Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jean-luc calyel

  • Jean-Luc Calyel 13 août à Juan les Pins

     

    jean-luc calyel,antibes,cherche midi éditeur,arash derambarshJ’aime à parler de certains auteurs - Jean-Luc Calyel en fait partie,  de certains livres, de sujets qui me tiennent à cœur.

    Ce blog tient à évoquer la face spirituelle de notre être, tout aussi importante que la partie physique visible.

     

    J’ai découvert, comme beaucoup j’imagine, Jean-Luc Calyel, avec son premier livre publié  quand il avait quitté depuis peu l’unité d’élite qu’est le GIGN. Il nous avait alors régalés avec une immersion, en réel, dans le quotidien de ces hommes valeureux, nos concitoyens par GIGN. Les secrets d’une unité d’élite.

     

    Des hommes à l’entraînement physique et mental rigoureux et permanent. Des hommes à la qualité morale sans reproche, aucune vie ne devant être négligée ni ôtée a priori lors de leurs interventions très ciblées.

     

    Des hommes aux qualités spirituelles présentes, même si ce n’est pas ce qui est le plus mis en valeur quand ils sont en action sur le terrain.

     

    Ces qualités spirituelles et aussi philosophiques Jean-Luc Calyel les avait exprimées, au fil des lignes révélatrices des hommes du GIGN, par l’ouvrage paru comme le suivant, La confidence de l'ange,aux Edition Le Cherche Midi. Et c’est grâce à Arash Derambarsh, directeur du département politique et personnalités publiques de cette grande maison d’édition, que j’ai eu le bonheur de rencontrer et d’apprécier Jean-Luc Calyel comme auteur et être humain aux grandes qualités.

     

    Il a su les manifester, autrement que par le GIGN, dans un second livre édité, un premier roman cette fois, et l’on sait l’importance d’un premier roman pour un auteur.

     

    Rencontrer bientôt Jean-Luc Calyel est facile. Il sera présent le 13 août – je cite l’information – à la

    « 1ère Nocturne littéraire d'Antibes Juan-les-Pins

    L'association Loisirs-Energie organise la Première nocturne littéraire d'Antibes-Juan les Pins qui se déroulera le samedi 13 août devant la Libraire du Casino à Juan de 18 h à 24 h. Cette nocturne aura lieu en présence des écrivains suivants : Marthe Villallonga, Denis Seznec, Jean Siccardi, Valentin Musso, Manuel Gomez, Marie-Hélène Carbonel, Véronique Lamoureux, Jean Taousson, Camille Bartoli, Jocelyne Mas, Ludivio Mélis, Jean Luc Calyel, Marc Brocci, Jean Luc Guilliet, Axel Graysely, Amélie de Gubernatis, Antacli.
    Renseignements : Manuel Gomez – 0610126448 »

    Le lien est : http://www.antibes-juanlespins.com/telex-en-blog/1747-premiere-nocturne-litteraire.

     

    J’invite chaleureusement les présents dans le sud, ou ceux qui peuvent s’y rendre pour cette occasion, à participer à ces moments initiés par la ville d’Antibes, lesquels seront, j’en suis sûre, de qualité. Ils y trouveront très probablement des jalons intéressants pour leur parcours personnel.

    Il en ira de même pour les auteurs.

     

    Jean-Luc Calyel sera, comme d’habitude, à la disposition de chacun. En toute humilité. Une qualité rare et importante que je souligne.

     

    De nombreux lecteurs de ce blog sont des « fans » confirmés de Jean-Luc Calyel. Je sais qu’ils relaieront cette information, étant eux-mêmes acteurs de réseaux sociaux.

    Sur ce blog, plusieurs articles concernant Jean-Luc Calyel sont à disposition – en débutant par les billets des 22 et 29 juillet 2008 ; celui du 22 septembres 2010 La confidence de l’ange. Pour ne dire que ceux-là.

     

    Pour tous bonne et belle nocturne littéraire le samedi 13 août Librairie du Casino à Juan les Pins à partir de 18 heures !

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (photo archives personnelles : Jean-Luc Calyel salon du livre 2009 Paris stand du Cherche Midi éditeur)

     

  • L’Assaut, film

    L’Assaut est visible au cinéma. Ce fait divers de Noël 1994 a été géré avec l’intervention du GIGN. l’assaut,jean-luc calyel

    Ce qui reste un drame pour plusieurs familles mortellement touchées avait été relaté en détail, avec l’intelligence du cœur, par Jean-Luc CALYEL, membre du GIGN.

    A ce titre, Jean-Luc CALYEL a participé en direct à l’assaut à Marseille, décidé pour délivrer le vol kidnappé sur l’aéroport d’Alger par quatre membres du Groupe Islamique Armé. Il nous raconte ce vécu dans son livre GIGN les secrets d’une unité d’élite paru aux édtions Le Cherche Midi http://www.cherche-midi.com en avril 2008.

     

    De nombreux lecteurs de ce blog sont des fans de Jean-Luc CALYEL, un  humaniste de notre temps qui, depuis les secrets du GIGN, nous a fait cadeau il y a quelques mois de son premier roman La confidence de l’ange, sorti en septembre 2010, toujours aux éditions du Cherche Midi (voir le 24 novembre 2010 sur ce blog « Jean-Luc Calyel 1er roman », ainsi que les billets du 22 septembre2010 « Jean-Luc Calyel La confidence de l’ange » et du 23 septembre « Jean-Luc Calyel, Nice Matin, La confidence de l’ange »).

     

    La chance m’a même offert de parler avec Jean-Luc CALYEL lors du salon 2009 du livre à Paris.

    Près d’un tiers de l’ouvrage GIGN les secrets d’une unité d’élite est consacré à l’assaut. On imagine la pression terrible exercée, les otages nombreux angoissés, avec 3 d’entre eux passagers exécutés et balancés sur le tarmac d’Alger avant décollage. Au total 54 heures intense.

     

    J’invite à aller voir le film qui semble reprendre de manière intéressante le déroulé de cet assaut, évoqué plusieurs fois par les médias. Mais Jean-Luc CALYEL et d’autres du GIGN, participants sur place à Marseille à l’arrêt de la prise d’otages, seront plus à même de donner un avis en réel.

     

    Voici la présentation qui nous est faite du film L'ASSAUT : « Samedi 24 décembre 1994. Quatre terroristes du GIA prennent en otage à Alger l'Airbus A-300 d'Air France reliant la capitale algérienne à Paris et les 227 personnes présentes à bord. Personne ne connaît leurs intentions : ils sont armés et apparaissent extrêmement déterminés. Les terroristes revendiquent la libération de leurs camarades d'armes et exigent le décollage immédiat de l'avion. Mais ce n'est finalement qu'après de longues négociations diplomatiques tendues entres les gouvernements français et algériens et l'exécution de 3 passagers que l'avion quitte l'aéroport d'Alger. Nous sommes le lundi 26 décembre, il est 3h33 du matin, quand l'Airbus d'Air France atterrit à Marseille-Marignane. Trois personnages, Thierry, un soldat du GIGN, Carole Jeanton, une technocrate ambitieuse et Yahia Abdallah, un Djihadiste déterminé sont au coeur de l'événement. Leurs logiques vont s'affronter jusqu'au dénouement final. Devant 21 millions de téléspectateurs, l'assaut du GIGN va mettre un terme à cette prise d'otage sans précédent dans l'histoire du terrorisme... mais annonciatrice des terribles évènements du 11 septembre 2001. »

     

    Et le commentaire d’un internaute le 10/03/2011 : « j'ai plutôt été agréablement surpris, ayant entendu à gauche et à droite des avis peu rassurants...L'image est en permanence à la limite du noir et blanc, ce qui donne une profondeur à l'action, la musique crée au long du film la tension nécessaire à l'évènement..Vincent Elbaz n'est pas le plus en vue dans le film, ce sont les pirates de l'air algériens qui lui volent la vedette...A mi chemin entre la fiction et le documentaire ce film ne peut pas ne faire penser à ce qui allait arriver quelques années plus tard à New York...C'en est la génèse, c'est filmé de façon réaliste avec des extraits de télé de l'époque, et même si la fin dans l'avion est un peu brouillonne, le film renseigne avec justesse en créant pour ceux qui seront attentifs la tension nécessaire pour accompagner ce tragique évènement... ». Merci islander !

     

    Moins de 18 ans, je vous convie à aller voir ce film ; et aussi à lire ou relire GIGN les secrets d’une unité d’élite de Jean-Luc CALYEL. 

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (photo archives personnelles : Jean-Luc Calyel au salon du livre 2009) 


  • Jean-Luc Calyel 1er roman

    calyel22sept10Ange.gifJean-Luc Calyel n’a pas fini de nous surprendre.

    Dès la première page de son premier roman, La confidence de l’ange, sorti en septembre aux éditions Le Cherche Midi http://www.cherche-midi.com. je me suis laissée prendre par une histoire inédite servie par un style délié.

    Ce style agréable, je l’avais découvert avec GIGN. Les secrets d’une unitécalyel22 sept10quatre.jpg d’élite, paru en avril 2008 au Cherche Midi. Ecrit qui lui avait valu de nombreux et fervents lecteurs.

    L’histoire ? Je ne savais à quoi m’attendre.

    Maintenant, je suis fixée.

    Entrée dans le premier chapitre de la vie de ces jumeaux de Louisiane, j’ai fait comme d’autres lecteurs et fans de Jean-Luc Calyel, poursuivant ma lecture jusqu’au bout.

    Rien n’est venu troubler le déroulé de ce tête-à-tête.

    Ce n’est qu’une fois l’ouvrage achevé que je me suis rendue compte à quel point, tout au long, l’auteur nous emmenait sur un double registre : celui de la vie quotidienne matérielle, très physique, que nous connaissons tous; celui d’une autre vie, plus cachée, intime, sur laquelle veille un ange protecteur. Un autre monde.

    Tout a été dit en positif sur ce premier roman par Mathilda, lectrice attentive, citée ici le 25.09.2010 dans « Jean-Luc Calyel commentaires sur La confidence de l’ange. » Deux commentaires sont venus enrichir le témoignage de Mathilda.

    Le billet du 22 septembre2010 « Jean-Luc Calyel La confidence de l’ange » et celui du 23 septembre « Jean-Luc Calyel, Nice Matin, La confidence de l’ange » apportent d’autres éclairages sur ce premier roman.

    Que je conseille aux moins de 18 ans, comme aux plus grands. Un cadeau à offrir ou à se faire offrir.

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr(couverture La confidence de l’ange; Jean-Luc Calyel salon du livre Paris archives personnelles)