Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

p négrier

  • Homophobie ? Pas de ça !

    En préalable, vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les thèmes qui me paraissent les plus importants avec les jours où les trouvez, non classés pour l'instant en alphabétique.       

    Retour aux bases, je veux dire les hasards de la génétique.

    L’ami Jean-Luc Romero 431483138.jpg m’avait indiqué – en réponse à ma question - qu’environ 7% de personnes naissaient ou se retrouvaient dans leur jeune âge avec une préférence sexuelle pour personne de même sexe. Il avait raison.

    Sans concéder à la génétique un  pouvoir déterministe absolu sur toutes choses, force est néanmoins d’en tenir compte, encore plus après les journées de prévention du cancer de la peau – avec risque plus ou moins fort selon la nature de peau donnée  – et de prévention de l’hypertension – avec appartenance ou non à une famille d’hypertendus.

    Nul ne nie l’air d’appartenance à un même clan biologique, la transmission d’orteils allongés perceurs de chaussettes, les familles de rouquins/rouquines, la taille d’un Joaquim fils de Yannick NOAH, etc…

    Ce qui est admis, toléré pour le physique peut l’être pour le reste, il me semble.

     

    Peut-on être tolérant envers les homos ? gays ou lesbiennes ?

    A raison de 7 homo pour 100 personnes, qui n’a pas dans son entourage familial un gay ou  une lesbienne ? identifié ou pas ?

    C’est mon cas. Côté famille et aussi amis(es).

    Et alors ?

    Pour changer, pour une fois, je suis dans la majorité des plus de 90%  des hétéros. Une hétéro un peu déviante quand même  car faite d’une incapacité totale à manœuvrer en fille, à sortir avec des filles, à courir les fringues avec des filles, à papoter avec filles … tout ça m’est depuis toujours inconnu et, toujours aujourd’hui, me fait fuir.

     

    Mon cousin homo, mes copines lesbiennes sont comme moi, comme vous, comme nous tous: des êtres humains qui ont envie de vivre heureux sans ennuyer autrui. Leur préférence de vie n’a rien de contagieux. Ils sont tout aussi respectables que les hétéros.

    Leur reprocher de trop s’afficher ?  Leur reprocher les gay pride ?  Pourquoi donc ? Rien n’empêche les hétéros de s’afficher de même. Rien n’empêcher les hétéros d’organiser aussi de grandes manifestation festives. Je pousse le bouchon, là, exprès. D’ailleurs les hétéros sont bienvenus dans les gay pride.

     

    Il y a eu des temps où ces attitudes n’étaient pas l’objet d’un tel tumulte. Où l’on avait par exemple épouse et enfants sans se priver pour autant de ce que l’on pouvait voir, après tout, comme un autre mode de connaissance de l’autre.

    Ce n’est pas pour choquer que j’écris cela, c’est pour ramener à l’essentiel qui est de lutter contre ce qui fait mal, vraiment mal: les maladies, la douleur, etc…

    Je rappelle en passant que le passage de La Bible évoquant Sodome et Gomorre a été présenté au grand public catho avec un contre sens dans la traduction. Patrick Négrier que j’estime  beaucoup et qui a vécu quelque  temps au rythme monastique, par ailleurs référent connu sur le plan maçonnique, ne manque jamais de rappeler que c’est les homophobes agresseurs des gays qui étaient tancés dans ce passage et non pas les homos qu’ils attaquaient.  

    Bien plus près de nous quand une George Sand déclare : « Prenez-moi donc pour un homme ou une femme, comme vous voudrez (…), je ne suis ni l’un ni l’autre, (…) je suis un « être ». », il est possible de se demander si notre amoureuse romancière n’avait pas une perception anticipée de ce qui est mieux connu maintenant  par certaines femmes.

    L’observation du développement des embryons montre un stade indifférencié de plusieurs semaines commun aux futurs filles et aux futurs garçons avant que se poursuive, pour les seuls possesseurs du chromosome Y soit environ 50%  -  nos futurs petits mâles - une évolution vers un aspect et un fonctionnement de garçons. Ainsi, les très très jeunes, et pour reprendre la manière de présenter que j’avais entendu une fois auprès de jeunes du primaire de grande banlieue, une moitié des embryons naîtra équipée d’une «joséphine» tandis que l’autre moitié naîtra équipée en «napoléon».

    Ce mode de croissance de l’embryon pourrait peut-être expliquer l’existence de secteurs anatomiques chez les filles permettant - chez quelques unes d’entre elles - de se comporter en partie comme des garçons au niveau de la sexualité et cela de façon visible.

     

    Ce grand écart pour dire qu’on sait  quelques trucs, deci delà, et qu’on en découvrira d’autres. 

    Jamais il ne faut juger ni rejeter. Patrick Négrier, oui, encore lui ! rappelle que la pierre de touche d’un comportement correct avec les autres - homos ou hétéros - passe par la question ci-après: «Est-ce que je respecte toujours autrui ? Est-ce que je tolère toujours ses différences ? différences par rapport à moi qui suis tenté de juger les autres à l’aune de ce que je pense bon et bien».

     

    Pour plus concrètement accepter l’autre dans sa différence, voici le communiqué de presse d’Aujourd’hui, Autrement le samedi 17 mai 2008:

    « Aujourd’hui, Autrement se félicite de la reconnaissance par le gouvernement de la Journée internationale contre l’homophobie et lui demande de mettre les bouchées doubles dans ce combat
    Le parti centriste, Aujourd’hui, Autrement - parti libéral-social, démocrate, humaniste et européen – créé par Jean-Luc Romero se félicite de l’annonce par la secrétaire d’Etat aux Droits de l’Homme, Rama Yade, affirmant que le gouvernement français reconnaissait désormais officiellement la Journée internationale contre l’homophobie et que Paris demanderait une « dépénalisation universelle » de l’homosexualité. Pour Jonathan Denis1686748556.jpg, président d’Aujourd’hui, Autrement, « c’est un pas en avant que vient de faire le gouvernement avec cette reconnaissance officielle. Il faut maintenant mettre les bouchées doubles pour lutter efficacement contre ce fléau qu’est l’homophobie et ce en reconnaissant totalement dans le droit français qu’il n’y a aucune infériorité entre l’hétérosexualité et l’homosexualité et en luttant efficacement dès l’école contre cette discrimination ». Si Aujourd’hui, Autrement salue le geste gouvernemental, le parti centriste, anciennement partenaire de l’UMP, n’oublie pas le comportement homophobe de certains élus UMP et demande à la majorité présidentielle de prendre ses responsabilités en lançant trois grands chantiers : lutte contre l’homophobie dès l’école, ouverture du mariage aux conjoints de même sexe et reconnaissance de l’homoparentalité. Pour Jonathan Denis, « ce n’est qu’à ce prix que l’on pourra donner des leçons au reste du monde ».

    Compris les jeunes ? Luttez fort contre ce qui détruit pour de vrai: douleur, maladies, non respect des différences, maltraitances …. Vous connaissez ce qui détruit car, en tant que moins de 18 ans, vous êtes peu écoutés et peu considérés sauf familles ou environnement assez rares. J’espère que vous, mes jeunes lecteurs, vous êtes respectés. Et que les plus grands vont faire davantage attention.

    A votre disposition si besoin était.      

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr