Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jean-charles terrassier

  • Arielle Adda, dès 1999, parle des adultes doués.

    arielAdda.jpgJ’ai corrigé hier l’erreur de date commise le 15 août 2010 à propos du billet « Arielle Adda et J C Terrassier, psychologues des « doués » ou précoces ». C’est en effet dès 1999 que le livre d’Arielle Adda : « Le livre de l'enfant doué : Le découvrir, le comprendre, l'accompagner sur la voie du plein épanouissement » a été publié aux éditions Solar.

    Ceci est important.

    Je l’ai dit le 15 août et je le redis : Arielle Adda, psychologue spécialiste des enfants « doués » ou « précoces » ou à « haut potentiel intellectuel » a été la première à nous informer sur la vie des adultes « doués ». Et sur leur parcours de vie souvent ardu – sinon désastreux - quand ce « don » présent en eux, constituant de leur personne, n’a pas été connu et, en conséquence, « cultivé » comme il convenait.

    Certains parents, à l’occasion de tests de leurs enfants découvrent, étonnés, qu’ils ont été, eux aussi, avant leur descendance, de ces enfants « doués ». Soudain, le paysage des années passées s’éclaire d’une lumière qui rend limpide les trajets auparavant les plus obscurs.

    adda-300x239.jpgC’était donc cela !

    Certain enfant, à la différence trop perceptible des autres de sa classe – je pense à un garçon, appelons-le Michel, de 9 ans en 2003 – indique, à l’issue d’une fin de matinée où des teste ont révélé chez lui le profil normal et atypique des « doués », avec un franc sourire : « Ouf ! Je suis soulagé ! Je ne suis pas fou ! ».

    J’étais là. Je m’en souviens comme si c’était hier. Le don de Michel étant trop perceptible de ses condisciples, sa classe s’était spontanément organisée en deux camps : le sien et celui des autres, celui des moqueurs, des opposants, des désagréables. A la tête du camp qui le défendait un certain Gabriel, son ami d’hier et de maintenant qui, testé lui en 2010, s’est révélé alors « doué » disposant d’un QI du même ordre de grandeur que Michel.

    Pour entrer dans le monde des adultes et des enfants « doués », il faut avoir la bonne clé. Les livres et articles d’Arielle Adda sont cette bonne clé, indispensable.

    Et l’ouvrage publié dès 1999, puis réédité en 2002, puis en 2008 et disponible, pour 18,90 euros, « Le livre de l'enfant doué : Le découvrir, le comprendre, l'accompagner sur la voie du plein épanouissement » offre une très riche palette d’exemples propres à éclairer les parcours de vie de nombreux adultes, non informés sur leur situation de « doués », autant que d’enfants en train d’errer.

    Préfacé par Jean-Charles Terrassier, psychologue qui est LA référence à propos de ces enfants normaux atypiques, voici sa Table des matières.

    Le propos de Jean-Charles Terrassier, intégralement rapporté le 15 août, est suivi d’un Petit historique, secondé de Distinctions et nuances.

    L’ère du soupçon est le titre de la première partie. Elle comporte d’abord Les indices. A savoir et successivement : un bébé enchanteur, l’ivresse du langage, une curiosité insatiable, un lecteur précoce, un enfant distrait, le salut dans l’humour, un étonnant sang-froid.

    Suit La fratrie – les réactions de l’Entourage avec : un enfant déroutant, un malentendu fondamental, une fureur légitime, un équilibre délicat, les combats du troisième – 3ème enfant, chacun son territoire.

    Arrivent Les répercussions chez l’enfant doué : une intense frustration, un engrenage implacable, la notion de limites, la peur de l’échec, l’épreuve du réel.

    L’échec scolaire chez les enfants doués non reconnus comporte : l’ère des désillusions, la chute du secondaire, le piège du redoublement, le deuil de soi, l’amère nostalgie du paradis perdu, le basculement.

    Qui est cet enfant ? propose la seconde partie ; Deux volets.

    Celui des premières clés : l’évaluation du QI – Quotient Intellectuel, les tests de personnalité; l’affectivité de l’enfant doué : des débuts heureux, « Que dit-il ? », la passion malmenée, un voyageur solitaire, un renoncement silencieux, la quête de l’âme sœur, trouver un refuge, quel avenir, quelles espérances ?

    Et maintenant, que fait-on ? suggère la troisième partie. Laquelle offre d’abord Comment aider, guider, accompagner l’enfant doué, indiquant : un enfant (presque) comme les autres, le besoin de règles, un trésor à ménager, le salut dans l’effort, l’alerte permanente, l’Univers ne s’est pas fait en un jour.

    Puis Comment opérer à la maison : le cas douloureux de la famille décomposée, dédramatiser l’échec, comment gérer une affectivité aussi riche et vulnérable ?, un œdipe tranquille, le don artistique, la lecture, meilleure alliée de l’imaginaire, les problèmes de graphisme, l’initiation aux langues étrangères.

    Arrive Comment opérer à l’école : le piège du conformisme, de la méthode avant toute chose, le saut de classe : pour ou contre, l’école à la maison, les classes spécialisées, « Toutes les belles choses sont difficiles » (Alain), de l’intérêt du latin.

    On conclut par Les parents de l’enfant doué : le parcours du combattant, décliné en « Laissez faire lesTerrassier.jpg spécialistes », Qui c’est, celui-là ?, une identification à risques.

    Y a-t-il des adultes heureux ? Cette quatrième partie s’ouvre par Que sont les enfants doués devenus ? titre explicité ainsi : des parcours très divers, du malaise à la révélation,  quitter la spirale, reconstruire, question de liberté, et l’amour dans tout ça ? 

    L’approche clinique des enfants doués ou le malentendu succède à l’interrogation, expliquant : un dialogue de sourds, les pièges de la psychothérapie, une confiance rétive, la question de la mort.

    Le point d’orgue étant L’enfant bien accompagné » : un avenir de lumière « Celui qui se connaît est seul maître de soi » (Ronsard).

    En guise de conclusion, Arielle Adda offre L’enfant doué tel qu’en lui-même : quelques mots clés, faisons un rêve. Suivi d’un Epilogue en forme de confession.

    Ce n’est pas tout, trois délicieux Petits contes à l’usage des enfants… doués et de leurs parents récompensent une lecture jusqu’au bout. Ils ont pour intitulés : Le petit ptérodactyle. La minette jalouse. Le flamant gris.

    Suivent en annexes : associations citées, autres associations, ouvrages recommandés, index.

    Quand des enfants « doués » naissent dans une famille dont les parents, également « doués », ont pu avoir un parcours épanoui, il est probable que les vies des ces plus jeunes se dérouleront harmonieusement, don identifié ou pas. Les inconscients se parlent. Et ici, entre soi en quelque sorte, parents et enfants sauront se comprendre intuitivement.

    Cette configuration bienheureuse n’est pas la plus fréquente. D’où l’intérêt d’aller aux informations. Et le livre d’Arielle Adda que je recommande devrait permettre d’en aider plus d’un à quitter – quel que soit l’âge atteint – la spirale douloureuse dont jusqu’ici aucun « spécialiste » n’a su l’extraire (pages 249-250). Car nombre de ces « spécialistes » sont dans l’ignorance de ce que sont vraiment les « doués » et comment ils fonctionnent. Ils sont donc incapables d’apporter un quelconque soulagement à un « doué » dont l’atteinte de soi est devenue dramatique.

    Arielle Adda précise : « Dès ce moment, son image devient tellement négative qu’il n’est plus possible de la reconstruire aisément. Il faudra beaucoup d’amour et d’attention pour retrouver la trace de l’enfant d’autrefois, si vif et si imaginatif.» (page 252)

    « Beaucoup d’amour et d’attention », rien d’impossible donc à ce « doué » malmené par l’existence !

    C’est cette note d’espoir, même au fond d’un gouffre où l’on peut se croire définitivement perdu, que je veux envoyer ce matin à tous les « doués » à l’image de soi endommagée, apparemment plus ou moins cassée, tous ceux à l’estime de soi apparemment mis en pièces.

    Il n’est pas de cassure définitive quand « beaucoup d’amour et d’attention » s’en mêlent.

    La rentrée a eu lieu. Lire ou relire Arielle Adda est un bon plan !

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (photographies : Arielle Adda, Jean-Charles Terrassier ; couvertures de deux livres d’Arielle Adda)