Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercithérapie

  • La gratitude

    Vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouvez. Merci

     

    Ceci est une autre intervention qui a eu lieu après celle sur la Mercithérapie, autrement dit "La gratitude nous guérit"'  le 7 stPrix7.2.09 032.jpgfévrier 2009 - voir billet du 8 février. C'est un  professeur de yoga depuis 30 ans, Monique, qui nous a proposé cet autre chemin de réflexion, valable pour tous les moins de 18 ans.

      

               "Pour parler de la gratitude, je vais vous raconter ce que fut ma première expérience de la gratitude, et combien elle a compté pour moi, tout au cours de ma vie.

     

                À l’âge de 6 ans, j’étais en vacances au bord de la mer avec mes parents dans un hôtel près d’une forêt de pins.

    Je vivais habituellement chez mes grands-parents qui étaient pour moi un hâvre de paix et de sécurité, un nid de tendresse.

    Par contre, mes parents ne s’entendaient pas, et un jour, j’avais fui leurs orages dans le jardin de l’hôtel où l’on y étendait le linge.

    Un petit garçon plus âgé que moi (avait-il 8 ou 10 ans ?) se trouvait là aussi. J’avais très envie de jouer avec lui. Timide, pour entrer en relation, je n’avais trouvé rien de mieux que de me suspendre au fil d’étendage du linge, pour lui montrer que l’on pouvait jouer ainsi à se balancer. Il arriva ce qui devait arriver : le fil cassa. Dans mon esprit d’enfant, j’étais consternée et saisie d’une profonde angoisse à l’idée d’ajouter encore mes difficultés à une situation qui n’en manquait pas déjà. Cette maladresse prenait des proportions insurmontables. Comment en avertir mes parents ? Comment allaient-ils réagir ? J’étais désespérée.

    Alors, le petit garçon a compris mon désarroi et est venu à mon secours : il a réparé le fil. J’ai alors senti en moi un véritable soulagement et une sensation envahissante de gratitude. Je ne savais pas comment lui exprimer cet immense MERCI venu tout droit du cœur.

    Je n’ai plus le souvenir du visage de ce petit garçon, mais sa présence bienveillante accompagne tous les remerciements que je connais depuis, lorsqu’une personne m’offre son aide ou son réconfort. Cette bouffée de reconnaissance se répand en moi et autour de moi. Ainsi, un acte de bonté ensoleille la vie de celui qui donne et de celui qui reçoit.

     

                Dans le merci venu du fond du cœur, on reconnaît l’autre dans l’expression de la bonté de son acte l’encourageant ainsi à reproduire cet acte, porteur de bonheur.

     

                N’avons-nous pas également ressenti le besoin de faire une pause devant un beau paysage ? La nature ne nous offre-t-elle pas mille occasions d’exprimer notre émerveillement par un MERCI ? Que dire également devant l’extrême et admirable complexité d’un organisme vivant ?

     

    Méditation : Conduite de la position méditative :

    • Respiration contrôlée.
    • Attention portée sur les narines, les parois internes du nez.
    • Respiration : naturelle, lente, abdominale.
    • Observer le calme ainsi obtenu.
    • Invitation à revivre une situation où vous avez senti monter en vous cette vague de gratitude.
    • Essayez d’en saisir toute la portée en vous et autour de vous.

    Si vous sentez une émotion très forte vous envahir, laisser couler vos larmes, elles sont libératrices. Je vous laisse le temps de retrouver ce souvenir : 5 à 10 mn.

     

                Vous venez de faire l’expérience d’un état méditatif qui vous apporte une respiration calme, régulière, profonde ressentie au niveau abdominal.

     

                Toutes les fois que nous adoptons cette respiration, nous nous « branchons » sur le système parasympathique qui apaise : le rythme cardiaque se ralentit, le mental se calme, l’organisme se régénère en n’étant plus soumis aux contraintes de la vie sociale faite de bruits, d’agitation et quelquefois aussi d’agressivité.

     

                C’est ce que nous offre le yoga en reliant : respiration et postures simples. Laissons de côté les clichés souvent accrochés au yoga :

    Ø      D’une part, sous la forme de postures compliquées s’apparentant davantage à un contorsionnisme, qu’à des étirements mesurés impliquant toutes les articulations.

    Ø      D’autre part, à une adhésion à une philosophie mystérieuse teintée d’orientalisme.

    Le yoga est une pratique simple, dont le but est d’accéder à un état d’être qui permet à l’énergie du cœur de transmuter les pulsions et émotions incontrôlées qui nous séparent des autres.

    Par l’énergie du cœur, nous nous relions

    • Aux autres,
    • À notre être profond,
    • À la nature.
    • Et pour certains d’entre nous au DIVIN – dans un amour universel."

    contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (photos archives personnelles : Monique durant son intervention)

  • La Santé par la gratitude et le Merci !

    Vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouvez. Merci. stPrix7.2.09 031.jpg

    Une douzaine de personnes étaient réunies ce week-end pour quelques heures autour d’un thème, somme toute très agréable, la « Merci thérapie »,  autrement dit « La gratitude nous guérit ».

    Le lieu de regroupement était une immersion dans la beauté. Sur les hauteurs de Saint Prix, adossé à la forêt, avec encore la forêt en perspective. Sur fond de ciel bleu par temps de soleil il y a huit jours. Sur fond de gris et bas hier samedi, la grêle puis la neige ayant pris possession à 100% du paysage. La forêt disparue était noyée sous les flocons en chute perpétuelle, quelques buissons de verdure s’ornaient de blancheur immaculée, et un calme absolu enserrait chaque seconde.

    C’est dans cet environnement imprévu qu’Odile, médecin généraliste, a ouvert la séance par un exposé nourrissant. Structurant ce qui pouvait être senti, évoqué, par les uns ou les autres au cours de leur quotidien.

    La gratitude envers la vie repose sur un constat fait par de nombreux vivants : la vie vaut la peine d’être vécue.

    Ndlr : évidemment on n’est pas obligé d’être d’accord avec cette affirmation basée sur des vécus particuliers. A partir de là, on peut ne pas poursuivre la lecture de ce texte.  

    stPrix7.2.09 029.jpgstPrix7.2.09 027.jpgPour Odile, visiblement, vivre est valable. A partir de là elle va parler à son public de l’intérêt  de reconnaître le bien qui arrive dans la vie et de remercier pour cela. Et pour remercier, ajoute-t-elle, il faut nommer. Ainsi nommer la beauté du paysage sous la neige.

    Comment pratiquer ces « mercis » quotidiens à la vie ? à ce qui arrive de beau, de bon, de bien, de juste, de joyeux, de paisible, etc… etc…

    Par une pratique,  un entraînement au quotidien. Ce qui sous entend la nécessité d’une volonté et d’une discipline. Après tout si l’on désire des résultats corrects en musique, en sport, en peinture, en n’importe quelle activité humaine, il convient de s’y tenir. Le jardinier lui-même sait bien que la terre est généreuse, très généreuse, à condition de lui apporter un minimum de soins. Sinon, ce ne sera pas le vide, non mais moins de rendu en échange puisqu’il y a eu moins d’échanges.

    Je reviens à ce que nous enseigne Odile, au demeurant titulaire d’un diplôme de psychothérapie acquis à l’Hôpital Necker à Paris.

    Elle nous parle d’émotions. De ces émotions positives ressenties au plus profond de nous et qui ont des effets positifs sur notre santé. Effets positifs mesurables, par exemple sur des tracés de fonctionnement du cœur ( les électrocardiogrammes) : les émotions positives entraînent des régularisations physiologiques. La bienveillance, l’amour, la compassion sont des « denrées » (c’est l’auteur du billet qui emploie volontairement ce mot) positives et gratuites.

    Odile précise que dans tous les lieux du monde, le cœur est le siège des émotions et la fenêtre de l’âme. La gratitude est la mémoire du cœur. Dépassant les effets bénéfiques déjà montrés sur les tracés du cœur faits par un cardiologue, le corps et le mental sont arrosés de tout le positifs découlant de cette gratitude exprimée. Le sommeil est meilleur, le stress est contrôlé,   l’équilibre psycho-affectif est meilleur, les relations avec les autres s’améliorent, l’immunité se renforce – contre les virus, la grippe, etc,  les sécrétions hormonales sont améliorées, le poids est en meilleure adéquation, et même au niveau des greffes la situation s’améliore nous dit Odile qui sait ce dont elle parle, références en mains. Elle poursuit du côté des résultats mesurables et mesurés: ainsi après 20 minutes d’intentions positives les immunoglobulines  augmentent, de même que des taux d’hormone qui signent la détente physiologique. Il ne s’agit pas de lubies, ni d’inventions. Tout ceci se dose, s’enregistres. On est en terrain sûr. Et l’on peut aller mieux, ou moins mal, sans consultation médicale, sans prise de médicament, sans dépenser un cent. Cela quelque soit l’âge. Sans autorisation à demander pour les moins de 18 ans.  

    Alors pourquoi se priver de cette Merci thérapie ? à portée de tous, quel que soit l’âge, et gratuite ?   stPrix7.2.09 061.jpg

    Odile nous fait ensuite des propositions au quotidien pour cette Merci thérapie,stPrix7.2.09 047.jpgstPrix7.2.09 060.jpg

    stPrix7.2.09 052.jpgstPrix7.2.09 042.jpgCette charmante et compétente consoeur ne l’a pas dit mais moi, ici, je puis le faire : les indications données concernent des habitants ayant oublié les cultures orales. Et il me paraît important de se tenir à l’oral pour mémoriser pour les plus jeunes. Inutile d’avoir besoin tout le temps d’un cahier, d’un crayon, d’un ordi. Tout dans la tête c’est moins lourd à porter et plus facile à transmettre en toutes circonstances. De plus, en cas de gros problème planétaire – on ne sait jamais malgré nos multiples précautions y compris anti-météorites, il serait préférable que les survivants aient tout dans la tête pour démarrer dans un contexte devenu différent.

    J’en reviens aux consignes d’Odile pour vous les livrer toutes, sachant que les uns et les autres butineront ce qui leur convient. L’essentiel étant un certain état d’esprit toujours positif et porteur de Merci ! d’Alleluia ! de Réjouis-toi ! de Réjouissons-nous ! Merci pour toute cette beauté blanche ! Merci pour cette connivence d’un après-midi ! Merci pour ces jeunes qui chantent avec enthousiasme et amour !  Merci pour cette journée toute neuve qui m’est donnée ! Merci, oui, d’être encore en vie ce jour ! 

    En pratique Odile indique :

    A -  Tenir un journal quotidien de gratitude : C’est une sorte de devoir de mémoire positif envers soi-même.

    stPrix7.2.09 021.jpgstPrix7.2.09 023.jpgB – Méditation ou Naïkan (pour ceux qui connaissent) sur :

    - ce que j’ai reçu aujourd’hui ?

    - ce que j’ai donné aujourd’hui ?

    - quels ennuis et quelles difficultés ai-je pu causer aujourd’hui ?

    En quelle que sorte une lecture de vérité sur soi-même.

    C- Prières de gratitude, de louanges, d’action de grâce,  De telles prières abondent dans toutes les religions – hébraïque, musulmane, chrétienne -  ou philosophie – bouddhisme, taoïsme, etc  - ou encore du côté des indiens d’Amérique etc…

    Et puis si on n’est pas en situation d’être en gratitude on peut essayer de prier, ou bien d’avoir une pensée pour être capable d’accéder un jour à cette sorte d’émotion positive.

    D – Méditer sur le miracle d’être vivant, méditation concrète par l’emploi de nos 5 sens. Le toucher, l’ouïe, l’odorat, le goût, la vue. 

    Et aussi, 1 à 2 fois par jour pratiquer le souffle de remerciement. Qu’est-ce à dire ? Très simplement prendre le temps d’inspirer et d’expirer 4 à 7 fois – en étant attentif à ce que l’on fait. Il s’agit d’être attentionné au souffle de la vie en soi, de pratiquer une sorte de « Merci » silencieux à cette vie qui nous habite.

    E- Avoir sous les yeux une carte, une affiche, un post it, bref un outil visuel pour se rappeler cette gratitude. Pour oublier stPrix7.2.09 020.jpgd’être inattentif aux personnes, aux événements, aux situations, à tout ce peut être source de louanges.

    F – Faire une promesse de donner et recevoir une bénédiction. Ainsi remercier quelqu’un – une personne jamais remerciée  – même si elle est repartie dans sa lointaine Afrique, en quel cas on lui adressera un remerciement mental si l’on ne dispose pas d’adresse.

    Surveiller son langage, en bannir le négatif, chasser des propos ou des pensées tels que « personne ne m’aime » « on ne me téléphone pas », etc…

    G - Exercer ce qu’Odile nomme « mes muscles de gratitude », muscles virtuels mais bien existants qui méritent  d’être entretenus, comme tout muscle physique. Exercice qui se fait :

    = en pratiquant la reconnaissance envers ceux ou celles qui me font du mal : Le Dalai Lama a remercié les chinois,

    = en étant reconnaissant envers ceux à qui je fais du bien

    Au final tout ceci met en lien avec l’humanité par des actions de grâce, des paroles ou pensées de gratitude réitérée, en lien avec les forces spirituelles qui parcourent le monde. Pour ceux et celles qui adhèrent à cela bien sûr.

    Chacun peut ainsi participer à l’élévation spirituelle de l’humanité par la gratitude, les remerciements, l’action de grâce, tout aussi efficacement qu’un Dalai Lama ou qu’un Matthieu Ricard.

    stPrix7.2.09 015.jpgstPrix7.2.09 008.jpgH – Odile achève son intervention en évoquant les USA où, dans certains états, est instituée une journée de Merci thérapie.

    Dans le même axe de pensée et d’action, Monique à partir d’une pratique de yoga de plus de 30 ans et Louis à partir d’une pratique de médecine chinoise de même temps, interviennent ensuite. Et à l’heure de la pause goûter – avant les questions réponses – tous ces enseignements sont mis en pratique de manière sympathique dans l‘axe du donner- recevoir.

    Les moins de 18 ans, chacun fait comme il peut, comme il est.

    J’évoquais l’autre jour l’importance de la méditation pour l’entretien de son cortex cérébral entre autres. Avec la Merci thérapie, on dispose d’un autre outil facile à mettre en œuvre. Même s’il ne s’agit que de se réveiller le matin en étant reconnaissant à la vie, au ciel, à qui on veut, d’être tout simplement vivant. Ce qui est quelque part fabuleux !  

    Moi qui ai dépassé un peu les 18 ans à l’état civil, j’essai de vivre dans le positif. Vous savez bien : il reste la moitié du verre d’eau ! et non pas, malheur ! il y a la moitié de l’eau du verre qui a disparu !

    Du positif encore et toujours ! Pour soi. Et pour y inciter les autres. En ajoutant un peu ou beaucoup selon les jours et le temps disponible de Merci thérapie.

    contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (photos archives personnelles: de haut en bas: Odile; la salle attentive; pause goûter; le temps sur place; tout en bas: la gare SNCF d'Ermont-Eaubonne)