Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

nde

  • NDE à Paris Howard Storm 1985

    En juin 1985, alors qu'il visite Paris avec ses étudiants et sa femme, Howard Storm, artiste et professeur d'art, a un sérieux problème de santé qui va l'entraîner là où il n'avait jamais imaginé aller. Il raconte cet événement qui a changé sa vie dans « Voir Paris et mourir. Une expérience aux frontières de la mort, de l'enfer et du paradis. » livre publié en 2010 par Le jardin des livres.

    Voici ce que dit la 4ème de couverture : « En attendant d'être opéré aux urgences pour une soudaine perforation de l'estomac, le Pr. Howard Storm, un solide athée américain en voyage à Paris, est mort subitement dans une chambre de l'hôpital Cochin.En découvrant que soudain il ne souffrait plus, le Pr Storm a aussi constaté que quelque chose ne collait pas car il se sentait étrangement léger. Au même moment, il entendit des voix qui lui demandèrent de le suivre. Persuadé que c'était les infirmières qui lui parlaient, il suivit les silhouettes grises qui l'emmenèrent dans l'Au-delà.
    À partir de là commence une expérience aux frontières de la mort extraordinaire qui va entraîner le brave professeur laïc aussi bien dans les tréfonds de l'enfer qu'au paradis où il se retrouve en présence des Anges. Et là, le Christ et les Anges vont lui montrer le futur de l'humanité ainsi que la faillite de l'économie américaine avec la destruction des USA... Il ne pouvait imaginer une seconde avant sa "-mort-" qu'une fois revenu dans son corps, il ne sera plus jamais le même, au point d'abandonner son poste de professeur de l'Histoire de l'Art à la Northern Kentucky University pour devenir pasteur. L'Expérience aux Frontières de la Mort la plus troublante jamais racontée par un homme qui ne croyait pas que l'enfer ou le paradis puissent exister. »

    Chacun pensera ce qu'il voudra de ce qu'a vécu Howard Storm. Et discernera.

    J'ai relevé ceci pages 67 à 69. Le monde est au début d'une transformation matérielle qui va évoluer pour aboutir, par exemple, à un joli jardin que les gens entretiennent. « Chacun passe la plus grande partie de son temps avec les enfants, leur enseignant l'amour et les merveilles du monde naturel. Ils ne font pas de distinction entre travail et jeu. Ils participent tous à l'éducation des enfants et à l'enseignement comme étant l'action la plus importante de leurs vies. Les habitants cultivent la nourriture en s'asseyant à côté des plantes et en communiant avec elles. En quelques minutes, ils pouvaient récolter des fruits et des légumes mûrs. Ils mangeaient ce qu'ils faisaient pousser immédiatement, sans cuisiner. Les habits sont tous faits de fibres finement tissées. Il y a très peu de métal sauf dans les ornements. ».

    « Dans ce monde futur, les gens auront des maladies, mais leur traitement sera toujours efficace. Les gens se rassembleront autour de la personne qui a besoin d'aide, et par la prière, le toucher et la méditation, la maladie sera soignée. Les personnes feront pousser juste assez de nourriture pour satisfaire leur appétit. Ensemble, tous les peuples du monde contrôleront le temps qu'il fera et le climat sera régulé par la volonté collective de l'humanité. Les plantes seront aimées et cultivées par les individus. Tous les animaux vivront en harmonie avec les gens. Il y aura d'innombrables petites communautés autour du monde, et chacune aura sa propre identité et sa propre culture. Il y aura beaucoup de langages différents, mais tous seront capables de communiquer par télépathie. Il n'y aura pas de technologie parce qu'il n'y aura aucun besoin d'instruments, car les hommes auront le pouvoir de contrôler la matière et l'énergie. Ils resteront dans leur communauté à moins qu'ils ne veuillent expérimenter la vie dans une culture différente dans sa musique, sa végétation ou ses investigations scientifiques. Ils seront des étudiants de la Nature qu'ils connaîtront intimement et avec laquelle ils pourront communiquer, connaissant les sensations et les vibrations de toutes les parties de la création.

    Les gens exploreront l'espace intersidéral sans bouger un doigt. Ils communiqueront par télépathie avec toute personne sur Terre et auront des relations avec des êtres intelligents d'autres mondes. Il n'y aura pas voyage spatial parc

    e qu'il n'y en aura pas besoin. Les gens resteront sur place et partageront des expériences de la vie à travers les galaxies. Ils apprécieront l'expérience qui leur sera donnée dans ce monde parce qu'ils sauront que c'est un précieux cadeau de Dieu. Il n'y aura pas de propriété. Les gens chercheront le bien-être de leur communauté dans sa santé et sa croissance spirituelle. »

    Howard est étonné, attendant autre chose qu'un futur où « Les gens vivaient dans une simplicité et une harmonie extrêmes. Il n'y avait pas de besoin. Tout le monde était heureux. Il n'y avait pas de conflit. »Howard questionna : « Quand ce monde arrivera-t-il ? - Dans 200 ans. »

    Pages 143 et 144 Howard, de retour chez lui, éprouve le besoin d'appeler sœur Dolores, une étudiante qui a été son élève il y a des années. Il confie « Quelque chose de véritablement merveilleux m'est arrivé. J'ai rencontré Jésus ». Il lui raconte son histoire.en une heure puis demande si elle le croit. « Elle me regarda droit dans les yeux :-Bien sûr que je vous crois, mais je me demande pourquoi ça a pris si longtemps ».Explication : « Sœur Dolores avait prié pendant 13 ans pour que je connaisse Dieu. Quand des gens me demandent pourquoi cette expérience m'a été donnée, je leur répond que Sœur Dolorès a prié pour moi durant 13 ans ».

    Au chapitre 15, Howard souligne qu'il a été fasciné par Thomas Merton ce jeune devenu moine trappiste à l'abbaye de Gethsemane dans le Kentucky. Auteur de « La nuit privée d'étoiles » et de « La Paix monastique », Thomas est un franco-amériacin né dans les Pyrénées à Prades le 31 janvier 1915.

    Page 174 Howard écrit : « Dieu m'a donné une seconde chance parce que Sœur Dolores a prié pour moi pendant 13 ans. Il y avait aussi d'autres religieuses qui priaient pour moi. L'une des choses les plus puissantes que nous puissions faire est prier. La prière peut changer le monde. Quand j'étais en train de mourir, je fus emmené à l'entrée de l'enfer. (…) A ce moment, j'ai appelé Jésus pour qu'il me sauve. Les écritures sacrées disent en différents endroit : « Quiconque appellera le nom du Seigneur sera sauvé ». J'ai appelé Jésus pour qu'il me sauve, et il l'a fait. »

    Page 191 : « Vous êtes le favori de Dieu! Cette vérité me fut expliquée en la compagnie de Jésus-Christ et des anges du ciel. » « Nous sommes des êtres spirituels qui ont une expérience physique. »

    Le livre s'achève que cette phrase page 195 : « Comme Jésus nous l'a si amplement démontré, la seule voie pour grandir spirituellement est de servir les autres ».

    Howard Storm donne sa vérité personnelle. Chacun appréciera.

    A quelques semaines de la paix de Noël, au plan spirituel, et de la trêve des confiseurs au plan matériel, le choc inattendu à Paris de ce professeur d'art venu de son Amérique me paraissait intéressant à vous offrir.

    Contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr

  • Dr Raymond Moody, La vie après la vie

    Durant plus de 20 ans, Raymond Moody Jr, américain, médecin et docteur en philosophie, a recueilli les témoignages de personnes ayant vécu une expérience de NDE, Near Death Experience. En français EMI, Expérience de Mort Imminente. Les observations faites l’ont conduit à publier Life after Life en 1975, livre qui a été l’objet d’échos, notamment dans le magazine américain Newsweek du 12 juillet 1976 sous le titre Life after Death ?, La vie après la mort ?

     

    En France, on dispose chez J’ai Lu www.jailu.com du texte intégral de La vie après la Vie, avec une préface de Paul Misraki et un avant propos du Docteur Elisabeth Kübler-Ross connue pour ses travaux sur les comportements psychologiques des agonisants.

     

    En 190 pages, pour 3 euros 70 on dispose d’une information claire avec nombre de témoignages cette œuvre ayant été diffusée en français dès 1980.

     

    Pour éclairer sur le contenu, le chapitre 7, pages 65 à 75, a pour titre Contacts avec d’autres. Il y est mentionné que plusieurs témoins ont « pris conscience de la présence, dans leur environnement, d’autres entités spirituelles dont le rôle paraissait consister à leur faciliter le passage vers la mort ; ou bien, comme ce fut deux fois le cas, à leur faire savoir que l’heure de mourir n’avait pas encore sonné pour eux et qu’il leur fallait réintégrer leur corps physique » (page 65)

    Deux exemples sont cités avec la présence d’une personne décédée, amie ou de la famille.

     

    « Dans d’autres occurrences, les esprits rencontrés ne sont pas des personnes que l’on a connue dans la vie passée.»

    Parfois « les sujets en venaient à supposer que les entités rencontrées étaient leurs « anges gardiens » ».

    « En deux occasions très similaires, des sujets m’ont dit avoir entendu une voix qui leur apprenait qu’ils n’étaient pas encore morts, qu’il leur fallait s’en retourner.»

    Les passages cités sont en page 67, avec des cas concrets rapportés.

     

    Le chapitre 8, page 69 à 75, s’intitule L’être de lumière.

    La rencontre avec un être de lumière est un élément présent dans tous les témoignages analysés.

    La lumière dont il est question ne brûle pas es yeux, n’éblouit jamais.

     

    L’être de lumière « est une Personne, il possède une personnalité nettement définie. La chaleur et l’amour qui émanent de cet être à l’adresse du mourant dépassent de loin toute possibilité d’expression. L’homme se sent comme envahi et transporté par cet amour; il s’abandonne en toute sérénité au bienveillant accueil qui lui est fait. Un attrait magnétique, irrésistible, émane de cette lumière, vers laquelle il se sent inéluctablement entraîné.

    Remarque importante : alors que cette description de l’être de lumière demeure exactement la même d’un témoignage à l’autre, l’identification de cet être varie singulièrement et semble dépendre en grande partie des antécédents, de l’éducation et des croyances religieuses de chaque individu. » (page 69 et 70)

     

    La communication entre l’humain et l’être lumineux se fait de pensée à pensée, le mourant étant invité à regarder sa vie. « Une femme relate :

    La première chose qu’Il m’a dite était qu’Il me demandait si j’étais prête à mourir, ou si j’avais accompli quelque chose dans ma vie que j’aurais aimé lui montrer ». (page 72)

     

    Cet examen rétrospectif – un peu comme on regarderait un tableau – a lieu sans condamnation ni jugement. « Le but de la question semble être d’amener les mourants à réfléchir sur leur existence passée, à en redessiner les grandes lignes. C’est, si l’on veut, une interrogation de style socratique, de celles qui n’appellent aucune réponse, uniquement destinée à aider l’interrogé à s’avancer de lui-même sur le chemin de la vérité ». (page 72)

    Suivent 3 exemples.

     

    Raymond Moody en personne s’était déplacé le 17 juin 2006 à Martigues et a participé au communiqué commun rédigé et diffusé dans la foulée. Le Dr Jean-Jacques Charbonier consacre à cette journée le chapitre 11 de son livre Les preuves scientifiques d’une vie après la vie, éditions Exergue, 2009.

     

    Le mieux est encore d’aller butiner les pages de ce J’ai Lu faciles à découvrir.

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr

  • Docteur J-J Charbonier, une Vie après la vie

    charbonnier martigues.jpgA plusieurs reprises, des informations données par le Docteur Jean-Jacques Charbonier, Anesthésiste-Réanimateur m’ont interpellée.  

    Et si cela était vrai ? Si une autre vie existait après la vie ?

     

    Des personnes de ma connaissance m’ont dit, sans s’y attarder, avoir revu un parent décédé. Récemment, début septembre, alors que je passais voir à l’hôpital une personne lucide pour qui la médecine ne pouvait plus rien, je l’ai vue, soudain, tourner la tête vers sa droite pour regarder, à côté de son lit, un visiteur – invisibles des autres – qu’elle nomma « Papa ! ». Or, ce papa là était décédé depuis plusieurs années.

     

    La malade ainsi visitée, psychologue de profession, allait quitter ce monde une semaine plus tard, saluant auparavant la psychologue clinicienne du service passée la voir. Entre consœurs, un geste naturel.

    Comme est est-il dit assez naturel la venue d’un proche décédé pour aider au passage de quelqu’un de la famille – ici un papa pour sa fille.

     

    C’est avec cet éclairage récent – je n’avais jamais été témoin avant de ce genre d’événement – que j’ai parcouru le livre du Docteur Jean-Jacques Charbonier « Les preuves scientifiques d’une Vie après la vie », ouvrage offert par une amie passionnée de ces choses.

     

    J’ai été étonnée !

     

    Sur plus de 200 pages cet anesthésiste-réanimateur rapporte de multiples témoignages de monsieur et madame tout le monde, et aussi de médecins, ou encore de lui-même.

     

    Et si c’était vrai ?

    Après tout, il y aurait de quoi être réconforté.

    De mon point de vue.

     

    Le livre paru en septembre 2009 aux éditions Exergue, 19 euros, présente un moment majeur pour l’auteur : la journée du samedi 17 juin 2006 à Martigues. Ville où un colloque sur les NDE, Near Death Experience, ou EMI, Etat de Mort Imminente, a réuni 2.300 personnes autour de médecins et chercheurs.

     

    Le communiqué ci-dessous, aux pages 140 et 141 du livre, a été signé en commun par toux ceux dont les noms suivent.

    « COMMUNIQUE COMMUN DES ORATEURS

     

    Nous sommes un groupe de médecins, praticiens et/ou chercheurs de différentes disciplines et nationalités. A l'occasion des 1ères Rencontres Internationales consacrées à l'Expérience de Mort Imminente (EMI ou NDE pour Near-Death Experience) - organisées à Martigues le samedi 17 juin 2006 - nous tenons à faire connaître au grand public ainsi qu'à la communauté médicale et scientifique les convictions qui sont les nôtres après des années de recherche sur ce phénomène.

    Bien que, d'un point de vue scientifique, le déclenchement de l'Expérience de Mort Imminente soit sans aucun doute relié à des phénomènes neurobiologiques dans le cerveau, son contenu extrêmement riche et complexe ne peut être réduit à une simple illusion ou à une hallucination produite par un cerveau en souffrance à l'instant de la mort. La réalité de l'expérience humaine n'est pas exclusivement déterminée par des mécanismes neurologiques, et la signification de l'EMI ne peut se réduire aux simples processus neurologiques qui accompagnent sa survenue dans le cerveau.

    Certaines avancées scientifiques majeures ont pu être acquises grâce à l'étude des manifestations inhabituelles ou "exotiques" de phénomènes que l'on croyait avoir compris dans leur intégralité.

    Il est très important que les scientifiques puissent conduire des recherches dans différentes disciplines, en particulier les neurosciences, sans préjugés d'aucune sorte.

    D'importantes publications dans des revues scientifiques à comité de lecture, comme Nature ou The Lancet, ont permis une meilleure acceptation des ces recherches dans la communauté médicale et scientifique et sont un premier pas vers la constitution d'un corpus de connaissances reconnu par cette dernière.

    Nous pensons que cet effort de recherche doit être encouragé pour progresser dans la compréhension de l'Expérience de Mort Imminente, même si ce phénomène remet en cause les conceptions établies sur la nature de la conscience et le fonctionnement du cerveau.

    L'Expérience de Mort Imminente, comme d'autres "états modifiés de conscience", ouvre une nouvelle voie de recherches pluridisciplinaires. Cette voie est porteuse d'espoir et de progrès pour l'humanité. Nous formons le vœu que les instances médico-scientifiques et les pouvoirs publics en prennent la juste mesure.

     

    SIGNATAIRES :

    DOCTEUR Raymond Moody Psychiatre, Ph.D, auteur de "La vie après la vie" (Robert Laffont, 1977). Pionnier de l'étude des EMI. Etats-Unis.

    DOCTEUR Pim van Lommel Cardiologue, auteur de l'étude "Expérience de mort imminente après un arrêt cardiaque", publiée dans la revue médicale The Lancet (15/12/2001). Pays-Bas.

    DOCTEUR Sam Parnia Médecin spécialiste en soins intensifs. Chercheur détaché au Weill Cornell Medical Center de New York. Auteur du livre "What happens when we die" (Hay House 2005) et de travaux publiés dans des revues médicales. Grande-Bretagne.

    DOCTEUR Mario Beauregard Chercheur en Neurosciences, spécialiste de "neurothéologie", étude des états mystiques profonds. Canada.

    DOCTEUR Sylvie Déthiollaz hercheur en biologie moléculaire, fondatrice du centre de recherche Noêsis. Suisse. Présentation de deux études en cours : Estimation de la fréquence des phénomènes de type NDE et OBE chez les personnes ayant été confrontées à une menace vitale (Hôpital Universitaire de Genève). Etude phénoménologique et encéphalographique de l'OBE.

    DOCTEUR Jean-Pierre Jourdan Médecin, responsable de la recherche médicale de Iands-France. Auteur d'un ouvrage : deadline. France.

    DOCTEUR Jean-Jacques Charbonier Anesthésiste-Réanimateur, auteur de trois romans sur les EMI et de "l'après vie existe" France.

    Evelyne-Sarah Mercier Anthropologue et économiste. Présidente fondatrice de l'Association Iands-France. A dirigé la rédaction de "La Mort Transfigurée" (Belfond 1992). France

    Patrice Van Eersel Rédacteur en chef de la revue Nouvelles Clés. Auteur de "La source noire" (Grasset 1986) et "Ré-apprivoiser la Mort" (Albin Michel 1997 »

     

    Ce message est destiné à tous. Communauté scientifique et grand public.

    Je le relaie car il est important.

    Il est aussi possible de se procurer les Actes de ce Colloque.

     

    Je le dit souvent ici : l’homme est un être spirituel.

    Je peux ajouter que rien n’empêche sciences et spiritualité de vivre en harmonie ensemble.

     

    Contact :francoiseboisseau@wanadoo.fr (illustration : couverture de « Actes du Colloque»)