Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

n kaas

  • GIGN à Fleury Mérogis

    En préalable, vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les thèmes qui me paraissent les plus importants avec les jours où les trouvez    2 septembre: 88 visites, 131 pages

     

    Action talentueuse hier du GIGN, convoqué en urgence à Fleury Mérogis. gign calyel.jpg

     

    Un détenu condamné à 15 ans de réclusion pour viol, nous dit-on, était hier matin 1er septembre 2008 l’objet d’un examen psychologique.

    Vers les 11 heures, à l’issue de cet examen, le détenu a retenu en otage le psychologue examinateur, le menaçant sous la gorge d’un objet contondant fabriqué maison.

     

    D’après ce qui a été rapporté par Rachida Dati, Garde des Sceaux et Ministre de la Justice, appel a été fait au GIGN en raison de la variabilité extrême des demandes du détenu.

    Afin de sortir de cette situation de crise qui laisse le psychologue de 50 ans très choqué, un de nos tireurs d’élite a tiré une balle vers le détenu  fin de le désarmer sans le tuer, homme du GIGN fidèle à la règle d’or de ce groupe exceptionnel de ne pas commettre de dégât ou – au pire -  le minimum.

     

    Règle suivi hier.

     

    En conclusion :

    • le GIGN a solutionné la prise d’otage sans « prise »  de vie
    • le psychologue, otage plusieurs heures, est indemne physiquement
    • le détenu est hospitalisé

    BRAVO  LE  GIGN !

     

    Plus largement et en dehors du GIGN :

    • on nous apprend que les prisons regorgent d’un vaste mélange du côté des détenus
    • on nous indique que le preneur d’otage avait des antécédents psychologiques

     

    Ce qui signifie quoi ?

    • le mélange intensif joint à la surcharge des établissements pénitenciers : pourquoi ?
    • toutes ces personnes sous les barreaux  sont-elles toutes emprisonnées justement ? interrogation jointe aux propos immédiatement suivants
    • car on nous dit périodiquement qu’une bonne partie des emprisonnés seraient redevables de soins qu’ils ne reçoivent pas,
    • car il existe des erreurs judiciaires.

    Je me fais cette dernière réflexion en pensant à l’affaire André Kaas, emprisonné à tort, dont la fille Nathalie a créé l’association « enfant de victime » au service des enfants des victimes d’une erreur judiciaire.

    Chers lecteurs, vous le savez, ce blog est pour les moins de 18 ans, en général, et aussi, plus spécialement,  pour ceux d’entre eux « victimes » d’une manière ou d’une autre de l’inconséquence des majeurs responsables qui, prenant les jeunes pour des humains irréfléchis, n’écoutent pas leurs besoins.  J’évoque ainsi, par exemple, le cas des enfants injustement « placés » et qui sortiront meurtris et abîmés par ces mesures.

    Placements d’enfants injustes, erreurs judiciaires, emprisonnement à la place de traitements appropriés, … sur quelle planète vivons-nous ? Quelles valeurs respectons-nous ?  Vers qui se tourner pour tenter d’y voir plus clair ? 

     

    Une piste de lumière au moins existe pour tous, moins de 18 ans ou plus, auxquels je conseille la lecture ou une nouvelle lecture de l’ouvrage de Jean-Luc CALYEL « Les secrets d’une unité d’élite ». Outre la maîtrise mentale et physique requise des membres du GIGN, attardez-vous sur le chapitre final débordant d’humanité et  de clarté  qui s’adresse à tous, du GIGN ou pas.

    contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr