Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

leishmaniose

  • Amérindiens et phytothérapie

    leishmaniose.jpgIls ne nous ont pas attendus pour soigner leurs maladies avec les plantes dont ils disposaient. Ainsi soignent-ils la leishmaniose.

    Voici un article à ce sujet.

    «  La leishmaniose, un problème de santé publique majeur chez les Amérindiens

    La leishmaniose, une maladie dite négligée, dont l'ONU estime qu'elle concerne 12 millions de malades dans le monde, est un problème de santé fréquent en Bolivie, au Pérou, en Equateur, et en Colombie. L'Institut de recherche pour le développement et ses partenaires ont étudié la perception de cette maladie par les Amérindiens Chayahuitas. Après avoir répertorié et analysé leurs pratiques thérapeutiques, les scientifiques ont ainsi mis en évidence des plantes actives qui pourraient, à terme, être intégrées dans les programmes de traitement.

    Transmise à l’homme par la piqûre des femelles phlébotome, un petit moucheron qui vit aux pieds ou aux sommets des arbres, ou bien dans les litières, la maladie existe sous trois formes : la leishmaniose cutanée, la leishmaniose muco-cutanée et la leishmaniose viscérale.

    Il n'existe pour l'heure aucun vaccin pour traiter cette maladie ni médicament prophylactique totalement efficace. Mais les chercheurs de l'IRD ont observé que les indiens Chayahuitas -une population de quelque 16 000 individus répartis dans le nord-est du Pérou- utilisent avec succès des plantes médicinales locales comme alternative aux traitements actuels.

    Du fait de l’importance qu’ils accordent à l’humidité de la plaie comme signe caractéristique de cette maladie, les Chayahuitas administrent leurs remèdes sous forme de poudre de plantes séchées ou réduites en cendres, appliquée en cataplasme directement sur l’ulcération. Au total, ils élaborent 53 phytomédicaments différents à base d’une trentaine d’espèces végétales.
    Source : rfi.fr »

    Il ne faut pas perdre de vue qu’il n’y a pas une médecine mais des médecines de par le monde.

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (illustration accompagnant l’article)