Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

luc ferry

  • Lire en CP, Luc Ferry

    Hier tantôt, dimanche 20 mai 2012, Europe 1 accueillait le philosophe et ancien ministre de l’Education Nationale Luc Ferry.

    Interrogé quant à l’école, il a rappelé l’importance de l’acquisition de la lecture en CP. Pour, ensuite, être en situation d’aller plus loin.

    Il a répété que les 20% d’enfants quittant le CP sans avoir appris à lire seraient les mêmes 20% d’enfants qui aborderaient le CM2 puis la 6ème en ne maîtrisant toujours pas la lecture.

    Je ne fais que répéter les propos de Luc Ferry.

     

    En dehors des propos de cet invité, je note qu’il n’est pas interdit de savoir lire avant le CP. Certains enfants apprennent tous seuls.

    Mais si un effort majeur doit être fait au niveau scolaire ce serait, à mon sens, pour donner le coup de pouce nécessaire et indispensable aux 20%  évoqués plus haut. Lesquels ont besoin sans doute d’une autre approche, peut-être d’une méthode plus ludique.

    On est en même temps tous pareils et tous différents. Et quand les différences s’éloignent trop d’une méthode d’enseignement qui reste appropriée seulement pour « le gros de la troupe », il convient d’aller repêcher les uns et les autres de ces 20% là où ils se sont perdus, entre consonnes, voyelles, syllabes et mots.

    Mon primaire s’est déroulé dans une petite commune rurale de l’Ouest. Les enseignants ne lâchaient personne. Et le pourcentage « à la traîne » n’était pas de 20%. De 2% à 5% peut-être ? Et encore.

     

    Je me demande ceci : désire-t-on que les 20% actuellement défaillants acquièrent la lecture ? Ou estime-t-on « normal » d’abandonner, déjà, 20% d’enfants dès le CP ?

    On peut méditer là-dessus.

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr