Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

les jeunes : des adresses dans le guide du respect par npns (sui

  • Les jeunes : des adresses dans Le Guide du respect par NPNS (suite)

    Vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouvez. Merci. NPNS.jpg

    Je repars d’hier et du sommaire en page 6.

    La page 7 s’intitule : Je me respecte alors que les suivantes déclinent Qui est l‘autre ? proposant 3 axes : C’est ta famille ! C’est  ton entourage ! C’est l’autre sexe !

    On entre dans le vif du premier point : La Sexualité, avec très vite en bas de page 11 « (Lorsque la personne a moins de15ans, elle n’est jamais considérée comme consentante), cf. Ce que dit La Loi, page 19

    Arrive le premier item de LA SEXUALITE : I . LE DESIR EST EN NOUS. Une phrase pour éclairer : Fantasmes, désirs : parler ou se taire ?  Ce parler ou se taire revient plusieurs fois dans les 80 pages.

    II. LA PREMIERE FOIS, VOUS AVEZ LE CHOIX ! Et l’on précise : Si tu veux ! Avec qui tu veux ! Où tu veux ? Comme tu veux ! Avec un panneau en page 17 – rédaction en blanc sur fond rouge – pour alerter sur l’intérêt du préservatif afin de protéger des MST (Maladies Sexuellement Transmissibles) appelées maintenant IST (Infections Sexuellement Transmissibles) et limiter les grossesses indésirables. On est loin d’autrefois, avant le redoutable et mortel Sida qui requiert a priori et quasi systématiquement l’emploi du préservatif.

    III. FILLES, GARCONS : PROTEGEZ-VOUS !

    ATTENTION ! En page 19 la loi arrive, à propos de la majorité sexuelle fixé à 15 ans pour tous. Autrement dit, si j’ai bien compris, avant 15 ans les mineurs sont libres entre eux.

    Mais si un majeur a une relation sexuelle avec un mineur de moins de 15 ans, fut-il consentant – cet adulte eût-il 18 ans + 1 minute est punissable de 5 ans d’emprisonnement et de 75.000 euros d’amende, article 227-25 du code pénal.

    Après 15 ans, garçon ou fille, le mineur s’il en est d’accord peut faire sexuellement ce qu’il veut avec un majeur. C’est légal.

    Toujours en page 19 il est rappelé que chaque année 6.000 mineures demandent une IVG (Interruption Volontaire de Grossesse). D’autres mineures vont mener leur grossesse à terme ;

    Ici la rédaction de ce blog place son grain de sel. La tendance en France actuellement est à crier sur les grossesses des jeunes dans le même temps où l’on accepte en parallèle des grossesses chez des femmes plus avancées en âge.   

    Les demoiselles vivant en France ont le statut qui suit : elles peuvent toutes, sans autorisation des parents et quel que soit leur jeune âge, requérir une IVG. Ceci d’un côté de la balance. D’un autre côté, difficile de dire qu’elles ne sont pas incitées quelque part à « consommer du sexe » - via la décision des parents – eu égard à la publicité faite pour certaines vaccinations. Ce qui coince c’est le défaut de vraie contraception. D’aucuns s’étonnent que tous les jeunes venant au monde chaque année – et Le guide du Respect le rappelle « Certaines filles tombent enceintes sans avoir eu la moindre idée de la façon dont elles auraient pu l’éviter. » - ne naissent pas en ayant connaissance que leur entrée dans la vie sexuelle, le moment venu, devra se faire armé du préservatif. C’est beaucoup d’inconscience de la part des grands. Chaque classe d’âge a besoin d’une information claire. Comme pour apprendre à lire, écrire, compter, il est bon de faire passer le message à chaque nouvelle tranche d’âge tant que dure cette situation.  Il est heureux que les mineurs se passent le mot entre eux, pour la plupart. Sinon, ce serait bien pire !

    Car comme pour apprendre à lire, écrire et compter, il est bon de faire passer l’information à chaque nouvelle tranche d’âge tant que nécessaire.

    Qui doit faire passer le message ? Au choix famille, école, etc…Fin du commentaire hors livre.

    IV. POSEZ-VOUS LA QUESTION !

    V. FICHE PRATIQUE. Les jeunes peuvent parler aux parents, à quelqu’un de l’entourage, au médecin de famille, à l’infirmière de l’école Et aussi à des contacts utiles : le 119, Fil Santé Jeunes www.filsantejeunes.com, Centre de planification et plannings familiaux www.planning-familial, Sida Info Service www.sida-info-service.org, Ecoute Sexualité Contraception Avortement Mspfad13@club-internet.fr, CGL (Centre Gai et Lesbien) www.cglparis.org.

    Second item : CES TRADITIONS QUI ENFERMENT !  et la petite phrase qui fait mouche en page 23: « Une tradition, quelle qu’elle soit, ne  doit JAMAIS être une violence qu’on inflige. »

    I.L’UNION ENTRE DEUX ETRES EST UN CHOIX. C’est limpide et précisé très vite : Mariage forcé ou arrangé : la loi vous protège ! « Il n’a point de mariage lorsqu’il n’y a point de consentement » article 146 du code civil). Les pages 27 et  28 donnent de nombreuses précisions tant en France que pour l’étranger. Il et ensuite question de la polygamie, interdite en France par l’article 147 du code civil « on ne peut contracter un second mariage avant la dissolution du premier. » Les pages 29 et 30 sont prolixes sur le plan juridique. Et le meilleur moyen est de voir le livre de NPNS.

    II. MON CORPS M’APPARTIENT ! avec de suite L’Excision qui est, dit-on, considérée soit comme un crime, soit comme un délit et dans les deux cas c’est le code pénal qui entre en jeu.  Comme il entre en jeu pour toute personne qui est complice ou témoin d’une mutilation ou d’une excision  et qui commet le délit de non assistance à personne en danger, toujours le code pénal. Qui est responsable ? En général  les parents.  La page 34 parle de  La virginité.

    III. POSEZ-VOUS LA QUESTION !

    IV. FICHE PRATIQUE

    « Contacte en priorité 1. L’assistance sociale de ton secteur  2. L’infirmière scolaire ou un de tes professeurs. ». Puis suivent des associations en France : Fédération Nationale Solidarité Femmes Violences Conjugales (Femmes Infos Service) Tél. 01 40 33 80 60, RAJFIR 75 (Réseau pour l’autonomie juridique des femmes immigrées et réfugiées) Tél 01 43 43 41 13, AME (association contre la mutilation des enfants) ame@enfants.org, FIJIRA (Femmes information juridiques internationales Rhône-Alpes) cif39@wanadoo.fr, Agir avec elles (toutes associations oeuvrant à propos du mariage forcé et/ou précoce, de l’excision, de la polygamie, etc…)Tél. 06 74 16 77 38  reseauagiravecelles@hotmail.fr, et en Afrique : Club Fobe V  (Cameroun : ONG de santé à Douala) fcv@wagne.net, Association sénégalaise de santé publique à Dakar abdousow@sonatel.senet.net, Tostan (ONG sénégalaise, financée par l’Unicef) www.tostan.org

    A bientôt pour la suite, en l'espèce La Violence qui débute en page 38 du livre.

    contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (illustration : couverture du livre)