Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

liens

  • Le Petit Prince

    Saint Exupéry, l'un des pilotes exemplaires de l'aéropostale et plus, à l'occasion d'une panne dans le désert  - et des pannes comme celles-ci il en a connu Antoine ! - a été inspiré et nous a livré une oeuvre écrite et dessiné, toujours à relire et porter dans son coeur qui s'appelle "Le Petit Prince". Oeuvre de vérité profonde.

    Oeuvre très particulière au milieu des livres écrits par cte homme dont Vol de Nuite, Terre des Hommes, etc...

    Aviateur acharné, conquérant des airs insoumis, Saint Exupéry a volé jusqu'au bout, disparaissant lors d'un trajet. Et ce n'est pas si vieux le jour où on a retrouvé son lieu de chute, en mer, en repêchant une plaque portant son nom.

    La semaine passée, toujours avec les 10 CM1, garçons et filles, du Caté du XIème, j'ai entrepris de leur parler des relations humaines à partir d'un extrait du Petit Prince. De là on a dérivé sur le relationnel entre les hommes et Dieu, notamment avec Jésus le Fils de Dieu reconnu à divers titres - fils de Dieu ou prophète génial -  par les 3 religions monothéistes.

    Voici le texte qui a été découvert, lu, relu, partagé, décrypté, savouré. Texte également apprécié, décrypté, savouré par ceux qui se disent athées ou qui sont qualifiés de non croyants ou autres. C'est le Petit Prince qui parle le premier:

    ..."Bonjour", dit-il.

    C'était un jardin fleuri de roses.

    -"Bonjour", disent les roses.

    Le Petit Prince les regarda. Elles ressemblaient toutes à sa fleur.

    -"Qui êtes-vous? "leur demanda-t-il stupéfait.

    -"Nous sommes des roses", disent les roses.

    -"Ah", fit le Petit Prince...

    Et il se sentit très malheureux. Sa fleur lui avait raconté qu'elle était seule de son espèce dans l'univers. Et voici qu'il en était cinq mille, toutes semblables, dans un seul jardin.

    ... Il se dit encore: "Je me croyais riche d'une fleur unique, et je ne possède qu'une rose ordinaire." 

    C'est alors qu'apparut le renard.

    -"Bonjour", dit le renard.

    - "Bonjour", répondit poliment le Petit Prince.

    -"Qui es-tu ?" dit le Petit Prince, "tu es bien joli..."

    -"Je suis un renard", dit le renard.

    -"Viens jouer avec moi", lui proposa le Petit Prince. "Je suis tellement triste."

    -"Je ne puis pas jouer avec toi", dit le renard. "Je ne suis pas apprivoisé."  

    -"Ah, pardon", fit le Petit Prince. Mais après réflexion, il ajouta: "Qu'est-ce que signifie "apprivoisé" ?"

    -"C'est une chose trop oubliée", dit le renard, "ça signifie "créer des liens..."

    Je ne suis pour toi qu'un renard semblable à cent mille renards.

    Mais si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre.

    Tu seras pour moi unique au monde.

    Je serai pour toi unique au monde..."

    -"Je commence à comprendre ", dit le Petit Prince. "Il y a une fleur... je crois qu'elle m'a apprivoisé."

    Le renard dit au Petit Prince:

    -"Va revoir les roses. Tu comprendras que la tienne est unique au monde."

    Le Petit Prince s'en fut revoir les roses.

    -"Vous n'êtes pas du tout semblables à ma rose, vous n'êtes rien encore", leur dit-il. "Personne ne vous a apprivoisées et vous n'avez apprivoisé personne. Vous êtes comme mon renard.

    Ce n'était qu'un renard semblable à cent mille autres. Mais j'en ai fait un ami, et il est maintenant unique au monde."

    ...

    Voici les jeunes une façon joli et délicate de décrire le début d'une amitié, le début d'une relation.

    Quand le moment sera propice pour vous, n'hésitez pas à plonger dans ce livre merveilleusement réel et poétique.

    Car c'est bien ainsi que se construit jour après jour une relation, une amitié, un amour.

    Que vous en semble ?

    cointact: francoiseboisseau@wanadoo.fr  

  • L'intergénérationnel ? Génial !

    Les nourrissons - qui ne parlent pas et ne marchent pas encore - pratiquent tous la communication entre générations. Ils se reconnaissent immédiatement entre eux et s'intéressent aussi à tous les autres, même d'un grand âge, si ces derniers ont de la sympathie pour eux. Pas besoin de parler pour échanger.

    Le mercredi 25 juillet 2007, dans un TER parti de Chorges (près du lac de Serre-Ponçon) à 15h40, 5 voyageurs réunis par hasard ont parlé librement du respect de l'autre. L'un d'eux - 3 garçons: italien, ardéchois, français d'origine algérienne et 2 filles: province et Paris - a prononcé les mots "échanges intergénérationnels". Expression géniale si les jeunes et les autres veulent bien de ces échanges qui peuvent enrichir tout lemonde.

    N'ayant pas encore complété la présentation de ce blog: "prenonslaparole", j'indique ci-dessous comment me joindre pour vous faire entendre sur ce blog (à ma place) par photos, dessins, musique, poème, articles, etc... à propos de ce qui vous tient à coeur et bien sûr avec l'accord de vos parents si vous n'avez pas 18 ans. Le but est de faire remonter ce que vous aurez exprimé vers les décideurs - politiques, associatifs ou autres - voulant tenir compte de votre parole. Je suis Françoise BOISSEAU, à Paris, née dans les Deux-Sèvres, e-mail: francoiseboisseau@wanadoo.fr, téléphone:06.22.15.67.31, fax:01.43.79.18.14. 

    La facilité des très très jeunes à communiquer est un modèle du respect d'autrui qui pourrait gommer la peur de la différence (pays, âge, croyances, etc...). Avec des dissemblances qui devraient faire le charme de la vie, nous sommes par ailleurs tous pareils: des humains.

    Facile de trouver des situations semblables. Il suffit de voir le regard posé par une maman sur son nouveau-né, en quelque lieu que l'on soit, pour toucher tout ce qui est commun en humanité à toutes ces femmes et à tous ces enfants où qu'ils vivent. Et du côté des pères, le regard ravi d'un papa applaudissant la performance de son rejeton est le même sous tous les cieux.

    Alors ? Liens entre générations ? qu'il s'agisse ou non de liens familiaux ? Liens entre situations identiques de par le monde ? Pourquoi ne pas s'attacher d'abord à tout ce qui nous est commun plutôt que de croupir dans la peur de ce qui est étranger ? de ce qui est inconnu ?

    La parole est à vous !

    Françoise