Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

naima m'faddel

  • La Maison d'Averroès vidéo

    Les 7 et 8 mai 2010, ici, j’ai présenté Naïma M’Faddel et sa Maison d’Averroès, un lieu laïc créé par elle à Dreux pour donner aux enfants qui le souhaitent – peu importe leur origine – l’accès à la langue arabe.

    Naïma avait été invitée par Anne-Marie Engler pour présenter, lors d’un café culturel, cette initiative, qui a vu le jour indépendemment de l’Institut du Monde Arabe.

    L’équipe d’Anne-Marie Engler ayant réalisé la vidéo, en donnant une large part à la parole des enfants élèves, venus en force de Dreux témoigner volontairement lors de cette soirée, en voici le lien :

    http://www.dailymotion.com/video/xdersd_cafe-culturel-la-maison-d-averroes_news

    Bonne découverte, moins de 18 ans !

    Contact :francoiseboisseau@wanadoo.fr

     

     

     

  • Naima M'Faddel : ce qu'est La Maison d'Averroès

    AvérroèsDreux6.5.10 048.jpgLe 6 mai 2010, à l’invitation d’Anne-Marie Engler, Naima M’Faddel a présenté l’association qu’elle a créée pour offrir à tous les jeunes, quelle que soit leur origine, l’accès à la langue arabe s’ils en ont la curiosité. C’est La Maison d’Averroès – certains écrivent Aveorrès - ce nom étant à lui seul porteur d’esprit d’ouverture, de tolérance. Ce philosophe, vivant à l’époque médiévale et également brillant en d’autres disciplines, a été rejeté par les autorités religieuses car il a osé – c’était trop tôt ! – prétendre que la philosophie était une manière d’appréhender le monde aussi valable que la religion. 

    La Maison d’Averroès m’a intéressée. 
    Première curiosité : cette association a vu le jour à Dreux. 
    Deuxième curiosité : sa création ne doit rien à l’Institut du Monde Arabe. 
    Troisième curiosité : les portes de La Maison d’Averroès sont ouvertes à tous, avec ou sans ancêtre mahgrébin ou proche oriental. Et dans un cadre totalement laïc.

    Quelques mots sur cette association en attendant la vidéo que l’équipe d’Anne-Marie Engler, annecom89@yahoo.fr, prépare.

    A La Maison d’Averroès n’importe quel jeune, musulman, chrétien ou athée, peut venir apprendre l’arabe. Habitant en France, citoyen français, cet acquis va lui permettre de devenir « une passerelle » entre deux mondes : le monde français où il vit au quotidien et le monde arabe où il peut se rendre en vacances, éventuellemnt dans sa famille ou en séjour de découverte culturelle. 

    Apprendre une langue, c’est aussi s’immerger dans l’humus qui a permis sa vie et son évolution, c’est encore sentir et comprendre la pensée et le bain d’environnement où elle a grandi. 

    Parenthèse hors soirée. Averroès, 1126-1198, dont le nom arabe est Abú al-Walìd ibn Ruchd, vit durant plus de 20 ans en même temps qu’Hildegarde de Bingen, 1098–1179, autre figure du Moyen Age qui rayonne par ses écrits à partir de son monastère allemand, en même temps aussi que Bernard de Clairvaux, 1090–1153, abbé réformateur connu sous le nom de saint Bernard. 

    Par l’accueil d’enfants porteurs d’une identité ultra méditerranéenne autant que française, Naima et son équipe souhaitent valoriser cette double richesse pour en faire un atout, au lieu d’un handicap. 

    Latifa Boutahar, vice-présidente, le martelle aux français rencontrés : apprendre l’arabe est aujourd’hui une nécessaité géo-stratégique. Les pays du Nord l’ont compris qui font appel à leurs ressortissants mixtes pour développer des liens commerciaux. On peut se demander à quoi songe la France ? Qui a pourtant des liens affectifs historiques privilégiés avec l’autre côté de la Méditterranée ? 

    Il s’agit encore de sortir d’un certain ghetto actuel la langue arabe, peu proposée en option scolaire. 

    Valérie, épouse d’un marocain, se réjouit de voir ses deux garçons épanouis par l’irrigation bien comprise et complémentaire de leurs deux racines. Pour cette française il est important, pour être bien dans sa peau, de vivre au mieux avec son double héritage, ceci passant par la connaissance des langues et cultures respectives. Au Maroc des juifs parlent parfaitemement l’arabe. Et c’est 20 % d’arabophones qui sont chrétiens. Pour Valérie il était important que ses enfants appréhendent langue et culture arabes.

    Paul-Sofiane, l’un de ses fils, témoigne, 5 enfants « élèves » étant venus de Dreux donner en direct leur écho. Paul-Sofiane, après deux ans de cours particuliers, a trouvé une pratique efficace et agréable de l’oralité en groupe avec La Maison d’Averroès. L’arabe a pour lui un intérêt professionnel. 

    La présidente rappelle l’insufisance en subvention, seul Olivier Marleix du Conseil Génral d’Eure-et-Loir ayant répondu présent. Appel que j’ai relayé via http://www.youtube.com/watch?v=pOBLpbd-jg&layer_token=f66318ce41d7b08d.
    On adhère pour 10 euros/an à l’Association, joignable au 06 15 25 08 93. 

    Pourquoi cette demande financière ? 
    Outre les cours qui ont lieu le mercredi et samedi matin, des stages de 3 jours lors des vacances scolaires, il est prévu des sorties culturelles avec l’Institut du Monde Arabe et des séjours linguistiques. L’un est projeté en Syrie hors Ramadan l’an prochain. La présidente souhaite que les jeunes bénéficient de l’Association sur une période de 4 à 5 ans. 
    Des soirées d’Averroès seront instituées à partir de la rentrée prochaine pour faire connaître ce penseur, l’association bénéficiant alors de la direction pédagogique d’un prestigieux professeur de langue arabe, Yahya Cheikh que vous pouvez découvrir sur le Net. 

    Il est précisé que des franco-français, désireux d’apprendre l’arabe, sont maintenant accueillis. Que le modèle diffuse tant à l’étranger, au Canada, que dans le Val d’Oise la ville de Cergy voulant implanter à son tour La Maison d’Aveorrès. 
    Tout ceci ne peut que contribuer à abbattre les murs d’une incompréhension qui n’apportent rien de bien.

    Quelques photos par http://www.facebook.com/album.php?aid=170177&id=693542918&l=1812243fcb

    Bonne découverte !

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (photo archives personnelles: les 5 enfants avec Niama M'Faddel et Anne-Marie Engler)