Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jack andraka

  • Cancer du pancréas, Jack Andraka

     

    Dans la pièce intitulée Le Cid (création en 1637) de Pierre Corneille (1606-1684), oeuvre que j’espère toujours au programme des études secondaires, il y a ceci dit par Rodrigue alias Le Cid :

    « Je suis jeune, il est vrai, mais aux âmes bien nées

    La valeur n’attend point le nombre des années »

    Une phrase constamment d’actualité, même si la jeunesse n’est pas forcément mise à l’honneur quand elle le mérite.

    Cependant, de temps en temps, un jeune arrive à « percer », en toute modestie, parce qu’il a eu une intuition géniale.

    Le cas en 2012 d’un garçon de 15 ans, Jack Andraka, américain, qui a cherché comment il pourrait venir en aide pour dépister très en amont un cancer.

    Ce qui le motivait ? - toute démarche fructueuse est généralement fortement motivée – le décès d’un proche par cancer du pancréas.

    Le mode opératoire est simple : Jack va « butiner » sur le Net. Il y trouve des articles indiquant des molécules dont la présence permet de penser qu’il y a cancer sous roche. Pourquoi ne pas les utiliser autrement pour une détection ?

    Son projet est clair ; il l’envoie à un nombre important de scientifiques et un seul lui répond favorablement. Cela suffit à Jack qui utilise les moyens mis à sa disposition à Baltimore, Maryland.

    Il trouve un test facile à faire et peu coûteux, avec juste un peu d’urine ou de sang. Le système mis au point par Jack permet d’identifier la présence de cellules cancéreuses et leur importance ; cela en fonction de la quantité trouvée de mésothéline, une protéine dont la présence est augmentée quand il y a tumeur. L’important est de détecter cette mésothéline tout au début d’un processus d’invasion, au stade lésion précancéreuse. Ce que le test de Jack rendrait possible aisément.

    Jack Andraka a été lauréat de prix scientifiques.

    Ce test serait fiable 9 fois sur 10 et donne un résultat en quelques minutes, outre son très faible coût et sa simplicité.

    Merci au docteur Anirban Maitra du Johns Hopkins University, université privée excellente en médecine avec de nombreux prix Nobel, qui a cru en Jack !

    Le regard d’un jeune est un regard tout neuf qui peut repérer des pistes encore inexplorées ou insuffisamment. L’exemple de Jack est encourageant pour les moins de 18 ans !

    Contact : francoiseboisseau@wandoo.fr