Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

obésité jeunes

  • Jeunes, obésité sévère, chirurgie

    nutrition25.5.10.jpgNutrition Infos, dans son récent n°12 du 2 ème trimestre 2010, livre aux pages 36 à 38 l’avis de 2 médecins spécialistes des obésités sévères des jeunes : le professeur Patrick Tounian, pédiatre à l’hôpital pour enfants Armand Trousseau, le docteur David Nocca, chirurgien à Montpellier au CHRU, Centre Hospitalier Régional Universitaire.

    Si la Haute Autorité de Santé, HAS, se contentant des adultes est muette sur la chirurgie des jeunes, il est avéré que les complications psycho-sociales de l’obésité chez les jeunes sont bien plus graves que les complications somatiques.

    Pour le professeur Tounian, ces enfants obèses souffrent d’une prédispostion à l’obésité, un problème constitutionnel pour lequel « c’est une ineptie de vouloir prévenir l’obésité en faisant de l’éducation nutritionnelle, à l’école ou ailleurs. Nous savons que notre avis diffère de celui de la majorité et que, pour cette raison, nous sommes critiqués. Mais nous sommes ceux qui côtoient les enfants obèses et nous nous basons sur notre expérience, mais également sur les résultats de la littérature scientifique, qui confirment l’inefficacité de ces mesures. » (p.38)

    En conséquence, pour lui comme pour son confrère de Montpellier, la chirurgie « bariatrique » – pour traiter l’obésité en restreigant les apports alimentaires - peut être proposée aux conditions suivantes : s’adresser à un centre expert public, expérimenté en chirurgie bariatrique, les compétents en chirurgie travaillant en lien avec une équipe spécialiste du traitement de l’obésité; l’expérience acquise auprès des adultes obèses peut bénéficier aux jeunes touchés par cette obésité morbide.

    Ceci étant dit « tous estiment que « cette pratique  ne peut pas être réalisée de façon coutumière chez l’adolescent », selon le Dr David Nocca, et qu’elle doit être envisagée « au cas par cas », comme le précise le Pr Patrick Tounian. » (page 38)

    Quelles pratiques ?

    A Paris, le Pr Tounian, avec 15 adolescents opérés, privilégie le by-pass, avec supplémentation nutritionnelle. Cette technique permet que cesse la sensation de faim, par disparition du cycle de la ghréline une hormone que produit l’estomac. « « Les enfants obèses sont programmés à avoir faim et mangent beaucoup. L’anneau ne résout pas toujours ce problème. » » (page 38)

    A Montpellier, avec 200 opérés de 18 à 25 ans, David Nocca réalise la gastrectomie à manchon. Si l’anneau est moins risqué, après 10 ans 25 % sont retirés.

    Pas d’intervention sans conscience éclairée du jeune patient. Et, en préalable, bilan endocrinien et traitement médical.

    A titre indicatif, le plus jeune patient opéré du Professeur Tounian atteignait 175 kgs à 12 ans 9 mois.

    Hors article et pour la majorité des jeunes et des plus de 18 ans non souffrant de ce type d'obésité, l’exercice physique reste une évidence pour un bon état physique, associé à une alimentation correcte.

    Quant à l’article, s’il concerne quantitativement peu d’enfants, ce sont des jeunes qui souffrent terriblement de leur obésité excessive, morbide, en raison du regard des autres. Cette obésité - dont le contrôle leur échappe – ne doit pas leur être renvoyée comme s’ils en étaient coupables.

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (illustration : couverture du N°12 de Nutrition infos: dossier Chirurgie de l'obésité : Irrésistible ascension)