Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

manche

  • Blériot ! vive l'avion !

    Il y a sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouver. Merci.

      

    bleriot11.jpgIl y a 100 ans le 25 juillet 1909 Louis Blériot, sur son avion de bois et de toile, s’en allait pour traverser la Manche. blériotL.jpg

    Avec succès.

     

    Cette année Blériot (1er juillet 1872 - 2 août 1936) se fête en divers lieux. Dont à Cambrai où est né Louis.

    Et aussi à Calais d’où il a pris son envol avec son Blériot XI pour réussir une première traversée de la Manche en 32 minutes.

     

    Qui était Louis Blériot ?

     

    Issu d’une famille d’industriel du textile, il fait l’Ecole Centrale arts et manufactures. Puis fonde dès 24 ans, la Société des phares Blériot, une entreprise pour fabriquer son invention : le phare à acétylène qui permet alors aux voitures de rouler la nuit.

     

    En 1901 il est membre de l’Aéro-Club de France.

    Dès 1903, il réalise le Blériot I , machine volante à ailes battantes.

    Il s’associe avec Voisin.

    Progresse. Dépose des brevets. Casse du bois et de la toile, comme tous les autres en ces débuts de l’aviation.

     

    Une époque qui note aussi les succès d’un Santos Dumont, d’un Farman.

    La casse continue. Des sous seraient bien venus. Le Daily Mail propose alors une prime de 1000 livres sterling à qui traversera la Manche en avion. Plusieurs sont inscrits et l’on s’envole par ordre d’inscription. 

    Hubert Latham qui décolle de Sangatte le 10 juillet rate la prime.

     

    Blériot décollera le 25 juillet 1909 au lever du soleil conformément au règlement.

    Le temps est idéal. Seul problème : Blériot ne connaît pas Douvres. Et évidement il vole au jugé, sans instrument de navigation puisqu’il n’y en a pas. Finalement il atterrit bien de l’autre côté de la Manche.

    Succès qui lui vaut d’être fait chevalier de la Légion d’Honneur.

     

    Tout va ensuite très vite. Cet ingénieur, cet entrepreneur, aussi excellent commercial, fabrique des avions, les vend.

    L’usine Blériot s’installe à Levallois

     

    Puis c’est la fondation d’écoles de pilotage. Et de nombreux succès. En 1916 une usine est ouverte à Suresnes.

    En 1920 Blériot construit des bateaux thoniers et des motocyclettes

    En 1921, il est en mission officielle aux Etats-Unis.

    En 1922 il est promu officier de la Légion d’Honneur.

     

    En 1927, Blériot reçoit Lindberg, le vainqueur de l’Atlantique Nord. On connaît le succès de la venue de Linberg à Paris !

     

    1929 est une année de souffrance avec le décès de son fils Louis, âgé de 24 ans, qui allait traverser l’Atlantique. Louis Blériot père est élevé au grade de commandeur de la Légion d’Honneur, devient Vice Président de la Fédération aéronautique internationale.

    En 1930 il crée la coupe Louis Blériot.

     

    Six ans plus tard il décède à Paris en 1936. Ses obsèques ont lieu en l’église Saint-Louis des Invalides.

    Cette même année a lieu  la nationalisation des sociétés de construction aéronautique.

     

    Blériot, les jeunes, garçons et filles, un modèle d’envies concrétisées, de rêves réalisés.

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (illustration : Blériot XI ; Louis Blériot)