Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

naima m'fadel

  • Anne-Marie Engler, El Yamine Soum

     

    Anne-Marie Engler a fait salle plus que comble, carrément débordante le jeudi 16 septembre 2010 en accueillant le sociologue El Yamine Soum au Gai Moulin à 20h00 Rue Saint Merri à Paris.Soum.jpg

     

    El Yamine présentait ce soir là le livre « Discriminer pour mieux régner » coécrit avec Vincent Geisser aux Éitions de l’Atelier , 51-55 rue Hoche Bât. B 94200 Ivry-sur-Seine.

     

    Ce café politique était animé par la marraine des cafés d’AnneCom, Naima M’Fadel, présidente de La Maison d’Averroès – apprentissage laïque de la langue arabe par les scolaires.

     

    Que dit ce livre ?

     

    Je reprends le texte de l’invitation.

     

    « Alors que la diversité est devenue un thème à la mode qui s’impose comme un impératif démocratique, cette enquête auprès des élus et des militants politiques issus de l’immigration et des DOM-TOM dénonce une opération de diversion, une forme de colorisation superficielle de la vie politique française.La diversité en politique, parlons-en ! Ils sont élus locaux ou nationaux, cadres et responsables chez les Verts, au PCF, au PS, au Modem et à l’UMP, ont accumulé parfois plus de 20 ans de militantisme et sont pourtant aujourd’hui unanimes à dénoncer les discriminations qui sévissent dans leur parti politique.En deux mots ; la diversité conduirait davantage à une gestion exotique des minorités dites « visibles », à un Second collège électoral, qu’à un véritable partage du pouvoir. Dressant un bilan critique des élections législatives de 2007 qui se sont traduites par une totale invisibilité des « minorités visibles », ces militants issus de l’immigration maghrébine, africaine et des DOM-TOM réclament un « traitement de choc républicain », qui instaure une égalité réelle dans les partis. Sceptiques à l’égard de la « discrimination positive », majoritairement perçue comme un faux remède, ils proposent un certain nombre de mesures concrètes pour lutter contre ce phénomène de « plafond de verre » qui domine la vie politique française. Pour eux, le véritable communautarisme, c’est le communautarisme des partis qui fait que les institutions politiques ne sont plus aujourd’hui à l’image de la France.Fondé sur une enquête inédite, cet ouvrage repose sur le témoignage d’une vingtaine de militants et responsables de partis politiques, de droite et de gauche, femmes et hommes, de la région parisienne, et des territoires de la République, qui ont choisi d’exposer leur conception d’une « diversité à la française » qui ne soit pas simplement une voie de garage ethnique et exotique.Discriminer pour mieux régner. »

     

    J’avais la chance d'avoir entendu El Yamine Soum dans le cadre d’une soirée le 13 janvier 2010 dédiée à la solidarité et tenue sous le patronage de Pierre Cardin, avec Georges Lévy, Fazia Lavergne et l’accueil excellent, 7 rue Royale, de Jean-François Goutille son responsable. A cette occasion El Yamine participait en tant que peintre, proposant à la vente des réalisations pour lutter contre le cancer. Il apparaït dans mon blog http://prenonslaparole.hautetfort.com/ par une note du 16 janvier 2010 « El Yamine Soum, Houria Sehili et Marc Colonna d’Istria combattent le cancer ».

     

    Huit mois plus tard, El Yamine nous parle politique et les échanges avec le public sont nombreux et variés, eu égard à la diversité des participants.

     

    La vidéo est attendue avec l’impatience que j’imagine par les présents. Et les absents involontaires.

     

    Une séance de dédicaces était organisée à l’issue de l’échange-débat, l’éditeur participant à la soirée.

     

    Pour une fois je n’ai pris ni photo ni vidéo.

     

    Inutile de s'attarder davantage. Mieux vaut aller retrouver en direct El Yamine Soum, sociologue connu et reconnu, à travers les pages de son livre.

     

    Les moins de 18 ans intéressé par la chose publique, je vous conseille la lecture de ce livre.

    Comme d’habitude, les bibliothèques – quitte à réclamer l’achat. Ou, pour les très branchés, ce livre en cadeau.

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (illustration :El Yamine Soum)

  • Naima M'Fadel : La Maison d'Averroès

    Paris Le Gai Moulin 10 rue Saint Merri. Quatre photographies en attendant la vidéo de l'événement d'hier soir.

    AvérroèsDreux6.5.10 041.jpg

    A l'initiative d’Anne-Marie Engler, soirée inoubliable de convivialité, le 6 mai 2010, associant moins deAvérroèsDreux6.5.10 004.jpg 18 ans et au-delà dans une humanité de cultures partagées. Un exemple d’un monde réussi apporté par La Maison d’Averroès créée à Dreux par Naima M’Fadel, au titre de maman. Cette maman là est aussi déléguée du préfet de Versailles, ayant en charge Mantes la Jolie, jolie petite ville des bords de Seine qui a grandi et où palpite le Val Fourré, une zone urbaine dite sensible. Naima M’Fadel a autour d’elle une équipe de qualité, dont Latifa Boutaher, vice-présidente de l’association et Yahya Cheikh responsable de la ligne pédagogique. Par cette association la langue arabe – et ses corollaires obligés que sont la pensée et la culture arabes – sont mises à la disposition de toutAvérroèsDreux6.5.10 026.jpgenfant vivant sur le sol de Dreux et de ses environs, qu’il ouAvérroèsDreux6.5.10 011.jpg qu’elle soit d'origine intégralement arabe, ou bénéficiant de la richesse franco-arabe de deux cultures par ses père et mère, ou encore étant issu des occupants du sol de jadis, les gaulois. Aucune connotation religieuse à la Maison d’Averroès, qui respecte ainsi parfaitement le sage, humble et savant, choisi pour la patronner.

    Dans quelques jours, une vidéo de cette soirée culturelle sera proposée à tous dans le cadre des cafés sociétaux initiés par Anne-Marie Engler sous l'identifiant ANNECOM.

    Guetter bien moins de 18 ans !

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr (clichés archives personnelles : en haut les 5 enfants participants, Naima M'Fadel et Latifa Boutaher; en bas Anne-Marie Engler attentive à la parole de Naima MFadel, à droite moi-même, Françoise, créateur de ce blog)