Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jf achilli

  • jclagarde: LES HYPOCRISIES FRANCAISES

    Il vient de paraître en avril 2008 aux Edtions Le Cherche Midi "Les Hypocrisies Françaises", livre résultant d'une série d'entretiens entre Jean-Christophe Lagarde et Jean-François Achilli. Maire de Drancy et député de Seine Saint Denis, l'auteur décrit un certain nombre d'incohérence et de dérapages tolérés au quotidien, qui sont de fait des réelles hypocrisies.
    Je fais ici le choix d'évoquer la 2ème partie de l'ouvrage relative à des Hypocrisies quotidiennes, la 1 ère  traitant d'hypocrisies fondamentales, la 3 ème d'hypocrisies politiques. Le ton est agréable, le rythme alerte et l'on sent que monsieur le député maire est au fait de ce qu'il rapporte. Et puis, au travers de son livre, il semble quelqu'un d'humain et fréquentable.

    Monsieur le Maire attaque par "La duperie des marchés publics", ces marchés public qui jouent un rôle important dans la vie d'une commune. Les propos tenus sont la réalité, je le sais d'expérience. Ce qui donne cette première conclusion du premier magistrat de Drancy: "Respecter la loi, c'est donc laisser les citoyens se faire plumer, au travers de leurs impôts." (p.147). Souhaiter éviter le plumage des citoyens se révèle impossible car "Notre alternaive reviendrait à tricher au profti de la collectivité, mais pénalement à nos risques et périls." Quel maire  a envie de se retrouver en prison fut-ce pour alléger les impôts de ses administrés ? Aucun ! Ceci étant mr Lagarde propose des solutions possibles.

    Suit le chapitre "Tous écolos" qui montre les incohérences où la France est engluée. Qu'il s'agisse des transports pour Paris et l'Ile de France, du retard apparent des constructeurs français de voitures, du lourd poids de lobbies discrets dans les domaines de l'énergie et de l'agriculture, du problème de l'eau, du tri sélectif. On n'est pas très joyeux en sortant de ce chapitre où l'auteur déclare: "L'environnement est l'enjeu le plus crucial que nous avons devant nous. Mais c'est le moins visible. En conséquence, c'est là que les dirigeants et citoyens son les plus hypocrites" (p.166-167) .

    Se dressent ensuite les "HLM à vie" . J'adhère à la situation décrite ayant personnellement connu - ailleurs qu'à Drancy - il n'y a pas si longtemps l'attribution de logements sociaux à titre en quelque sorte familial à des couples, puis à l'un ou l'autres des enfants voire à la génération suivante, sans aucun contrôle du moment que les loyers étaient régulèrement payés. En matière de logement le pompom  est atteint par la loi DALO (=Droit Au Logement Opposable) votée suite à la pression médiatique du village de tentes dressées en hiver au niveau du canal Saint Martin à Paris et à l'essaimage en province du mouvement initié. Cette hypocrisie parfaitement ciselée faisait fi du travail accommpli jusqu'ici  par de nombreux bénévoles - ce qui était choquant et le reste - et a débouché sur une loi inapplicable ! JC LAGARDE s'exprime là-dessus: "Petite parenthèse: nous avons, en France, le mythe de la loi. Pour nous, la loi est censée tout régler,  même dans des domaines où elle est totalement inadaptée. La loi DALO du 5 mars 2007 me fait mourir de rire, ou de rage selon les moments. Le droit opposable au logementage ne va pas libérer de logements nouveaux ni en construire. C'est l'exemple caricatural de la législation hypocrite: nous créons une loi, sans rien résoudre." (p.178-179). Conséquence de DALO,  les associations de mal logés sont maintenantr armées pour poursuivre l'Etat en lieu et place de ceux qui n'ont pas de logement. Poursuites inadaptées qui vont "ajouter de la misère à la misère" ..."Nous marchons sur la tête, parce que nous avons voulu un droit démagogique, qui ne va faire qu'aggraver la situation.  Un  rapport  officiel confirme ce que je dis depuis le début. Mais tout le monde s'en fou, revenir en arrière ne serait pas populaire."(p.180).

    "Intermittents et RMistes". J'ai lu avec intérêt. Pas d'intermittent du spectacle dans mon environnement mais un copain enquêteur depuis des années.  Enquêtes  Sofres et autres. Malgré une vie qu'il gagne comme il faut il est "mauvais" pour les agences immobilières et les banques - qu'il s'agisse  d'être locataire ou de devenir propriétaire. Car "être intermittent" c'est égal à être instable dans la tête des autres ! Du côté du  RMI, certaine s'est plainte auprès  de moi d'être montrée du doigt alors qu'elle est atteinte d'une myofasciite à macrophages qui lui "ronge" muscles et énergie, empêchant tout travail.

    "La consommation des drogues". Sur ce point le député maire est clair et net : pourquoi ne pas légaliser ?
     La chasse qui se développe actuellement quant au cannabis doit laisser perplexe mr Lagarde: est-ce là la bonne solution ?

    Des paroles sur "Adoption et mère porteuse" je rapporte ceci empreint d 'une ironie grinçante : " La société condamne ainsi des enfants à être élevés  par la DDASS, et à connaître  le bonheur de l'administration et sa chaleur humaine.
    Combien sont-ils dans ce cas en France ? Ca me paraît fou que ce problème-là reste en l'état."  100%  d'accord monsieur le Député Maire ! L'administration n'apporte ni bonheur ni chaleur humaine.

    Le chapitre qui suit est intitulé: "Homos, hétéros, pas tous égaux." Là encore je goûte la clarté. En un autre chapitre, mr LAGARDE cite Jean Luc ROMERO  en tant que personne remarquable et sincère (p.197). Jean-Luc est un ami et j'aime cette appréciation. Ce chapitre sur cette question qui concerne 7% d'une population tout venant présente une ouverture lucide. Et comme l'écrit le  député maire: "Or, les couples homosexuels, femmes et hommes, qui sont une réalité depuis la nuit des temps, vivent une injustice chronique, jamais résolue." (p.215)

    "C'est interdit,  mais en vente libre". Je retiens la question des pétards qui ont rendu sourds plus d'une vieille personne. "Ils seraient utilisables le 13 au soir et le 14. Mais pas plus. La condition serait aussi qu'ils soient de taille raisonnable , sans danger pour les biens et les personnes". (p.230). Il s'agit des 13 et 14  juillet. Quant aux chiens croisés et re-croisés que l'on n'arrive plus à suivre, il serait judicieux de solliciter l'avis d'un autre ROMERO qui a en charge à  Vincennes une école de chiens pour aveugles et avait su faire des propositions adéquates sur la formation des maîtres ou maîtresses ayant des chiens chez eux.

    Pour finir: ""La polygamie, problème insoluble, en l'état". Médecin, j'en étais resté à des erreurs graves à l'occasion d'accouchements avec des échanges de numéros de sécurité sociale et donc des dossiers médicaux faux. Le livre de Mr LAGARDE m'a appris sur la polygamie et la loi des choses que j'ignorais: "Légiférer serait hors sujet. Cela reviendrait à toucher de plein fouet quantité de gens qui ont fait des enfants avec des femmes successives." (p.240). Et la conclusion de  ce chapitre qui est aussi la conclusion de cette 2ème partie est: ""Il ne faut toucher aux lois que d'une main tremblante", écrivait Montesquieu. Transition toute  trouvée pour évoquer ces hypocrisies d'un tout autre genre." (p.240), les hypocrisies politiques.  
     

    Les jeunes qui  le pouvez: lisez ce livre.
    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr