Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jean ferrat

  • Vél’ d’Hiv’, ruban jaune et Jean Ferrat

    Rafle.pngLe titre pourrait être inversé avec Jean Ferrat en tête. Je n’ai suivi que la chronologie. J’irai cette semaine m’immerger dans la Rafle, film réalisé par Roselyne Bosch et sorti mercredi 10.Ferrat.jpg

    On nous a, à juste titre, beaucoup parlé de cette sinistre rafle du Vélodrome d’Hiver, ce Vél’d’Hiv’ situé dans le 15 ème arrondissement, démoli en 1959, où 13.000 juifs – dont une majorité d’enfants – « raflés » à leur domicile parisien ont été parqués les 16 et 17 juillet 1942, avant passage par des camps de transit en France puis déportation pour exécution à Auschwitz – sauf l’échappée de quelques rares fugueurs. La télévision a présenté, en direct, des récits poignants de survivants. Le cinéma français est honoré par ce premier témoignage visible par tous.

    Plusieurs siècles avant l’étoile jaune, le port du ruban jaune pour identifier les chrétiens en terre musulmane avait été décidé. Des amis juifs pratiquants - qui savaient ce fait - soulignaient qu’il était peu connu. L’ouvrage spécialisé qui en faisait mention ne précisait pas si cette identification chrétienne, au moyen-âge, se limitait à un simple catalogage.

    Et voici qu’hier, samedi 13 mars, Jean Ferrat dont nul n’ignore les qualités humaines - outre celles du poète, du musicien, de l’interprète - s’en est allé pour un autre ailleurs nous laissant en cadeau ses textes, ses mélodies, et la voix d'un cœur intelligent. Né Tenenbaum  Jean Ferrat a été, comme ceux du Vél d’Hiv, victime dans sa chair par le décès de son père mort à Auschwitz. Jean Ferrat a bouclé en quelque sorte une semaine lourde du rappel d’actes positifs – 10.000 personnes de plus étaient prévues pour la Rafle du Vél’ d’Hiv – et des horreurs des wagons français filant vers les camps d’Allemagne à la mort programmée.

    Moins de 18 ans, n’hésitez pas à aller voir La Rafle : ouvrir les yeux est toujours bon. N’hésitez pas, non plus, à passer du temps avec Jean Ferrat. Il aimait tant la vie !

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (illustration: affiche du film La Rafle, Jean Ferrat)