et Maire du 7 ème arrt de Paris

     Vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les thèmes qui me paraissent les plus importants avec les jours où les trouver. Merci.   Le 22 novembre 2008 : 87 visites avec 323 pages consultées

    Notre Garde des Sceaux Rachida DATI datiRachidaMaire 009.jpga le soutien sans faille de Nicolas Sarkozy, Président de la République. Comment pourrait-il en être autrement puisque notre ministre de la Justice et Maire du 7 ème arrondissement de Paris a su faire les réformes annoncées, quitte à devoir supporter avec un courage exemplaire la ire des magistrats, avocats et autres gens de justice ? Une Justice révulsée à la moindre idée de réforme comme si elle continuait à exister au temps de l’Ancien Régime. C’est du moins l’impression que l’on peut en avoir.

    Rachida DATI, avec son équipe de Jeunes du 7ème, n’est pas une personne à abattre telle que la présente ses opposants et des médias. Dans le 7ème, au jour le jour et semaine après semaine, Rachida DATI sait écouter, déléguer, accepter les propositions des jeunes, se soucier des autres, faire évoluer les choses, etc, etc…

    Je ne raconte pas des potins : je dis ce que j’ai vu et ce que j’observe. Il est indécent de déverser sans fin des rumeurs sur ce  ministre qui a réalisé les objectifs de la campagne électorale présidentielle et continue à assumer la mission confiée, indécent de s’en prendre à une élue du peuple pour de vrai habitant au cœur du 7 ème arrondissement où elle est acceptée.

    Je mets ci-dessous un article du 21.11.23008 de Philippe BILGER CA8BB09BCAEW5KA9CATJKGT3CARLI8I2CAQRBKU1CAA8WC4QCAQ8NOD6CA80XY7QCAIATRSECAYM75SACAV7FQTGCA9F09UXCA5V1TQKBilgerPh.jpg, avocat général à la cour d'appel de Paris , qui dénonce l'attitude, selon lui agressive, des magistrats à l'encontre de la garde des Sceaux.

    Rachida DATI aurait-elle enfin un défenseur côté Justice ? 

    « On croit rêver. 534 magistrats ont envoyé une motion au ministère de la Justice pour dénoncer la politique pénale de la garde des Sceaux, ses «injonctions paradoxales» et les pressions qu'elle exercerait sur eux. Ils exigent, rien de moins, des «excuses publiques» à l'égard d'une collègue, substitut à Sarreguemines, «injustement critiquée» à la suite du suicide d'un mineur à Metz et de l'inspection ordonnée à sa suite.

    Même si, paraît-il, cette démarche collective est engagée en dehors des syndicats, je relève qu'elle recoupe exactement les dénonciations que ceux-ci ne cessent de formuler à l'encontre de Rachida Dati. Ce mouvement qui semble spontané se manifeste alors que depuis longtemps il était loisible à tout magistrat - j'en ai moi-même fait la preuve - de mettre en cause tel ou tel aspect d'une politique en effet voulue par le peuple français, inspirée par le président de la République et mise en œuvre par la ministre.

    Pourquoi alors aujourd'hui ? Pourquoi cette fronde incroyable qui donne l'impression du courage quand elle ne vise qu'à l'écrasement d'une faiblesse réelle ou prétendue ? À qui fera-t-on croire que c'est le hasard qui a déterminé le choix de cette offensive alors que, notamment pour l'affaire de Metz, la garde des Sceaux avait déjà fait amende honorable et que l'inspection pouvait refuser ces péripéties nocturnes ? Quelle étrange demande que celle «d'excuses publiques», qui constitue les magistrats comme des commissaires politiques de la pire espèce ! On veut peut-être aussi contraindre la garde des Sceaux à ramper et à crier grâce ? Autant j'éprouve l'orgueil de notre fonction, autant je hais l'arrogance de notre pouvoir.

    Ainsi, parce que le président de la République a reçu l'Union syndicale des magistrats sans la ministre durant une moitié de l'entretien, les jeux seraient faits, la défaite de Rachida Dati consommée et tout permis. À ma connaissance, c'est une première dans la vie judiciaire : une telle contestation profondément politique qui a pour but de «finir» une personnalité déstabilisée. C'est moralement lâche, chacun s'abritant derrière les 533 autres, et institutionnellement choquant.

    Quelle sera la réaction du président de la République ? Céder à cette pression unique en son genre ou au contraire fixer clairement des limites, faute de quoi la magistrature, qui se plaint des attaques portées contre elle, risquera de devenir une ennemie de la démocratie ? Ce n'est pas à elle de faire ou de défaire les ministres !

    La garde des Sceaux, devant cette agression frontale, pourrait en appeler aux citoyens qui apparemment la soutiennent, ainsi que sa politique. Les magistrats sont-ils si peu soucieux de leur image publique, si oublieux des catastrophes dans lesquelles ils ont été impliqués, si satisfaits des résultats de leur action quotidienne, pour préférer «charger» la garde des Sceaux plutôt que construire au quotidien une justice acceptable par le citoyen ?

    Cette motion n'honore pas le corps auquel je suis fier d'appartenir.

    http://www.lefigaro.fr/debats/2008/11/22/01005-20081122ARTFIG00003-courage-rachida-dati-est-a-terre-.php »

     

    Pas mal, Monsieur l’avocat général !

    A propos de Maître Philippe BILGER voir aussi le billet du 2.11.08 intitulé "Pour Rachida DATI Garde des Sceaux : respect !"        

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr( photos: en haut archives personnelles: Rachida DATI vient d'être élue Maire du 7 ème et prend la parole; plus bas image Google : Philippe BILGER)