Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

milhaud

  • Pigalle et Voltaire: un nu célèbre !

    Voltaire statufié nu par Pigalle 
    ***Tous les petits parisiens connaissent au moins le nom de Pigalle, ne serait-ce que par la station de métro située sur la place du même nom dans le 9ème arrt.. . Place proche tout à la fois du Moulin Rouge avec french cancan, de l'appartement occupé par choix par le compositeur Darius MILHAUD pour bénéficier de l'animation de l'avenue de Clichy,  de la place du Tertre et de la basilique du Sacré Coeur de Montmartre. De Pigalle on pélerine à ce haut lieu du Paris de nuit, à la création musicale, aux oeuvres des peintres de la place du Tertre et jusqu'à  la veille bénédictine des religieuses de la basilique. On pourrait élargir jusqu'aux  vignes de la butte et aux vendanges faites une fois l'an, à la  rue St Vincent, au Lapin agil , etc... Ces lieux ont un égal bouillonnement  dans des secteurs de vie très variés, apparemment opposés en surface.

    A propos, ce  mot Pigalle, c'est pour évoquer qui ? ou  quoi ?
    Cela dit quoi aux personnes qui voient ce nom inscrit sur des plaques de rue, ou sur la station de métro ?Cela devrait dire en tout cas. Car Pigalle est le plus génial sculpteur français du XVIII ème siècle.
    Qui le sait parmi tous les passants français ou étrangers ?Du moins les visiteurs de ce blog  ne vont pas être, eux, dans l'ignorance. 

    ***Pourquoi parler ce jeudi 17 avril 2008 de ce monsieur  PIGALLE  ?

    A cause d'un anniversaire, en quelque sorte.
    Car un certain 17 avril 1770 , on dîne chez Mme Necker
    . Pas un diner quelconque. Un de ces diners - culturels dirais-je - qui est suivi du plus important, à savoir  des échanges  entre les invités de cette maîtresse de maison qui fait seule le choix de ses hôtes  et tient salon.
    Le salon de Mme Necker est fréquenté par  Diderot, d'Alembert et un certain nombre d'autres philosophes de ce que l'on appelle le  siècle des Lumières.Il se trouve que le soir de ce 17 avril  là, invité ou amené par un hôte habituel de Mme Necker,  le talentueux  sculpteur Pigalle est présent.
    Au cours  de cette soirée, comme lors de tout bon diner un peu arrosé, les 18 convives s'échauffent et, là, jaillit l'idée, une idée, celle de statufier un Voltaire toujours en vie. Chose qui ne se fait jamais du vivant des personnes,  sauf  pour les rois pour lesquels c'est l'usage.

    Pigalle et Diderot sont amis.
    Diderot a en tête l'image d'un Sénèque mourant - dont le modèle a sans doute été un vieux pécheur embelli. Vu ainsi, à distance, pour les gens de lettres compatriotes de Voltaire et pour tous ses contemporains, l'idée d'un Voltaire basé sur une image paraît sperbe. Cette idée prend forme.

    Au 17 juin 1770 , soit 2 mois après la soirée chez Mme Neker, Pigalle avec 2 aides débarquent au domicile de Voltaire à Ferney.Le philosophe vit là-bas - devenu plus tard Ferney-Voltaire - tout près de la Suisse où il peut filer se mettre à l'abri si cela se met à sentir le roussi pour lui. Car Voltaire a trop écrit, parlé, "gueulé", contre le roi Louis XV qui le préfère le savoir là-bas, à la frontière, plutôt que près de la cour. Projeté hors de Paris et de Versailles, Voltaire va passer 20 années  très productives loin de Paris.  Rappelons qu'en 1762 , Voltaire est le défenseur de Jean Callas; il est acharné à combattre l'injustice, d'une part, et l'infâme, d'autre part, autrement dit le fanatisme  et l'intolérance. Au cours de sa vie à Ferney, Voltaire fait beaucoup pour son pays d'adoption par force: construction de maisons avec son argent, fourniture d'aliments lors d'une disette...

    Dans ce contexte, Pigalle débarque donc avec ces ciseaux de sculpteur. C'est pour le sculpteur un dur  séjour. Il souffre beaucoup pour réaliser le travail confié. Voltaire est  sans cesse en mouvement. Occupé par une chose  ou l'autre, il bouge tout le temps. Bref, le philosophe est  très difficile à suivre, voire insupportable, pour réaliser le travail prévu. Finalement, c'est au bout d'une semaine que Pigalle pense avoir, enfin! , saisi ce je ne sais quoi  qui  peut représenter la flamme intérieure animant le philosophe. Pigalle procède au moulage du visage de Voltaire et fuit littéralement à Paris, avec le travail réalisé sous le bras.

    ***A Paris, Mme Necker adore le buste de Voltaire réalisé par Pigalle. Elle dit  que : "Pigalle a su ramener le feu de Ferney". 
    Reste le corps à réaliser. Ce qui est prévu  grâce à la participation  d'un vieux soldat.

    ll se trouve que la présentation du projet global de statue  de Voltaire - buste et corps- provoque un choc en septembre/octobre 1770. La nudité représentée est celle du corps d'un vieillard, maigre, à la peau flasque, avec des os qui saillent. Pigalle - ayant en tout temps  sculpté au plus près de la réalité -  a fait le portrait fidèle d'un vieillard nu et décharné aux os qui pointent.

    Pour une telle oeuvre destinée à  être sculptée dans un splendide marbre de Carare, un souscription a été lancée.  La nudité vraie et crue présentée par Pigalle choque. Le roi  Gustave III,  par exemple, déclare qu'il veut bien continuer à participer financièrement à condition de vêtir la nudité.  Voltaire tente la médiation  de d'Alembert pour obtenir un habillage de la sculpture. Rien n'y fait.  Pigalle s'obstine; ce qui aboutit enfin à un courrier de Voltaire qui dit s'être rangé  à  ce que veut réaliser Pigalle. En l'espèce Pigalle est maître en son art  et est le maître absolu de sa sculpture. Et il ajoute "Moi-même Voltaire j'ai toujours écrit comme je le pensais."

    Ceci étant réglé, il faut 6 ans de travail avant que la statue soit achevée. A ce moment là,  ce n'est pas l'enthousiasme; c'est un échec avec une incompréhension totale. Et durant 2 ans la statue est oubliée, peut-être simplement chez Pigalle dans le 9 ème arrt actuel où il habite.
    Puis, après le décès de Voltaire, c'est un de  ses petits neveux qui hérite de la statue de Voltaire nu.
     
    ***L'Institut de France - où siègent les académiciens depuis 1805 - désire une statue de Voltaire. En 1806, la famille détentrice accepte de la léguer et, en 1807, la statue de Voltaire prend place dans la bibliothèque de l'Institut. Sans doute l'entrée d'une telle statue a-t-elle créé quelques remous. Car d'abord placée en évidence dans une niche près de l'entrée, elle est ensuite éloignée au fond de la bibliothèque pour finalement être reléguée dans un couloir où elle est ignorée.

    Les années passent. La statue de Voltaire finit par rejoindre le Musée du Louvre. Et c'est le hasard d'une exposition sur "Le portrait public et privé" qui va finir par mettre un terme à son long purgatoire. Cette exposition va faire sortir du Louvre pour la 1ère fois, en 1962, la statue de Voltaire nu. L'exsposition se tient au Grand Palais.

    Fini la mise en pénitence dans un couloir obscur et désert de l'Institut, fini le quasi oubli dans les réserves du prestigieux Musée du Louvre. ée
    Cette  fois-ci, la statue  de 750 kgs  en marbre de Carrare bénéficie d'une place d'honneur. Elle est  hissée, magnifiée, près du grand escalier, à la vue de tous. C'est un total émerveillement !

    Aujourd'hui, en 2008, la statue de Voltaire nu, réhabilitée, constitue en quelque sorte le testament spirituel de Pigalle. Victoire pour Pigalle !
    Son talent a gagné, après plusieurs siècles !
        

      
    Que  vous  dire, les jeunes ?
    Que le talent finit toujours par être reconnu, même si cela prend du temps !

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr
    qui remercie la télévision d'avoir remis en mémoire il y a quelques jours l'histoire de cette magistrale statue !