Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

nicole delèpine

  • Dr. Nicole Delèpine:enfant soin cancer

    Je viens de signer la pétition pour assurer la pérennité de l'Unité d'Oncologie Pédiatrique de l'hôpital Raymond Poincaré de Garches (92389). C'est très important pour les enfants ou petits-enfants qui auraient à se battre pour guérir d'un cancer. Et sur le Net vous trouvez cette pétition pour la signer.

    A titre d'information cette pétition est soutenue par Nikos Aliagas et d'autres. En voici le texte.

    « Depuis plus de trente années, le Docteur Nicole Delèpine et son équipe pratiquent une médecine individualisée et humaine, pointue , utilisant les traitements éprouvés efficaces, quand ils existent, sans les délaisser pour des essais thérapeutiques dont les résultats à long terme ne seront connus que plus tard et donc incertains. Nous avons le droit de profiter des progrès de la médecine de ces trente dernières années et pas seulement d'être le cobaye pour les prochaines décennies. Nous acceptons les essais lorsqu'aucune solution sérieuse n'existe pour nos Cancers. Nous ne sommes pas un simple numéro, mais un patient que l'on écoute et auquel on donne les moyens de vaincre le Cancer en connaissance de cause, c'est à dire des possibilités fournies par des schémas de traitement connus ou par les essais cliniques proposés. C'est à nous de choisir !

    Le 6 novembre 2006, l'Unité a été transférée de l' hôpital Avicenne à l'hôpital Raymond Poincaré de Garches, suite à la signature en 2004 d'un protocole d'accord entre l'AP HP, le Ministère de la Santé et l'Unité du Docteur Delèpine, affirmant sa pérennité. Malheureusement à ce jour le protocole n'est plus respecté, les locaux, moyens matériel et humains sont petit à petit grignotés. Sa fermeture régulièrement annoncée déstabilise le personnel harcelé par l'encadrement pour pallier aux restriction de postes.

    Pour que nos enfants puissent continuer à être suivis par cette Unité qui n'existe "nulle part ailleurs" nous vous interpellons une nouvelle fois. Pour que les autres puissent profiter des chimiothérapies adaptées à leur âge évitant des amputations comme cela a encore été le cas pour trois patients le mois écoulé. Ou iront ils ?

    À tous ! Si vous ne voulez pas qu'un jour cette unité exemplaire disparaisse, il faut tous nous mobiliser et obtenir en peu de temps un grand nombre de signatures qui seront transmise au Premier ministre Manuel Valls.

    Envoyez vos témoignages personnels aux associations Amétist et Regarde la vie ou au Docteur Delèpine via leurs sites qui seront joints à la pétition. C'est plus largement la liberté de choix thérapeutique que nous devons défendre ! Merci pour eux, pour nous, pour tous ! »

    Pour l'avoir entendu à plusieurs reprise le Docteur Nicole Delèpine, chef de ce service et en retraite le 18 juillet 2014, n'a cessé d'indiquer qu'avec les traitements classiques mis en œuvre par elle, elle obtenait 80% de guérison pour les enfants qu'elle prenait en charge. Pour les 20% autres, il lui était alors possible en seconde intention de se lancer dans ce qui ressemble à des essais thérapeutiques. Les services autres que Garches ne feraient pas ainsi, plus portés sur des essais thérapeutiques a priori.

    Quatre parents d'enfants soignés par le Docteur Nicole Delépine pour un cancer ont fait une grève de la faim, parents inquiets pour la suite des traitements de leurs enfants lesquels vont mieux ou sont en rémission depuis plusieurs années. Allez voir sur le Net les témoignages de ces parents qui sont très soucieux, pour leurs enfants et les autres enfants pris en charge jusque là par le Docteur Delèpine, le service de Garches étant appelé à être transféré en août à Boulogne à l'hôpital Ambroise Paré.

    Il semblerait que le plan cancer 2014 qui augmente la part des médicaments innovants pèse lourd dans les choix faits pour traiter les personnes touchées par ce mal. Or chacun est unique et réagit différemment à ce qui lui est donné. Tant pour les enfants que pour les adultes.

    Quelque chose d'important se joue ici : le maintien du libre choix thérapeutique pour traiter les cancers des enfants. Une des mamans en grève a déclaré : « Ici on ne soigne pas un cancer, on soigne un enfant qui a le cancer. » Le libre choix thérapeutique est absolument à garder.

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr