Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lune

  • Pleine Lune Super 19 mars

     

     LunePleine19.03.2011 005.jpgAucune déception au cours de la nuit de pleine lune du 19 au 20 mars 2011.

     

    Bien au contraire.

    Comme annoncée, il a été possible d’observer un volume plus important en raison de la proximité du luminaire de la nuit. Ainsi qu’une plus grande brillance.

     

    J’ai pris photos, vidéos. Et, vers 4h00 le 20, le côté séjour de l’appartement que j’occupe à Paris était inondé par la lumière de l’astre de la nuit.

     

    Il y a 19 ans, d’autres préoccupations m’avaient tenue écartée de l’observation de la précédente super pleine lune.

     

    Je suis pourtant un très fidèle de l’astre des nuits 

     

    Pourquoi ?

     

    Parce que ma chambre, du plus loin que je me souvienne, avait la particularité de disposer d’une fenêtre haut placée qui proposait pour la nuit une vue exclusive sur le ciel, la lune et les étoiles.LunePleine19.03.2011 050.jpg

     

    Par cette disposition je contemplais donc, chaque fois qu’il était visible, l’astre de la nuit, en suivant son évolution dans ses différents quartiers.

     

    Mon imagination interrogeait ma raison sur ce que je percevais d’une géographie lunaire qui n’avait rien de monotone, avec des parties claires et d’autres plus ténébreuses.

     

    Par la suite, la cartographie de la lune a été mieux diffusée.

    Par la suite, ayant marché sur la lune, certains astronautes se sont interrogés sur des présences là-haut autres que terriennes.

     

    Toutefois, nous n’avons pas besoin de confirmation officielle pour constater que nos nuits sont éclairées grâce à la lune, laquelle joue également un rôle essentiel sur les marées. Pour ne parler que de cela.

     

    On peut être heureux de la présence de ce bel astre par ailleurs fonctionnel. Romantique aussi pour les mystiques, les amoureux et les poètes; à tel point que la nuit du 19 au 20 mars, j’avais comme l’impression que la lune, organisme vivant autonome, palpitait.

     

    Certains moins de 18 ans ont-ils profité de cette lune exceptionnelle pour la regarder ? la photographier ? Je l'espère !

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (clichés nuit du 19 au 20 mars photos : archives personnelles)

  • Lune pleine d'exception 19 mars 2011

    On regarde la super lune, une pleine lune, samedi 19 mars à 19 heures 10 minutes six secondes.

     

    Notre satellite sera à cette occasion près de la terre à, nous dit-on, 356.577 kilomètres. Une situation qui ne s’est pas produite depuis…19 ans, en 1992.

     

    Ce soir là, la lune paraîtra plus volumineuse de 14 % et plus brillante de 30 % . Je prendrai quelques photos. Même ordinaires, il y aura la différence.

     

    Comme on est sous le coup de la poussée radioactive japonaise – les vents soufflent où ils veulent et la France a récupéré le nuage de Tchernobyl, à son époque, - certains s’inquiètent.

     

    Car, en quasi simultanée avec la super pleine lune, arrive l’équinoxe de printemps le lendemain 20 mars en fin de journée à 23 h 20. En pratique, en tenant compte des fuseaux horaires, il faut ajouter une heure pour la France, soit un équinoxe français le 21 mars à 0 h 20.

    Que l’on parle du 20 mars à 23 h 20 ou du 21 mars à 0 h 20, l’essentiel reste la proximité entre super pleine lune et équinoxe.

     

    Qu’avons-nous faire de ces constats ?

    Justement, on a à faire avec cette situation.

     

    Ce n’est pas parce que l’on est devenu peu respectueux de l’environnement sur lequel nous vivons, peu respectueux de la terre qui nous nous nourrit, de l’air qui nous permet de respirer, peu proches du vivant non humain que cet environnement de base ne garde pas le dernier mot.

     

    On l’observe avec les catastrophes dites « naturelles ». Avec le tremblement de terre et le tsunami subis par le Japon. Des événements que certains disent avoir été plus ou moins annoncés par la reprise d’activité de certains volcans.

     

    Quelques uns annoncent d’autres catastrophes prochaines.

    Qu’en sera-t-il ?

    Je l’ignore.

    Je garde un regard vers le vaste parc de Yellowstone, aux USA, qui repose sur un super volcan. Le centre de ce parc se situe à la même latitude que la ville de Bordeaux, la latitude étant la distance d’un lieu par rapport à l’équateur.

    En complément, et pour information, la longitude permet de situer où l’on se trouve en position est-ouest quand on navigue en mer, cela à partir d’un méridien de référence qui est une ligne nord sud passant par l’observatoire astronomique de Greenwich près de Londres. Tous les points de même longitude appartiennent à une ligne épousant la courbure terrestre, coupant à angle droit l'équateur et reliant le pôle Nord au pôle Sud ; cette ligne étant appelé méridien. La longitude est une valeur angulaire.

     

    En matière de catastrophes naturelles, la catastrophe japonaise nous concerne.

     

    L’homme est bien peu de chose, face à une nature qui se déchaîne.

     

    Il n’y a rien à faire de particulier.

    Sauf de continuer à vivre, naturellement, sereinement. En aimant les siens et cette terre qui, il faut y penser, nous permet de vivre.

     

    Restez vous-même, moins de 18 ans. Faites au mieux pour votre vie et votre à venir. Profitez de la super pleine lune pour ceux qui sont fans d’astronomie ou, tout simplement, pour les amateurs de beaux spectacles.

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr

  • La lune conquise ! 21 juillet 1969 !

    Il y a sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouver. Merci.

      

    Ce jour une pensée pour tous les astonautes ? Lune.jpg

    Ceux qui sont revenus.

    Ceux qui se sont volatilisés, tels les occupants de la navette Columbia avec l’enseignante si heureuse d’avoir été choisie.

     

    Il faut bien avoir à l’esprit que chacun de ces voyages était un défi.

    Qu’aucun n’était gagné d’avance.

     

    A chaque fois, malgré les entraînements, les essais, les répétitions, il y avait toujours une part d’imprévu.

    Pas qu’une petite  part.

    Avec ces structures préparées pour l’espace, pas forcément extra prêtes, on était très près des prototypes, des avions nouveaux avec leurs pilotes d’essai.

    Avec encore plus de distance, de dangers, de mystère.

     

    Bien des aléas. Des soudures pas toujours très au point. Etc…

    A chaque fois un défi à la vie à la mort.

     

    Avec le facteur humain.

    Les astronautes pîlotes avaient leur part de décision personnelle.

     

    Se poser sur la lune pour la première fois, à l’endroit que l’on a connu, que l’on connaît, a été un choix humain. Pas une décision technologique prise à des milliers de kilomètres.

     

    Regardez bien ce qui est montré en abondance ces jours-ci. Le récit qu’en refait Buzz Aldrin. Loin de leur base terrestre, malgré les prévisions, les calculs, les simulations, voici ces hommes face à un dilemme : le fuel va manquer. Ils sont à 3 mètres d’altitude.

    Ils décident d’improviser le lieu d’alunissage en se posant avant la panne sèche !

     

    C’est le 20 juillet 1969, à 21h17 (heure française), que le module lunaire Eagle de la mission Apollo XI alunit. C’est Neil Armstrong, 38 ans, « le » civil du trio qui posera le premier le pied – le gauche - sur notre satellite avec la phrase qui a pris valeur historique :

    «  C’est un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’humanité ».

    Un milliard de personnes suivent en réel cette merveille.

    Pendant ce temps, le 3 ème larron de l’expédition, Michaël Collins, tourne autour de la Lune à bord de la capsule Apollo.

     

    On ne se contente plus de rêver d’aller sur la lune, comme avant. On y est allé. On peut y aller. Y retourner.

    Cette lune si distante, si inaccessible, est devenu à portée de mains, comme la mer quand on habite dans les terres.

     

    Aussi une pensée pour tous et toutes.

    Ces explorateurs de l’univers.

    Ceux qui se sont embarqués en risquant leur vie.

     

    On n’ira pas tous dans la lune. Ce qui est sûr est que partout où nous vivons, chacun d’entre nous peut vivre des aventures aussi extrordinaires que de marcher sur la lune.

     

    Avant d'achever, je vous signale une émission de C dans l'air ce vendredi 17 juillet sur la partie psychologique de "12 hommes sur la lune". Cela pour ceux qui sont interpellés par la résistance psychologique et les problèmes éventuels.

    Mais on ne parle jamais de ceux qui ont marché sur la lune et n'ont pas eu de problème. Heureusement qu'il y en a  !

     

    Moins de 18 ans, comme la conquête de la lune, notre vie est aussi un défi quotidien.

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (photo: archives Google Neil Armstrong sur la lune)