Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

maubeuge

  • Christine Marin à l’Assemblée Nationale


    Marin7.7.10 008.jpgSympathique visite de l’Assemblée Nationale le 7Marin7.7.10 020.jpg juillet 2010 au matin, avec l’accueil bienveillant de Christine Marin, député du Nord, 23ème circonscription, UMP.

    Pourquoi sa présence ?

    En raison de l’incitation d’une habitante du Nord, Josiane D…, organisatrice de cette manifestation, venue de Maubeuge en amenant par car 30 personnes.

    Au nombre des ces 30, des hommes et des femmes, de différents âges, avec un jeune garçon de 12  ans et demi, entrant en 4 ème en septembre, et qui n’a pas perdu une miette de ce qui se passait.

    Trois franciliens – dont je suis – se sont joints à ce groupe, ayant été invités à titre amical par Josiane.

    Après un mot d’accueil de Christine Marin suivi d’un temps d’accompagnement et d’échanges, le député pris par une réunion nous confie aux bons soins de Nicolas Leblanc, son attaché parlementaire.

    Dans un premier temps, un film de présentation est projeté au groupe.

    Il est suivi d’une visite avec un guide qui nous fait découvrir quelques beautés historiques des lieux.

    Marin7.7.10 075.jpgNous sommes ensuite invités à déposer sacs, portables et appareils photo-vidéo entre les mains du service adéquat afin d’accéder à la Chambre des députés elle-même, de pénétrer en direct au cœur des débats.

    Au-dessus de l’hémicycle, nous découvrons alors une salle, pas très grande – ce qui explique mieux par la proximité géographique des personnes leurs éventuelles empoignades verbales – où siègent à l’arrivée 6 élus du peuple.

    Le projet de Loi en discussion concerne une meilleure reconversion d’anciens militaires encore jeunes, dont certains n’ont pas d’indemnités de chômage. Lequel chômage est payé par le Ministère de la Défense.

    Il existe des situations indignes.

    Je découvre cette problématique, inédite pour moi et d’autres.

    Les 10 minutes autorisées étant écoulées, nous sommes conviés à quitter discrètement l’hémicycle où sont alors présents 10 représentants de la nation.

    La visite se poursuit avec un passage par la bibliothèque. Un coup d’œil sur des bustes de Mariane, des mini bustes caricaturés Daumier, un manuscrit du procès de condamantion de Jehanne d’Arc – 15 ème siècle, etc….

    La visite a été intéressante et plaisante, le soleil illuminant la journée.

    Merci à Christine Marin de s’être rendue disponible ! Merci à Josiane !

    Moins de 18 ans, à l’occasion de la journée du patrimoine ou en sollicitant une visite des lieux, venez vous rendre compte par vous-même. A la télévision la chambre, lieu des débats parlementaires, paraît grande. Il n’en est rien.

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (clichés : archives personnelles  Christine Marin, Christine Marin et Josiane D., le groupe)

  • Typhaine, hommage à sa mémoire

     

    typhaine.jpgTyphaine, 5 ans, la petite disparue de Maubeuge du 18 juin 2009, a été l’objet sous la rubrique Faits Divers d’articles sur des pages entières dans les journaux locaux.

    Une amie qui habite Maubeuge m’a envoyée, à ma demande, les pages du journal La Sambre contact@lasambre.fr dont le siège est à Maubeuge, proche de la frontière Belge.

    Ont été évoqué le différent familial, la thèse de l’accident – aide d’une équipe cynophile, mise à contribution d’hommes grenouille, la possibilité d’un enlèvement – des individus étant recherchés pour tentatives de kidnapping.

    On assiste à des déclarations déchirantes à la télévision de la mère de Typhaine, Anne-Marie Faucheur, pour retrouver son enfant. Une mère qui se révèlera des mois plus tard s'être placé dans la négation de ce qui s'est passé certain jour de juin 2009.

    En parallèle, par cette amie qui est sur place, j’apprends que la mère de Typhaine et François Taton ont eu ensemble deux filles : Typhaine et Caroline, l’aînée âgée de 6 ans. Séparés, d’un commun accord, la mère a accueilli Caroline, le père a accueilli Typhaine;

    Jusqu’au jour où Anne-Marie Faucheur est venue chercher Typhaine à la sortie de l’école, disant à la directrice que c’était en accord avec le papa. Anne-Marie Faucheur, m’est-il dit, aurait donné à cette responsable un numéro de téléphone pour confirmer ses dires. Sauf que, quand la directrice obtient le soi-disant papa au téléphone, c’est en fait le compagnon de la maman qui répond. Ce que la directrice de l’école ne peut pas imaginer.

    C’est donc en toute confiance qu’elle remet Typhaine à sa maman, le faux papa ayant confirmé les dires de la maman.

    Puis, selon Anne-Marie Faucheur, quelques secondes d’inattention de sa part ont suffi pour que Typhaine disparaisse.

    Un appel à témoin est lancé aves la photo de la petite :

    « Typhaine, 5 ans, 1m10, cheveux châtains coupé au carré, baskets rouges et tee-shirt rose « Dora l’exploratrice », a disparu le jeudi 18 juin à 16h10 à Maubeuge pendant le festival « Les Folies » près de la place de Wattignies

    Toute personne susceptible de donner des renseignements sur cette disparition doit immédiatement appeler :

    La Police en faisant le 17

    SOS Enfants disparus Tél : 116 000

    La SRPJ : 03 20 42 71 55 "

    Il ne se passe rien.

    En octobre, par ma correspondante de Maubeuge, j’apprends que le papa et le grand-père paternel de Typhaine sont très soucieux.

    Et, le mardi 1 er décembre, le couple Anne-Marie Faucheur/Nicolas Willot – mère/concubin – avoue le décès de Typhaine le 10 juin, 8 jour avant la disparition imaginée.

    Ultérieurement, le corps de Typhaine est retrouvé près de Charleroi où Nicolas Willot l’a enterrée.

    A ce jour le couple Anne-Marie Faucheur, Nicolas Willot est en prison.

    François Taton souhaite, très normalement, récupérer la garde de Caroline, sa fille aînée.

    Quant à Appoline, enfant d'Anne-Marie Faucheur et Nicolas Willot, par qui sera-t-elle élevée ?

    Le journal La Sambre titre encore le 11 décembre 2009 ceci :

    « Une autre affaire dans l’affaire.

    Une assistante sociale suspendue ?

    L’assistante sociale chargée par le Conseil général d’intervenir au domicile d’Anne-Marie Faucheur, à la demande de François Taton, le père de Typhaine, a-t-elle été suspendue ?

    Elle aurait failli à sa mission de vérifier qu’il n’y avait aucune irrégularité dans la prise en charge de la petite Typhaine. C’est ce que certifie une source proche du dossier. Contacté, le Département n’a pas souhaité confirmer ou infirmer cette information, « dans la mesure où une enquête judiciaire et l’instruction sont en cause ».

    En décembre, le plus frappant et le plus touchant a été le mouvement d’affection exprimée par la population locale vis-à-vis de Typhaine. Pour elle et contre les maltraitances faites aux enfants. Une marche blanche silencieuse, près du lieu de disparition déclaré par la mère de Typhaine, a ainsi réuni près de 200 personnes le samedi 5 décembre. C’est Lucile Blaise, de Maubeuge, qui en avait lancé l’idée sur Facebook. A cette occasion une centaine de roses blanches ont été déposées au pied d’un sapin installé par la ville à l’occasion des fêtes.

    Par ailleurs, depuis le 1 er décembre, au numéro 59 de la rue de l’Hôtel de ville à Aulnoye, lieu du décès de Typhaine et lieu d’habitat d’Anne-Marie Faucheur/Nicolas Willot, le seuil d’accès à la maison fermée croule sous les fleurs qui sont déposées en hommage à cette petite fille. Il y a des roses blanches, des bouquets, des peluches, et aussi des cartes.

    En ce jour où les chrétiens célèbrent la Sainte Famille et son entente, je désirais rendre hommage à Typhaine. Et, sur un autre registre, à toutes les familles dont les enfants, disparus, n’ont toujours pas été retrouvés malgré l’acharnement des parents et les recherches entreprises. Toutes ces familles en deuil de ne pas savoir, parents et fratrie pour qui les fêtes de Noël et celles à venir de la nouvelle année sont des jours de douleur et non de réjouissance.

    Ne pas savoir est une torture.

    Alors, les jeunes, en ces jours de festivités, pouvez-vous avoir une pensée de soutien pour tous les enfants disparus et leurs parents ? Merci pour eux !

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (photo Typhaine sur l'avis de recherche)