Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

laurence ferrari

  • Frédéric Mitterrand : réponse

    Normal de présenter ici, suite au billet du 8 octobre sur « Sexe et enfants », une sorte de droit de réponse.

    J’ai été très attentive aux propos du Ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, questionné hier soir, 8 octobre, lors du 20 heures de TF 1 par Laurence Ferrari.

    Il a été parfait. Chacun aura sa pensée personnelle sur ce qui a été dit.

    L’essentiel des paroles prononcées pour défendre son honneur tient en quelques phrases dont voici l’esprit.

    J’ai écrit ce que beaucoup ont pu ressentir.

    Jamais je n’ai touché à un enfant.

    Jamais je n’ai touché à une personne de mon âge non consentante.

    Pédophile, jamais !

    Honte au tourisme sexuel !

    Je condamne l’amalgame qui est le premier pas vers la calomnie et l’injustice.

    Voilà pour le livre signé Frédéric Mitterrand, « La mauvaise vie », objet d’un débat qui a entraîné récemment une flèche lancée par Marine Le Pen.

    Fin du droit de réponse.

    Précision : je n’ai pas lu le livre La Mauvaise vie. Et je n’ai pas envie d’y plonger.

    On vit dans une culture où règne le visuel. Où pèsent le pouvoir de la télévision et des vidéos dispensées à profusion sur le Net.

    On compte les points, on observe les coups sur le nouveau ring ainsi alimenté.

    On dispose, en permanence, d’un nouveau face à face entre les déclarations filmées de l’un ou de l’autre et le jury – non virtuel - constitué par les millions d’observateurs de ces films. Des jurés, hors tribunal de justice. Des jurés nouvelle manière qui pèsent de plus en plus lourds.

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr