Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

le nombre d’or

  • Le nombre d’or

     La beauté se conjugue avec le divin.

    La beauté signe le divin.

    La beauté est un signe de Dieu.

     

    La beauté du monde peut sauver le monde.

    Car nous sommes tous appelés à participer à cette beauté. En quelque sorte à co-créer avec l’aide de Dieu.

    Tous.

     

    Nous avons tous pour vocation d’être des artisans de beauté.

    Pas seulement les artistes, les créateurs de beauté officiels et qui en vivent professionnellement

     

    Le peintre du dimanche, le photographe amateur, le jardinier qui dispose harmonieusement ses plates-bandes de légumes, la mère de famille qui dresse un plat avec des proportions et des couleurs bien choisies, l’enfant qui réalise un bouquet avec les fleurs du jardin.

     

    La beauté se conjugue avec la spiritualité.

    La beauté est un signe du spirituel.

     

    Car la beauté est une langue universelle. Une unité à laquelle nous pouvons tous adhérer.

    La beauté réunit, unit, transcende toutes les langues, traverse toutes les cultures, irrigue les couleurs de peau les plus variées, imprègne toutes les habitudes de vie.

     

    La beauté est universelle.

    Aussi universelle que la spiritualité en tous les hommes.

     

    Cette beauté peut, dans de nombreux cas, s’exprimer par ce qui est nommé le nombre d’or.

    On voit sur le net ou dans les livres ce qu’est ce nombre d’or.

     

    Il n’a rien de mystérieux. Il exprime des proportions qui sont souvent présentes dans la nature pour créer beauté et harmonie.

     

    Les courbes en spirales si souvent admirées des coquillages – celles du Nautilus pompilius en particulier - incluent, en l’exprimant, la présence géométrique du nombre d’or.

     

    Des constructions telles que la pyramide de Khéops montre dans ses proportions l’importance du nombre d’or dans sa réalisation, près de 3.000 ans avant Jésus Christ.

     

    Le nombre d’or est habituellement désigné par la lettre φ, le phi de l'alphabet grec, et équivaut au nombre non rationnel 1,61803398…résultat de (1 + rac(5))/2. Il est dit phi pour honorer Phidias, illustre sculpteur grec vers 490-430 avant J.C qui l’utilisa pour décorer à Athènes le Parthénon.

     

    Au temps des cathédrales où des églises nombreuses sont également édifiées, toutes intègrent dans leurs proportions le nombre d’or.

     

    Le nombre d’or régit les proportions du corps humain. A la Renaissance, Léonard de Vinci et tous les peintres en tiennent compte.

     

    Au XX ème siècle, Dali, Picasso, Le Corbusier, Paul Valéry, Cartier-Bresson ont recours au nombre d'or.

     

    Il y a tout lieu d’estimer que la découverte du nombre d'or remonte à la préhistoire.

     

    Dans toutes ses activités l’homme essaie de s’associer à la beauté du monde. A cette splendeur qu’il a sous les yeux, de jour comme de nuit, à travers les fleurs, les arbres, les brins d’herbe, par les chants et le plumage des oiseaux et du règne animal, par les diamants et les variétés du minéral, par l’eau, la lune, le soleil et les étoiles.

     

    La méditation, la contemplation permettent d’apprécier à fond la beauté gratuite de la création qui se déploie tout le sans cesse sous nos yeux.

     

    Le nombre d’or récapitule un peu cette beauté du monde, cette beauté qui nous est proposée et donnée par un Dieu créateur. Cette beauté qu’il nous est possible de développer aussi. Car nous portons avec nous, en nous et sur nous un peu de cette beauté divine. Même les tout petits !

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr