Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeunesse

  • Martin Hirsch, jeunesse, enquêtes

    Il y a sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouver. Merci.

     

    Déjà 20 ans que le sujet revient ! bord du fleuve j & j bordeaux.jpg

    Sans doute fallait-il attendre la venue de monsieur Hirsch pour proposer sur fond de vacances estivales une formule d’assistance à partir de 16 ans - âge de l’arrêt actuel de l’enseignement obligatoire - ou encore à partir de 18 ans - âge de la majorité légale pour voter.

     

    En cet été 2009, Martin Hirsch propose pour les moins de 25 ans son RSA.

    Pourquoi pas ?

     

    Etant le dernier urgentiste appelé en consultation au chevet de la jeunesse française, il est hautement probable que cet homme de l’ultime espoir à ce jour sera entendu par les politiques de tous bords à ce sujet.

     

    Il faut bien « caser » les bacheliers en pourcentage important produits chaque année.

    Certes le Bac n’est pas un concours ni une clé d’accès à l’emploi mais il est nimbé d’un je ne sais trop quoi qui laisse à penser qu’à partir de là tout va aller sans souci.

    Ce qui n’est pas exactement le cas.

     

    Et j’ose espérer que dans son livre – que je n’ai pas lu pou l’instant – monsieur Hirsch a prévu des dérogations pour les bacheliers malheureux qui obtiennent le baccalauréat entre 13 et 17 ans.

     

    Pour faire mieux passer le RSA aux moins de 25 ans, l’auteur du livre vert - pas le petit livre rouge réservé au grand timonier défunt, mais vert car c’est la note écolo de mise pour sauver la planète – propose une formation obligatoire jusqu’à 18 ans, autre mesure d’assistance déguisée.

     

    Ce n’est pas, en effet, en prolongeant de deux ans la scolarité ou l’enseignement à prodiguer que l’on résoudra le sort des 150.000 élèves qui « décrochent » chaque année d’un système scolaire qui génère un écolier stressé sur deux.

     

    Un enfant sur deux qui n’a pas envie de se rendre à l’école, je ne sais pas pour vous. Pour moi, il y a un problème.

    Qui n’est pas du côté des moins de 18 ans.

     

    En parallèle aux propositions du Haut commissaire à la Solidarité et à la Jeunesse, le journal Libération www.liberation.fr des 1 er et 2 août 2009  présente sous le titre « Dans la peau des ados » les résultats de deux enquêtes : l’une menée par le cabinet Vérès en février et mars 2009 auprès de 28 parents et 32 adolescents – enfants de ces parents et d’une trentaine de professionnels dans les arrondissements ci-après : 4, 10, 12, 13, 15, 17, 18, 19, 20 ; l’autre faite par Ipsos pour la Fondation Wyeth en mai 2009.

     

    Allez voir, si vous en avez envie les pages 2, 3 et 4 de cet événement consacré par Libération à la Famille, avec un sous titre que j’ai trouvé d’un goût plus que douteux : « Adolescence : pubère la vie ».

     

    Les parents sollicités par Vérès – cabinet qui a réalisé son enquête pour l’Obervatoire des familles parisiennes - m’ont mise d’humeur chagrine. Visiblement ils ne sont plus « dans le coup ».

    Au lieu de gémir et de pleurnicher sur une descendance venue au monde avec des outils achetés généralement par eux, ces mêmes parents, ils seraient mieux qu’ils procèdent à leur propre révolution culturelle, se remettant en question.

     

    Quant à ceux de Wyeth alors que 80 % s’imaginaient leurs enfants en état de mal être, 70 à 74 % de ces mêmes enfants - environ les trois quart – étaient satisfaits et confiants dans leur avenir.

     

    Un bon résultat. Car qui aura le dernier mot dans cette affaire ?

    Les plus jeunes.

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (frère et sœur en été à Bordeaux ; depuis cette photo ils ont grandi, étant toujours «  teen ager »)

  • LOL, film repère !

    Il y a sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouver. Merci.lol,0.jpg

     

    C’est seulement hier, mardi après-midi, que j’ai pu, au Gaumont Champs Elysées de Paris, voir LOL avec en prime – vacances scolaires obligent ! -  des voisins collégiens et lycéens et voisines en unisson avec le film. Une ambiance très sympa !

     

    Certains ont qualifié LOL de film « fleur bleue » ou sans profondeur.

     

    Je ne vois pas les choses ainsi.

    On peut dire de tous les films qu’ils sont des repères ou se veulent être les témoins des époques ou des milieux qu’ils souhaitent évoquer.

     

    La Boum 1980 suivi de La Boum 2 en 1982 en son temps et LOL - sorti le 4 février 2009 - sont des films repères avec un plus. Qui est qu’ils sont quand même assez représentatifs de ce qui se passe du côté des jeunes autour du Baccalauréat. Milieu très favorisé en plus pour La Boum et LOL.

     

    Si on estompe cela, on a sur l’écran les émotions, les sentiments, les difficultés de toute une jeunesse entre être soi et être encore les enfants des parents.

    Mes jeunes amis et amies, pas forcément bourgeois, pas forcément « fricqués » de Paris ou d’ailleurs qui sont dans les années lycée n’ont rien de différent de ce que rapporte LOL. Emois amoureux, sexe, musique, expériences… J’ai cela sous les yeux ainsi que la présence de flux de multi-communications dès que l’on est hors des cours ou du travail, avec la participation  d’ordinateurs et de portables. Que l’on soit en formation professionnelle ou dans le 16 ème arrt parisien. Avec les SMS, les MSN à foison, l’intrusion des nouvelles technologies signe la différence de mode de vie, le grand écart entre le quart de siècle séparant LOL de La Boum.

    Ce changement affecte toutes les catégories d’âge, sans exception.

    En cet avril 2009, pas question de bloquer l’accès à ces technologies. A partir de 10 ans au plus tard maîtriser l’informatique est aussi indispensable que de savoir lire, écrire, compter et réfléchir.

     

    LOL peut être le diminutif de LOLA, l’héroïne du film en quelque sorte.

    LOL est aussi – tous les utilisateurs des nouvelles technologies l’ont employé - l’abréviation ou acronyme de Laughing Out Loud, autrement dit « se marrer », « rire à gorge déployée ». Comme ils ont utilisé « mdr » abréviation de « mort de rire ».

     

    J’imagine, les moins de 18 ans, que vous avez vu LOL pour la plupart. Sinon, allez-y ! Pour les au-delà du lycée vous verrez ainsi si vous êtes toujours en phase avec une jeunesse qui participera demain aux décisions essentielles pour tous. Important !

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (photos : affiche du film LOL)

  • MOOMIN

    Moomin et la mer est une BD de Tove JANSSON, sortie en mars 2008, aux Editions Le Petit Lézard, 144 pages, 22 euros. Cette BD fait partie du cycle des Aventures de MOUMIN de Tove JANSSON. Moomin et la mer  532432699.jpgnous livre 8 épisodes différents , le premier étant intitulé "Moomin et la nouvelle vie",  que nous présentons ici  pour une sorte de mise en bouche.
    Tove Janson avait précédement écrit des romans avec les mêmes  personnages : la Comète arrive,  Les mémoires de Papa Moumine...
    Tove Janson, artiste peintre suédophone (1914-2001)  décide,  pour mieux  vivre de son art,  de faire paraître les histoires de la famille Moomin en bande dessinée dans un journal anglais. A la demande de ce journal.  La manière extrêmement rigoureuse avec laquelle elle réalise son travail de BD lui prend beaucoup de temps, elle décide d'embaucher son frère pour l'aider à créer ses scénarios et réaliser les dessins.
    Moomin est un petit troll  qui vit, entouré de ses parents et d'un certains nombre d'amis, au fond d'une vallée, appelée Vallée des Moomins.
    Ce n'est qu'aujourd'hui que j'ai découvert les aventures de ce petit troll en B D à ma grande surprise.  J'avais vu, petite fille, les aventures de Moomins en dessin animé à la télévision. On trouve aussi des sites internet et des blogs sur "Moomin le troll" ou "Moumin le troll" et son univers riche de poésie et de sagesse.

    Dans cette première histoire,  (l'album comprend 8 aventures de Moomin), " Moomin et la nouvelle vie", un prophète arrive dans la vallée des Moomins et prône une vie de totale liberté : "rien n'est interdit".
    Alors tout le monde commence à faire n'importe quoi.  Papa Moomin distile du Whisky Dynamite, Moomin cambriole une bijouterie...
    Puis un autre prophète arrive et celui-ci prône une vie très pieuse dans laquelle : "tout ce qui est bon est péché".  Mlle Snorke se coupe les cheveux et déclare qu'elle va  entrer au couvent ; papa Moomin  - par charité ! - tond la pelouse du voisin qui aimait l'herbe haute...
    Maman Moomin continue tout comme avant sans se soucier des discours des prophètes, elle vit seule et l'attitude des autres la choque. Elle finit elle aussi par partir; à ce  moment là sa petite famille commence à se souvenir de son existence...
    Les deux prophètes se rencontrent, se battent, s'insultent : "toi et ton hypocrisie, rabat-joie"... "Et toi espèce de débauché!"... Maman moomin intervient pour les séparer et y parvient en disant que leurs conceptions étaient intéressantes, les deux prophètes repartent ensemble, amis.
    Ce qui montre bien qu'il ne faut pas se laisser influencer par ceux qui prétendent détenir la vérité. Et surtout que tout le monde peut cohabiter en pensant différement.
    Bref la vie reprend son cours et tout va bien dans la Vallée des Moumines.
    Les planches de la B D sont en noir et blanc ;  pour les fans deux autres albums de B D existent : Moomin et les Brigands et à paraître Moomin et la comète aux Editions Le Petit lézard.

    Bonne lecture et n'oubliez pas de rêver encore et encore et toujours.

    Do et Elisa
    Blog de Do : http://www.dorotheaskyblog.com


    contact pour le blog en général: francoiseboisseau@wanadoo.fr